[Présentation du Béarn]

                ©  Les États de BÉarn  ©           

Accueil

 

      es États de Béarn étaient une sorte d' Assemblée extraordinaire regroupant les représentants des différentes Cours du Béarn , soit la Cour Majour et la Cour des Communautés. 
Ces 2 Cours furent supprimées par Gaston Fébus qui gouvernait à l'aide d'un conseil privé de légistes et par l'intermédiaire de bailes dont les pouvoirs se trouvaient considérablement accrus. Auparavant, elles étaient séparées et n'avaient qu'un rôle consultatif . Les États de Béarn n'ont vu le jour qu'après Gaston Fébus, lorsque les 2 Cours  ont fusionné. 
Les États prennent peu à peu un grand pouvoir: ils contrôlent les lois, les impôts et même la justice ; ils se prononcent même sur les successions vicomtales difficiles: c'est ainsi qu'ils refusèrent la prétention de 2 princes à la gouvernance de la vicomté. Ils veillent à ce que les vicomtes respectent les droits, fors, coutumes et libertés béarnaises. 
           La noblesse réunie au clergé formait le Grand Corps ; le Corps de la Communauté ou Tiers-état accueillait les représentants des 4 cités de Morlaàs, Orthez, Oloron et Sauveterre, des vallées d’Ossau, Aspe et Barétous, des villes de Pau, Monein, Navarrenx, Nay, Lembeye et Salies et une trentaine d’autres localités.


compteur de visite

    
En 1620, Louis XIII, le fils d'Henri IV  supprime les États de Béarn , trop indépendants à son goût et crée le Parlement dirigé par un Intendant. Toutefois, jusqu'à la Révolution, les béarnais , piqués du virus de la liberté de décision, conserveront une très large autonomie.