{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }
{ dictons à écouter}

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRE 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

sable

sable / sablut,-uda / étendue de ~ = sablau (sablaw)   / sablière = sablèra

sabot

esclòp -
los esclopèrs (porteurs de sabots et/ou sabotiers) est un des sobriquets des habitants de Bosdarros et de Labatut
  Cinc sòus costavan los esclòps, quan èran naus .. etc.. dit la chanson 
            (cinq sous coûtaient les sabots quand ils étaient neufs etc ...)
Endevinalha: Plen lo dia, vueit la nueit (plein le jour, vide la nuit)  ? 

sac

sac, saca, saquet,  saquòt (petit sac)
Endevinalha: Qu'a los còns au c.., e la coda a la boca (Les cornes au derrière et la queue à la bouche).   ? 

saint

sent (sénn) ou  sant - Sent Pançard est le personnage ventripotent, vedette du carnaval béarnais
Tà har lo portrèit de Sent Pançard, à la mòda de J.Prévert (pour faire le portrait de SP à la mode de Prévert)
Pintrar ua carnisseria, la mei grana de tota la vila (Peindre une boucherie, la plus grande de toute la ville)
Péner gigòts deus bèths, puç e trips (Pendre de beaux gigots, saucissons et boudins)
Descorar de saucissas; Carrelar lo sòu de roj e jaune (Décorer de  saucisses; Carreler le sol de rouge et de jaune)
Perhumar de tripas; (Parfumer de tripes )
A l’entrada, un carilhon d’òs d’e camòts …(A l'entrée, un carillon d'os de jambon)
E Sant Pançard qu’arriba …la tabalha ahamiada (Et SP arrive... affamée)
lo cotèth esmalit, la forqueta violenta (le couteau coléreux, la fourchette violente)
l’arríder maliciós …(le sourire malicieux...)
Esfaçar lo cotèth de Sent Pançard (oubliez le couteau de SP )
Qui vien d’assassinar lo carnissèr …(qui vient d'assasiner le boucher)
Bastir viste ua cujòla qui vòla (bâtir vite une cabane qui vole)
embarrà’i a Sant Pançard (enfermez-y SP)
clavar hèra plan (fermez très bien)
en-hlamar d’ua brasa, signar lo tablèu  (enflammez et avec une braise, signer le tableau)
Portrait de Sent Pançard par Tom, Asalais, Marius, Anaïs, Lop, Jonathan, Lancelot, de la Calandreta de Pau

saison

sason (sasou) - Lapalissade:  Ad aquesta sason, que hè un temps ... o un aute (en cette saison, ..il fait un temps .. ou un autre) , aurait dit monsieur de Lapalisse - la saison des moissons est dite garba -
Comptinette : Arrens non s'enten, a l'entorn deu briu. Ei garba ? Ei abriu ? Ei lo temps ancian ? (on n'entend rien mis à part le courant. Est-ce la saison des moissons ? Est-ce le mois d'avril ? Est-ce l'ancien temps ?)
Dicton/díser : Quan védes flors hòra de sason ; Que vederàs hred hòra de rason.
                                (Si tu vois des fleurs hors de saison ; tu verras du froid hors de raison.)

salade

(en) salada 

salamandre esgripi  - Dicton/díser : Ne i a pas bona hont ; Qui n’aja l’esgripi au hons. (Il n’y a pas de bonne fontaine, qui n’ait une salamandre au fond.)

sale

cascant-a, pipaut-a (pipawt-o) / saleté=salopèr

salir

empipautar (émpipawta) , cascantejar, salopejar 

salle de bains

sala de banh, sala de lavà's 

saluer

saludar  /salutacion 

samedi

dissabte (dissapté) - Arreproèr : Non i a dissabte shens sorelh ni vielhas shens consèlhs
                                      (il n'y a pas de samedi sans soleil (hum!!) ni de vieilles sans conseils)

sandale

espartenha (éspartégno)

sang

sang (sank) / sanglant.e = sanhos-osa (sagnouss, sagnouso)

sangloter

chemicar, chamucar (tchamuca)

sanitaire

sanitari 

sans

shens (chéns)

sans arrêt

adarron / sans arrêt ni raison; sous n'importe quel prétexte = a pausas e lausas

santé

santat - (dit aussi pour trinquer)

saoul

hart-a, briac-aga 

sapin

avet (abét) - Arreproèr : Qui basteish en avet, non basteish que tad eth (qui bâtit en sapin, ne bâtit que pour lui)

satisfait

acontentat / acontentar (acounténta)

sauf

sonque (sounqué)

saule sauç (saws) - le jeune saule est nommé saliguèr - une plantation de saule est dite saligar -

saut

saut (sawt)

saute-mouton

sauta-moton 

sauteur

sautaire (sawtayré)

sauvage

sauvatge (sawbatgé)

savate

sabarca, sabata

savoir

saber (sabé) / savant=sapient(sapién)

savon

sabon (sabou), sablon/ passer un savon =dar ua bugadada (da uo bugadado)  [lessive]

savoureux

sabros-osa (sabrous-sabrouso)

sciatique cranc - Afin de guérir ce mal, la personne atteinte devait rencontrer une personne atteinte de ce même mal, et connaissant la formule pour s'en défaire. Le guérisseur faisait coucher le malade à plat ventre sur le sol, et muni d'un bâton passait neuf fois sur son corps , en posant le pied sur le point douloureux. A chaque passage, le malade devait prononcer ces mots : "Nau, se dit lo noste gat; sustot despuish que'm soi plegat. Mes desplega'm jo voléri; passa'm dessus enta'm goarir." (nau dit notre chat; surtout depuis que je me suis courbé. Mais je voudrais me décourber; passe-moi desus pour me guérir).  Nau désigne tout à la fois le miaulement du chat et le nombre neuf, équivalent aux passes effectuées.. Et puis il faut attendre : ça passe ou ça casse !

scie

sègue, arresègue / scier =arresegar (arréséga) - se dit aussi au sens figuré

scintillement

treslusiment (tréslusimén)

scorpion

escrepi - un des sobriquet des habitants de Bordères (au sens figuré; indolent, paresseux ... petit homme méchant...)... pour dire qu'ils sont tout le contraire bien entendu.

S.D.F.(sans abri)

mandahèros 

seau (pour l'eau) herrat - Endevinalha : Que part en dançant ; Que torna en plorant (Il part en dansant ; Il revient en pleurant)   ? 

sec, sécher
séchoir

séc, secar (séca)
secadeir  (sécadè), sequedeir 

second

segond,  dusau  (dusaw)

secouer segotir (ségouti) - Comptinette : L'aranha teish. L'agaça que's segoteish holassa.(l'araignée tisse. La pie se secoue, grande folle)
secours

Viahòra .. Biahore (cri de détresse). On lit dans les Fors de Béarn à l'art. 169 :  Informar lo Senhor deu crit et de biahore (informer le Seigneur du cri et de l'appel au secours, c'est-à-dire  qu'il y a eu cri et appel au secours).
Montaigne a dit : « L'ordre qui pourveoid aux pulces et aux taulpes pourveoid aussi aux hommes qui ont la patience parcielle, à se laisser gouverner. que les pulces et les taulpes : nous avons beau crier Bihore ; c'est bien pour nous enrouer, mais non pour I'advancer »
Biahore, dans cette phrase des Essais, 11, 37, a bien le sens du mot béarnais biaffore. C'est ce que ne savait pas M. Eloi Johanneau, annotateur de Montaigne (1818), qui a donné du mot employé dans les Essais, l'explication suivante : « Biahore, terme qui se trouve dans Cotgrave, et dont se servent les charretiers du Languedoc pour hâter leurs chevaux: il répond à notre aïe ! et signifie allez,  vite, dehors; car je le crois composé de deux mots latins : via et foras ou foris. L'étymologie nous donne raison. On crie Biaffore pour appeler au secours. Biaffore ! Venez à mon aide, sur la voie publique, dehors.

secrétaire
(2 sens) 

secretari (sécrétari)

secteur

parçan 

sécurité

securitat 

sein

tita,  popa (poupo) - il y a foison de mots ayant popa pour racine  : par exemple, un popinaire, c'est un bébé qui aime rester au sein

seize

setze / seizième= setzau (sétzaw)

sel

sau (la saw)

semaine

setmana (la sémano) - nom d'une revue occitane
Comptine : Setmana santa, printemps viengut , lo bòsc que canta : Cocuth (semaine sainte, printemps revenu, le bois chante : Coucou !)

sembler

semblar / se ressembler ou ressembler à = sembla's

semer

semiar (sémia)

sentier

sendèr , senderòt

sept

t / septième=setau (sétaw)

septembre

seteme (sétémé) - un Arreproèr dit : " En julhet, ni hemna, ni caulet ; En agost, tot doç ; En seteme, reprener
(au mois de juillet, ni femme, ni chou; en août, tout doucement ; en septembre on peut en reprendre ..)
-le suivant se veut prédictif :
" en seteme, quan e n'i a dinc aus trabatès, que i a ivèrn dinc a la bisque "
          ( en septembre, quand il y en a jusqu'aux combles (du foin) , il y aura de l'hiver jusqu'au faîtage )
.Si le foin est très abondant, l’hiver sera très rigoureux. ... les choses sont bien faites en ce sens

sècheresse sequèr (séquè) -  Dicton/díser : Sequèr de mai ; en junh calor ; Que dan pan e hen au laurador.
                                   (Sècheresse de mai et chaleur de juin, donnent au laboureur du pain et du foin.)
serfs questaus (quéstawss) - C'était des serfs avec un statut sensiblement identique à tous les serfs de France et de Navarre : leur état étant proche de l’esclavage. En Béarn, on pouvait leur accorder la liberté après un certain temps de service, et contre des espèces sonnantes et trébuchantes. Entre autres obligations, ils se devaient de pouvoir prendre les armes à toute heure au service du seigneur, baron ou vicomte, et de rester 1 an ou 2 chacun , de père en fils,  dans le lieu de résidence de l'employeur  pour nettoyer les latrines, tirer les immondices hors de la ville et autres joyeusetés de ce style . Parfois, le seigneur leur donnait un terroir à travailler et à défricher ; qu’on appelait la queste . Le seigneur les nourrissait (sauf pour le carême qui lui faisait réaliser de conséquentes économies) ou leur donnait une certaine proportion de fruits provenant de la terre qu’ils travaillaient,  afin de nourrir leur famille. Le for, si avantageux pour les poublans et les bésiis leur était moins favorable : le premier article leur interdit de quitter la terre qu’on leur avait donnée à travailler,  sans le consentement du seigneur ; le second article suggère au seigneur d'attribuer au questau du fonds pour travailler pour lui-même,  s’il n’en avait pas assez pour survivre ; le troisième article dit que si le prix ou la charge de la queste ou terre est si fort que le questau soit obligé de vendre les bœufs destinés au labourage pour la payer, le seigneur doit diminuer la charge. Après que le questau ait fidèlement servi son maître, celui-ci pouvait lui donner cette queste à charge d’une redevance en grain. Par ce moyen, il pouvait recouvrir sa liberté et devenir un bien modeste propriétaire.

sérieusement

seriosament / sérieux=serios (serious-o)

serpent

sèrp -  Dicton/díser : Ath purmèr dimars de març, tota cuca que lhèva eth cap ; Era sèrp abans que cap.
                                             (Au premier mardi de mars, toute bestiole leve la tête ; le serpent sous peu.)

serrure

la saralha - Endevinalha: Que tira la lenga e croish deu caishau quan devisa dab madama Laclau
                             (elle tire la langue et plie des dents quand elle discute avec madame Laclau) 
 ? 

serviable

serviciau (sérbiciaw)

serviette de table

tavalha , tavalheta

serviette de toilette

tavalheta de lavà’s , de banh

servir

servir (sérbir) -  daubuns que pensan a servir, hèra a serví's ( certains pensent à servir, beaucoup à se servir )

serviteur

servidor-a

seuil

portalèr (pourtalè) ; lindau (lïndaw)

seul.e

sol-a (soul-o), solet , soleta
Comptine :  Deu som deu cèu blu, l'estela t'espia, au ras de la via, soleta a l'escur. (Du fond du ciel bleu, l'étoile te regarde, au bord du chemin, seulette dans l'obscurité).

siècle

sègle - las hemnas deu sègle (femmes du siècle) étaient les prostituées

siège

sieti, sèti

sieste

cluc , dromida, dromilhon (droumillou)
Dicton/díser : A Nosta-Dauna de seteme ; A las velhadas t’atendi, e los clucs te defeni.
                         (A Notre-Dame de septembre ; je t’attends aux veillées, mais je t’interdis les siestes.)
Comptine :  Gatet, feniantet ; Acaba lo ton cluquet, plan au sec ; Au còrn deu heuc.
                          (Chaton fainéantet ; Termine ta petite sieste, bien au sec ; Au coin du feu.)

sifflet

shiulet / shiular - Jusqu'à la fin du siècle dernier, les habitants d'Aas en vallée d'Ossau communiquaient entre eux (à travers la montagne) par un langage sifflé.

signal

senhau (ségnaw)

signe

signe (sig-né)

sillon

soc, arrèca / hica's au soc= suivre la coutume
esta'n aus arpunts = en être aux derniers sillons ; c'est être sur sa fin

simple

simple (sïmplé)

simplet

pèc, bòbo 

sinuosité

reviret (rébirét)

sire

dans le sens de triste sire, un lèd gus; un pacant  -  los Pacants est le sobriquet des habitants de Momas

site

lòc, endret ndret

sitôt

tanlèu (talèw) 

six

sheis (chéys)

ski

esqui, lata 

skieur

esquiaire (ésquiaré), esquiador-a

slip

eslip 

social(e)

sociau (sociaw)

société

sòcieta

sœur

seror (sérou

soif

se(la sét)/ maridar la hami dab la set = apparier  deux individus très différents et/ou misérables

soigner

suenhar 

soin

suenh  / suenhos

soir

ser (sé)/ soirée=serada, vrespada (bréspado)
Comptine : O quant volerí qu'aquesta serada n'estosse acabada tant que viverí ! (O combien je voudrais que cette soirée ne fut terminée tant que je vivrais)

soit

sia (sïa)

sol

sòu ( sow)

soleil

sorelh (souréy), só (lou sou dans les vallées)  / un soleil de plomb=u souréy qui éstarròco
l'arrai deu só , c'est (littéralement) le rayon de soleil, mais c'est aussi le plein soleil, l'heure où il rayonne le plus 
On l'appelle aussi en Béarn, lo vielh (le vieux) ou Jan de Capsús (Jean du sud)
Dicton/ díser : Se tienes ara to molhèr ; Non la dèishes ath só de gèr.
(Si tu tiens à ta femme ; ne la laisse pas s’exposer -se prélasser- au soleil de janvier.)

solive travatèr - Dicton/ díser : Quan e n’i a dinc aus trabatèrs ; que i a ivèrn dinc a la bisca.
                   (Quand il y a du foin jusqu’aux solives ; il y a de l’hiver jusqu’au faîtage du toit.)

solliciter

sollicitar, pregar - il ne faut plus (on ne peut plus) le/la solliciter = n'ei pas mei de plèti

sombre

escur-a

sommet, haut

som (soum)

songer

saunejar (sawnéya)

sonnerie

soada, trang-ada / sonneur=tintinaire

sorcier

broish, posoèr  (brouch, pousouè) - Borròlo = chef des sorciers

sorcière

broisha(broutcho)  / las broishas que hornejan (las broutchos qué hournéyén )  = les sorcières travaillent au four | se dit quand il pleut et fait soleil en même temps|  lo broishàmi est  ensemble des sorciers et sorcières
~Les parents faisaient intervenir une quantité invraisemblable d'esprits (spécifiques pour chaque cas) pour faire obéir les enfants. Dans le cas où aucun ne fonctionnait, on leur racontait que les sorcières volaient la nuit à cheval sur un balai et l’une d’elles Margalida arrivait lorsque les enfants ne croyaient pas ces histoires. (un joker en quelque sorte)
-les ogeuloises portent le sobriquet de broishas, tandis que leurs pendants masculins portent celui de crestadors (castreurs)... et ça fait bon ménage tout ça ???

sort

sòrt, ha
sortilège = broishami ; broishís

sorte

ordi , sòrta, traca 

sortie

sortida (la sourtido)

sortir 

sortir, gessir, salhir

sottise

peguessa (péguésso)

souche

sauç, soca / qu'ei a la sauç= il est pistonné

souci

chepic (tchépic) - soucieux, soucieuse : chepicós-osa (tchépicous , tchépicouso)

souffle

alet,  alenada / souffler : bohar (bouha) / souffle de vent : boherada (bouhérado)
Comptine : Mei viste engüèra que las flors, com la ventòla en boherada ; tanben que passa a la volada, lo beròi temps de las amors . (Plus vite encore que les fleurs, comme un souffle de vent ; le joli temps des amours passe aussi à la volée)
Dicton/díser : Boha heurèr ; Març qu’ei darrèr. (Souffle février ; mars te suit.)

souhaiter

sohetar, desirar  - ne prenez pas vos désirs pour des réalités : que't desiri signifie simplement ... je te souhaite.

soulier

sabaton , solièr 
Endevinalha 1 :  Pèt morta, sauta barrat ? (peau morte, saute le fossé ...  ? 
Endevinalha 2 Eth dia, que's harta ; era nueit que hè gauta
(Le jour, il se repaît; La nuit, il fait bouche béante)
 ? 

soupe

sopa (soupo) - la garbure est une soupe très épaisse aux ingrédients riches et variés, qui fait dire aux vieux béarnais : ua sopat (une soupe, soupé ... repas terminé!) -  une formulette dit aussi: la sopa? pan, aiga e chic dessus; lo qui ei praube que hè atau (la soupe? du pain, de l'eau et pas grand chose d'autre avec; celui qui est pauvre, il fait comme ça)
Dicton/díser : Qui’s vira deu casau, polets e clocas ; Qu’a tostemps èrbas tà las sopas.
(Qui chasse du jardin, poulets et poules glousses ; a toujours de l’herbe pour les soupes.)

soupirer

sospirar - Arreproèr : "Còr qui sospira, n'a pas ço qui vòu." (cœur qui soupire n'a pas ce qu'il désire)

souple

plegadís-issa,  sople-a

source

hont (houn) -uelh (ouéy)

sourcil

cilha , perpelh

sourd-e

shord-a (chour-do) - que hèn deus shords = ils font les sourds

sourire

arridoler / arridolet

souris

murgueta /  la murgueta que shiscla (couine)

sournois

tumahus-usa

sous

devath (débat)

soustraire

tirar

soutenir

sostiéner

spécial.iste

especiau, especialista 

spectateur

espectator-a

spéléologue

espeleològ 

spirale

torciròla (tourciròlo)

spleen

glahèr, adirèr - il y a une pléiade de mots en béarnais désignant un état mélancolique plus ou moins important

sport

espòrt

stationner

estacion-ar 

statue

estatua / statut=estatut

stérile vaciu (bacïw) - Dicton/díser Er’ivèrn n’ei pas vaciu ; Se n’ei doriu, qu’ei tardiu.
(L’hiver n’est pas stérile ; s’il n’est pas précoce, il sera tardif... soit l'hiver se fera quoi qu'il en soit.)

style

estil 

stylo

stylo plume, porte-plume = calam. 
- Nom donné aux concours annuels d'écrits en béarnais/gascon 

succès

escaduda (éscadudo)  [réussite]

sud

sud, cap-sus, cap-déssus

suer

sudar,  bouri / sueur=sudor (sudou)

suffire

estar pro ; abastar  / ça suffit ! = pro ! ; pro hèit !  /  ça me suffit : que n'èi pro
un arréproèr dit : lo pro, qu'ei pro, lo tròp, qu'ei tròp , soit "de la mesure en toute chose..." comme dit un philosophe

suivant

seguint  

suivre

seguir - se faire suivre (s'amener),  se traduit par ha's seguir

sujet

subjècte 

supermarché

supermercat 

supporter (sentir)

chinchar (tchïntcha)

supporteur

emparaire (émparayré)

sur (prép)

dessús , sus

sûr
sûrement

segur, solide (soulidé)
segur(ament) ; tot segur ; a còp segur ; cèrtament; de segur (dé ségu)

sûreté

seguretat

surmonter

susmontar

surnom

subernom , chafre 

surtout

sustot (sustout)


compteur de visite