[Présentation du Béarn]

                  Le patou des Pyrénées           

Accueil

                  e patou (ou pastou) est un chien de berger de taille respectable: son nom officiel est "le grand chien de montagne des Pyrénées" ou en raccourci,  le Pyrénéen .
Son ancêtre est le dogue du Tibet, mais il est acclimaté dans les Pyrénées depuis fort longtemps.  C'est un chien de grande taille (certains mesurent jusqu'à un mètre de hauteur) : on le considère comme le cousin "distingué" du Saint-Bernard et du Terre-neuve. Malgré sa bonhomie et son calme apparent, le patou chargé de protéger le bétail dans les estives,  n'avait pas peur antan, d'aller affronter directement l'ours. Pour le protéger, le berger lui fixait autour du cou, un collier garni de pointes.  
                     l'image de nos baquettes béarnaises (vachettes) , et de son collègue de travail, le labrit, le patou est très résistant ; il a  l'esprit de sacrifice et est d'une abnégation sans borne.  
On le dit consciencieux , obéissant, persévérant, affectueux, fidèle, patient. C'est un animal intelligent  et de compagnie très agréable.
(quel est l'être humain qui réunit toutes ces qualités?) 
                       Les qualités du pa(s)tou et son indispensable présence en ont fait l'allié le plus cher du berger à tel point qu'ils portent (par mimétisme) tous les deux , le même nom de pastou.
 Il est très aimé des béarnais, qui éprouvent pour lui un grand respect.
A l'image des vaches en Inde, nul béarnais n'oserait déranger un patou installé lascivement au beau milieu d'une route. Déjà, à  la cour du roi soleil, on le désignait sous le nom de "seigneur à la fourrure blanche".
                        On en trouve encore très souvent dans les fermes béarnaises,  dont ils contribuent à renforcer le charme.

*


                      Depuis 1996, année des premières réintroductions de Mellba, Ziva et Pyrhos, ce sont au total 174 pastous qui ont été installés dans des zones sensibles, et les résultats sont excellents. Ces gros chiens, qui s'étaient raréfiés avec la disparition des grands prédateurs, sont redevenus de précieux auxiliaires des bergers. Au lieu de dégénérer en traînant sur les parkings des stations de ski, ils naissent à nouveau en bergerie, au cœur du troupeau, pour se transformer en grands frères protecteurs des brebis. C'est instinctivement qu'ils font face. Ils aboient pour éloigner les intrus et prévenir le berger, et attaquent si nécessaire. Ainsi Palouma a-t-elle été repoussée à trois reprises en juillet par une jeune chienne effectuant sa première saison sur une estive au-dessus de Canejan, en Espagne, derrière Melles. Les résultats d'une étude réalisée par l'ACP (Association pour la cohabitation pastorale) auprès de 37 éleveurs de l'ensemble de la chaîne pyrénéenne sont édifiants. Avant la mise en place des pastous, ces éleveurs perdaient au total, chaque année, 175 bêtes sur les exploitations et 157 sur les estives. Les chiens errants étaient les grands responsables de ces pertes, auxquelles il fallait ajouter des vols et seulement 10 prélèvements attribués aux ours. Après la mise en place des chiens pastous, on est passé à 16 pertes sur les exploitations et à 116 sur les estives, dont 5 par les ours.
         "Les pastous sauvent bien plus de brebis que n'en tuent les ours sur l'ensemble des Pyrénées », affirme Alain Reynes, directeur de l'association Adet-Pays de l'ours. 

 

 

                 

PATOU  de los PIRINEOS  

 

                El patou es un perro ovejero de tamaño respetable: su nombre oficial es "el gran perro de montaña de los Pirineos" o abreviando,  el Pirenaico .
Su antepasado es el mastín del Tíbet, pero se aclimató en los Pirineos desde hace mucho tiempo.  Es un perro de gran tamaño (algunos miden hasta un metro de altura): se lo considera como el primo "distinguido" del San Bernardo y del Tierra nueva. A pesar de su bondad y su calma aparente, el patou está encargado proteger al ganado en las estibas,  no tenía miedo de ir a enfrentar directamente al oso. Para protegerlo, el pastor le colocaba alrededor del cuello, un collar con puntas.  
                     A imagen de nuestras baquettes bearnesas (becerros) y de su colega de trabajo, el labrit, el patou es muy resistentes;  tiene  el espíritu de sacrificio y es de una abnegación sin límites.  
Se lo sabe concienzudo, obediente, perseverante, afectuoso, fiel, paciente. Es un animal inteligente  y de compañía muy agradable.
(¿ cuál es el ser humano que reúne todas estas calidades?) 
                       Las cualidades del pa(s)tou y su indispensable presencia lo hicieron el aliado más querido del pastor a tal punto que  ambos llevan (por mimetismo) el mismo nombre:
pastou.

Los bearneses lo aman y sienten por él un gran respeto.
Como las vacas en la India,  ningún bearnés se atrevería a molestar a un patou instalado en medio de una carretera. Ya, en la corte del Rey Sol, se lo conocía con el nombre de "señor con el forro blanco".
 Se lo encuentra aún muy a menudo en las granjas bearnesas,  cuyo encanto contribuyen a reforzar.  


compteur de visite