{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

                   LETTRES   de    U  à  Z

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

un-e
unième

u-ua (üo)
unau (unaw)

unique

unic-a

université

universitat (unibérsitat) - l'universitat avait autrefois un sens bien plus large que l'actuel et pouvait désigner une assemblée de vesins (de voisins)

uriner

pishar (picha) - la hont de pisha-prim = la fontaine qui coule goutte à goutte

usage

usatge (usatyé) / usatjant-a

utiliser

emplegar (émpléga)

vache

vaca (la baco) - symbole du Béarn
la vaca que rugla (meugle) - los vaquèrs, est un des sobriquets des habitants de Louvie-Soubiron
Dicton/díser : Quan la vaca e's lèca, lendoman arren non seca
                                (Quand la vache se lèche, le lendemain, rien ne sèche)
A l'entrée du château de Montaner était écrit : "non pas pujar shens las vaquetas" c'est-à-dire qu'elle était interdite aux étrangers.

vacher

vaquèr (baquè) - sobriquet des habitants de Bilhères-en-Ossau
Dicton/díser : Eras vacas d’eth bon vaquèr ; que pèthmudan au mes de heurèr.
                               (Les vaches du bon vacher, perdent leur poil au mois de février.)

va-et-vient

passaròta (passaròto)

vague

andada 

vaillant

valent-a (balén)

vaisselle

vaishèra (la bachèro)

valet

vailet (lou baylét)

valeur

valor (la balou)

vallée

vath (bat) - la valada (balado) est l'étendue de la vallée

valoir

vàler (balé) - 

vautour

butre - le gypaète barbu est nommé cap-arroi (cap-arrouy) [ête rouge] et le percnoptère d'Égypte, la Maria-Blanca (marïo-blanco)

veau

vetèth - cette terminaison en th laisse tout loisir de prononciation selon sa région d'origine - on peut donc dire bétètt , bétèytieu - la dernière syllabe se prononce d'une coup-  bétèytch ou  betètch (la première forme est prédominante)

vêle vetèra-
Comptine :
On son las vetèras ?
— Au som de la sèrra.
Qui las guarda ?
— Lo lop e la lèbe?
On ei la lèbe ?
— Lo lop que la s'a minjada.
Corretz, pair-bon,
Dab un baston !
Corretz, mair bona,
Dab ua hona !
(Où sont les génisses? Au sommet de la colline. — Qui les garde? — Le loup et le lièvre. — Où est le lièvre ? — Le loup l'a mangé. — Courez, grand-père, — Avec un bâton ! —  Courez, grand'mère — Avec une fronde (afin que les génisses ne soient dévorées comme le lièvre) !

veillée

velhada (béyado) - minjar candela (mindya candélo) [manger de la chandelle = veiller]
bahù = veillée … funèbre
Comptine : Devath la huelha, lo gat que velha (dessous la feuille, le chat veille)
Dicton/díser : Quan eth hasan canta ara velhada ; Ploja segura ara nueitada.
                               (Quand le coq chante à la veillée ; pluie assurée pendant la nuit.)

vendeur

venedor-a (bénédou.ro)

vendre

véner (béné)
vente = venta (bénto)

vendredi

dives (dibés)

venelle

vanèla (banèlo)

venir

viéner (biéné) , vier, vir (vallées)

viens ici

ça'i (say ) t'aci 

vent

vent (lou bén) - vent du sud=balaguera  - voir le groupe folk béarnais de même nom
Légèreté de jeunesse: lo vent que bohava, la neu que tombava .. e l'aute pèc sus eth teit que cantava: 
(le vent soufflait, la neige tombait , et l'autre pèc sur le toit qui chantait)..... étoile des neiges, mon cœur amoureux etc ...
Dicton/díser : Boha balaguèra ; Madura milhoquèra.(Souffle vent du sud ; mûrisse champ de maïs.)
Endevinalha : Que sèi ua causa biscausa. Tot lo monde que'u troban, e arrens non l'an vist. Qu'ei ?
(Je connais une chose curieuse. Tout le monde le rencontrent, et personne ne l'ont vu )  
 

ventre

vente (bénté) , pamparra  - on dit aussi l'erbèr (réservoir à herbe) - ventru =pamparrut, ventorrut. uda
Arreproèr: Lo mau de pè, ne va pas tà l'erbèr (le mal de pied ne va pas au ventre)

ventrêche(lard)

hampetta, chingara 

ver

vèrmi (bèrmi) - c'est aussi le membre viril -  un caga-vèrmi est quelqu'un d'hyper radin
talòs est indiqué pour les vers de terre .. .. un des sobriquets des habitants de Salies-de-Béarn était Picatalòs (pique-vers) , soit laboureur
Endevinalha : Tòrta, galitòrta; que passa per debat la pòrta; qu'a mei de paur au hasan qu'au can
                      ( Tortille, serpente, ... qui passe par dessous la porte; il a plus peur du coq que du chien)  ? 

verdoyer verdejar (bérdéya) -
Per deçà, per delà, jo vedi l'èrba qui verdeja. Per delà, per deçà, jo vedi l'èrba verdejar (De ce côté, de celui-là, je vois l'herbe qui verdoie. De ce côté-ci, de celui-là, je vois l'herbe verdoyer)

verger

verduré ,  bergè (bérdurèr, béryè) - ce mot a entraîné de nombreux patronymes, comme Bergeret, Bergès

verglas

torrolh (lou tourrouy)

vérité

vertat (la bértat)

vermoulure

quère / qu'a la quèra aus piteraus [il a les poutres vermoulues] =>il est atteint par la limite d'âge, ou  il a un petit vélo dans la tête

verre

veire (lou béyré) .. lo pichòt est un petit verre ... c'est aussi le sobriquet des habitants de Lembeye

verrou borrolh (bourrouy) - Sur le linteau de la porte d'entrée du château de Castétis, dit des "Trois poètes", car Lamartine, Francis Jammes et Alfred de Vigny y séjournèrent, est inscrit cette belle devise:
"Shens borrolh taus praubes" soit, pas de verrou pour les pauvres..... entrée libre!

vers

tà , entà , de cap tà

versant (pentu) penent (pénénn) - Dicton/díser : La neu qui deu cèu debana ; engrèisha penents e planas.
(La neige qui descend -se déverse- du ciel ; engraisse versants et plaines.)

vert-e

verd-a (bér-do)- On chantonnait lorsque nous étions enfant : "verd(birr)  e blu que'm foti de tu"
(vert et bleu, je me moque de toi), ou "verd (birr) e blu qu'attira lo mossur " (vert et bleu attire le monsieur) - Allusion au port de vêtements trop aguichants de la part des jeunes filles.

vertige

verdigòu  (bérdigòw)

veste 
vestiaire

vèsta (üo bèsto)  - Pa, pa, pa pausi la vèsta! dit-on en mimant l'effort fourni (je po.po.pose la veste)
- vestiari 

vêtements

hardas, pelha.s (péyos) - Dicton/díser : Lo qui’s tira pelha en abriu ; Que cau que sia plan caudiu.
                                                       (Celui qui s’enlève des habits en avril ; il faut qu’il soit bien réchauffé.)

vêtir

vestir (bésti), apelhar (apéya) 

vexer

picar, escamusar (éscamusa)

viande

carn (la car)

vice

maganha (magagno)

vicomte

vescomte - les souverains du Béarn étaient en général nommés vicomtes, sauf lors des épisodes où ils furent roi de Navarre. Certains lieux rappellent leur présence passé, comme la côte du Biscondau à Oloron, qui fait référence au château fortifié tenu à son sommet par le Vicomte d'Oloron, avant que sa Vicomté ne se fonde dans la Vicomté de Béarn (XI° siècle)

vide

vuèit-a (bouèyt-o)

vie

vita (la bito) /  la vie quotidienne=la vita vitanta ( la bito bitanto)
Pensée :  Qu'entram, que cridam e qu'ei la vita - Que cridam, que sortem, e qu'ei la mort!
                      (On entre, on crie, et c'est la vie - On crie, on sort, et c'est la mort)

vieille fille

moshordina (mouchourdino)

vierge

verge(béryé) ; vergeta (béryéto) = viergette - on désignait jadis sous ce mot, des fillettes mort-nées
virginité = virginitat
Un arrêt de la Cour Major du Béarn, daté de 1643, fait référence au contrôle de la virginité par des matrones

vieux, vieille

vielh-a (biéy-o) -O-  on dit poliment en parlant de l'âge d'un vieux : qu'ei sus l'atge
vieillir se dit vàder vielh (devenir vieux), ou pujar en atge (monter en âge) , ou parfois pujar tout simplement
~ se voletz víver longtemps, vivetz vielh (si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux)
~ n'èm pas vielh tant que cercam (on n'est pas vieux tant qu'on cherche)

vif

viu (biw)

vigne vinha (bigno) - le pied de vigne est dit vit (bit)
Endevinalha : Ua oelha
Camade, camuda,
Verrade, verruda.
Que'vs a hèit ua anhèra,
Camade, camuda,
Verrade, verruda.
Que la s'a esconuda  
(Une brebis — branchue, — verruqueuse, — A produit une agnelette — branchue, — verruqueuse, — Et se l'est cachée. ) - Devinez où
   
vigneron vinhèr (bignè) -  Dicton/díser : Lo vinhèr qu'at sap au mes d’octobre ; La vinha se l’a pagat la man d’òbre.
                                                               (Le vigneron sait au mois d’octobre, si la vigne lui a payé la main-d'œuvre.)

ville - village

vila (bilo), vilatge (bilatgé) / mon village= lou mé bilatgé
Arreproèr : Cada vilatge qu'a son lengatge; cada auseron qu'a sa cançon 
                   (chaque village a son langage, chaque oiselet a sa chanson )

vin

vin (lou bi) - Vin deu rei, rei deus vins (vin de roi, roi des vins) est-il inscrit sur la façade de la mairie de Jurançon , à propos du vin blanc local, dont la tradition veut qu'Henri IV en ait bu quelques gouttes lors de son baptême.
-
le béarnais comprend quantité de proverbes concernant le vin, dont celui-ci: " lo vin e la lèit,  com diu l'a hèit" , ce qui signifie qu'il faut boire le vin et le lait, comme dieu les a faits.
-
on désigne aussi le vin sous le nom de Jan deu vinhar

vin nouveau borret (bourrét) -  Dicton/díser Avisa’t que lo juranson borret ; No’t de pas suu bonet. (Fais attention que le jurançon nouveau ; ne te donne pas sur le béret.) –ne t’enivreÇa

vinaigre

vinagre (binagré)

vingt

vint (bïn) / vingtième= vintau (bïntaw)

violette

vriuleta (la briouléto)/ las vriuletas deu cemintèri , ce sont les premiers cheveux blancs/
Dans la région oloronaise, le deuxième dimanche du Carême était nommé le dimanche des violettes, et les jeunes filles des environs venaient danser à Oloron.
Un boquet de vriuletas que me n'avès enviat; diu! d'aqueras manetas, tan plan l'avès troçat
       (tu m'avais envoyé un bouquet de violettes ; dieu! que tu l'avais bien confectionné avec tes petites mains)
... chante un pastoureau à sa pastourette

violon

vriulon ( brioulou)  - violoneux = vriolonaire (brioulounayré)
au sens figuré (la prison), c'est la caujòla (cawjòlo)

visage

visatge (bizatyé) , cara,  figura 

viser

mirar

vite

viste (bisté) - viste hèit e plan fotut  (bisté hèyt e pla foututt) = [vite fait, bien, fait]

vitrage

vitratge (lou bitratyé)

vitrine

veirina (la béyrina)

vivant viu (bïw) - vivante=viva (bíbo) - Dicton/díser : En estiu ; Lo só qu’ei viu.(En été, le soleil est vivant)

vivre

víver (bibé) - víver au país (vivre au pays) ,  est le slogan des béarnais qui n'entendent pas être obligés de s'expatrier pour diverses raisons

voisin-e

vesi-a (bési-o) / assemblée des voisins = la vesiau ( bésiaw, lou bésiatyé)
vesiau a aussi le sens de communal : bòsc vesiau = bois communal

voisinage

vesiada (bésiado) = sens d'environnement immédiat

voiture

car (ca) - selon Michel Grosclaude, car n'est pas un gallicisme puisqu'il était employé autrefois dans toute la Gascogne pour désigner un véhicule à 4 roues 
Moi j'aime bien torrombiòla qui est le nom d'une grosse toupie et l'onomatopée qu'elle fait en ronflant.  
(la tourroumbiòlo )- Ce mot semble avoir été le premier utilisé en Béarn pour désigner une voiture.

voix

votz  (la bouts) -  Comptine : Lo vent de bisa que s'ei honut ; La votz de díser : Cocuth ! (le vent de bise s'est fendu ; la voix de dire : Coucou !)

voler (dérober)

panar (pana) -  Dicton/díser Per Sent-Tomàs d’ivèrn, s’as un bèth pòrc, dà’u suu nas ; lo qui non n’a, que’u s’ane panar. (Par Saint-Thomas d’hiver, si tu as un porc, tape-lui sur le nez [soit, tue-le] ; celui qui n’en a pas, qu’il aille le voler -en voler un-.)

voler

volar - une volée d'oiseaux = ua volatèra (boulatèro) ; ua esvolatada (ésboulatado)

volière

poralhèra (pouraillèro)

volley-ball

volada (boulado)

vouloir

voler (boulé) -   que voi (bouy) =je veux - que voletz (que voulez-vous?)
Comptine:  - Que vòs ? (que veux-tu?
                           - Chuca’t aquéth òs ! , tira’t te’n la meula ! (suce-toi cet os ! sors-en la moelle)

vous

vos (bous) - vous autres = vosautes (bousawtéss)

voyage

viatge (biatyé) / voyager = viatjar (biatya)

voyageur viatjador.a (biatyadou-biatyadouro)  - Dicton/díser : Quan la bruma e segueish la plana, viatjador ; Que pòts partir en campanha. (Quand la brume suit la plaine, voyageur ; tu peux partir en campagne.)

vrai-e

vertadèr-a  (bértadè-bértadèro) - à propos d'une histoire dont il n'était pas assuré qu'elle soit véritable, un béarnais dit "se n'ei pas ua vertad qu'ei ua vertadòta" (si ce n'est pas une vérité vraie, c'est une petite vérité)

vue 

vista (bisto) /  à vue de nez = a vista de nas ( à bisto dé nass)

  -   - -

yeux uelhs (lous ouéyss) -  que véden (voient), qu'espian (regardent), qu'arridòlan (rigolent), que ploran (pleurent)

W.C

los comuns , los retrèits  (lous coumuss, lous rétrèyts)

zona

cindre (lou cïndré) - Pour le vaincre, on avait recours à un guérisseur qui portait le malade sur le dos, faisant des allers et retours: Le guériseur lui demandait - que pòrti jo ? (qu'est-ce-que je porte?) - le malade répondait  "lo cindre", le guérisseur concluait sur : "aci que't pausi e que't descindri" - (là je te pose et je te dé-cindre/descendre )

zozoter, zézéyer bedossejar (bédousséya)

zut

rai (ray) , pro (prou),  haut (hawtt) - borle (bourlé) ! = flûte, rien, zut
Ueus e pomas ! (oeufs et pommes) - Que pòts tutar ! Tuta ! (tu peux tuter, tute!) - Merda de gat ! (merde de chat !)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

 Initiation au béarnais
[débutants] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison] [l'écrit-Arreproèrs] [phrases types] [le béarnais au quotidien]
[dictons à écouter]

Ce  travail a été effectué grâce à des connaissances personnelles, du collectage,  des lectures aux sources très variées,
et aux dictionnaires suivants :  Vantin Lespy (datant de la fin du XIX° siècle) , 
 Simin Palay de la moitié du XX° siècle,  le  "Petit dictionnaire français-occitan (Béarn) 
de Per Noste et la Civada, (fin XX°) ,  et enfin  le dictionnaire français / gascon ,  édité par Per Noste en 2005


compteur de visite