{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
        Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRES   Q - R

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

 

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

qualité

qualitat - uei lo dia, la qualitat que's perd (de no jours, la qualité se perd)

quand

quan (kwan)

quand-même

totun (toutu) - « Ah ! que’us as hicats, totun ? » (Ah ! tu les as mis quand même ?)

quarante

quaranta (kwaranto) / quarantaine=quarantenat 

quartier

parçan  ( se disait aussi autrefois pour désigner une subdivision administrative)

quatre

quate (kwaté) 
gahar lo quate (gaha lou kwaté ) = prendre le quatre ( prendre les jambes à  son cou)
à quatre pattes = A grapas – a garrapòs

quatre-coins

quate-cantons (kwaté cantous) - à Pau existe la place des Sept cantons

quatre-vingts

ueitanta (wéytanto) - quatre-vingtième=ueitantau (wéytantaw)

quatre-vingt-dix

navanta (nabanto) - quatre-vingt-dixième=navantau (nabantaw)

quatrième

quatau (quouataw)

que, quoi

qué? / qui=qui

quel-le(s)

quin, quinas, quins(quïns

quelqu’un

quauqu'un-a, quauquarés

quelque

quauque 

quelque chose

quauquarren (quawquaré)

quelquefois

còps (a) , còps qu’i a 

querelle

peleja (péléyo) / se quereller = pelejà's  ; har a nhico-nhaco (gnicou-gnacou)

question

question (quéstiou) - questions à répétitions = perdècas
Pour éluder une question, on dit "escota si lo merlo siula", ou "escota si plau"

queue

coda (coudo) , coa / A la queue-leu-leu= a la coda-l’i-sega ; a la coda-l’i-coda ; a la sèga-lanlèra ; a la sèga-l’i-sèga  /   Jan de Vira-Moscas (Jean de ... fais partir les mouches) désigne la queue du cheval

quille

quilha / quiller = quilhèr, plantièr

quinze

quinze (quïnzé)  / quinzième=quinzau / quinzaine=  quinzenat

quitter

quitar, deishar
Arren que d'i pensar que nse cau quitar, prauba Margalida; Arren que d'i pensar que nse cau quitar, non hèi que plorar. (Rien que d'y penser qu'on doit se quitter, pauvre Marguerite ; Rien que d'y penser qu'on doit se quitter, je ner fais que pleurer)

rabais

rebaish

racine

arraditz (arradis) -  mei longs son los arraditz, mei bèths son los arbes (plus longues sont les racines, plus beaux sont les arbres)   -  ne cau dar sonque duas causas a los mainats: arraditz e alas (il ne faut donner que deux choses aux enfants: des racines et des ailes)

raclée

ramoncinada / donner une raclée =segotir lo higuèr (ségouti lou higuè ) , soit secouer le figuier

racler

escarrar, rasclar

radin, mesquin

cagavèrmi

radio

radiò / radiografia

rafale

ventòrla [vent]

raisin

arrasim 

raison

rason (la rasou) , arreson  - qu'èra d'escapsa= il était arrivé à l'âge raison (raisonnable)
assedetz-ve e escapsatz-ve !

rajouter

hornir 

rallye

rondaleir 

ramasser

amassar , arrecaptar 

rang
ranger

reng (rénk)
arrecaptar [mettre de côté], estruçar 

rapide

rapide-a 

rapiécer

(a) pedaçar 

raser (se)

rasa's - au sens figuré, raser se dit en-hartar

rat arrat - Comptine : Gatàs, maishantàs ; Tua los arrats ; Mes dèisha los auserons, cantar las loas cançons.
(Gros chat, très méchant ; Tue les rats ; Mais laisse les oisillons, chanter leurs chansons)
Dicton/díser : Eth tron de heurèr ; que tira eths arrats deu palhèr.
(Le tonnerre de février fait sortir les rats du pailler.)

rayon
rayonner
rayonnement

arrai , rai(ray)
arrajar - voir le groupe folk béarnais de ce nom, originaire de Salies-de-Béarn
aujor (awyou)

re ....

on traduit beaucoup de verbes commençant par re en français comme redire,  par .. tornar (tourna) .. plus le verbe en question - ex: redire= tornar disér

réalité

realitat

rebelle

arreguinha(arréguignat)

rebours

à rebours = a l'arreboish (à l'arrébouch)

rebrousser

virar de bòrd  -   à rebrousse-poil = a l’arrèrpeu ; a contrapeu 

recevoir

recéber 

réchauffer

escalorir (éscalouri) /escalorit-ida = réchauffé.e

recommencer

(ar)recomençar ;  tornar començar -  tot qu'a ja estat dit, mes com arrés n'escota, que cau tostemps arrecomençar 
 ( tout a déjà été dit,mais comme personne n'écoute, il faut toujours recommencer )

reculer

arrepè (har) / à reculons = d'arreculas

réel

vertadèr 

réentendre

enténer (tornar) 

refaire

arrehar, tornar har 

réfléchir

pensar/ se~= rebate's, miralha's / rebàter [réfléter]

refroidir

en-hredir , ahredolir

regain

ardalh (arday) - c'est la 2° coupe de foin au plein cœur de l' été et aussi le nom d'un groupe béarnais
la 3° coupe réalisée en fin d'été quand il reste suffisamment d'herbe, est l'arredalh
Formulette : Au prat, la dalh qui talha ; Copa aredalh e palha (au pré, la faux qui taille ; coupe regain et paille)

regard-er

espiar (éspya) -   « Espia ! » (éspïo)  [Regarde !]   / se regarder = mirà's

région (petite), secteur

parçan 

regret

degrèu (dégrèw) /à regret = a degrèu /   regretter = saber mau (sabé maw)
je regrette = que l'ei degrèu, que me'n sap mau ou que'u ne sap mau 

rein

arnelh, (ar)rea [dos] 

réjouir gaudejar - Dicton/díser : Quan Pascas marceja ; pastor ne’t cau pas gaudejar.
                                     (Quand Pâques tombe au mois de mars ; berger, il ne faut pas t’en réjouir.)

remarque-r

remerca-r 

rembourrage

remborratge (rémbourratyé)

remède

rémèdi - potinga (poutïngo) dans le sens médical - 
bitupèri=remède de bonne femme (de sorcière)

rempart

(em)barri , murralha

remplir plear (pléa) - Dicton/díser : Abriu fresc e mai caut ; Que plean lo solèr dinc au haut.
                                            (Avril frais et mai chaud, remplissent le grenier jusqu'en haut)

renard

la vop (boup) - il portait autrefois le surnom de Guilhòt, d'où le Arreproèr:
 " qui cred guilhar Guilhòt; Guilhòt que'u guilha" , car Guilhòt est aussi un prénom béarnais et guilhar, un synonyme de tromper ... d'où "n'est pas trompé celui qu'on croit, ou à trompeur, trompeur et demi..
Conte : Lo hasan e la vop.
Un còp, dalhèrs que vedón ua vop entrar hens ua parguia.
 « Hou paisan si's boten a cridar, la vop que t'a las poras ! »
Esbariat, l'herumi que huei, non pas solet : qu'avè podut arrapar lo hasan, et qu'eu s'en amiava capsús, la dent sus la pluma.... Aus critz deus dalhèrs, lo hasan qu'eu ditz : « Respon qu'en an mentit.» La vop qu'at voló díser , mes lo hasan qu'eu cadó deus pòts... et s'assauvè.
Le coq et le renard
Une fois, des faucheurs virent un renard qui entrait dans une basse-cour. — « Ho ! paysan, se mirent-ils à crier, le renard a tes poules ! » Effrayée, la bête sauvage s'enfuit, non pas seule : elle avait pu saisir le coq, et l'emportait « au haut », la dent sur la plume. Aux cris des faucheurs, le coq dit au renard : " Réponds qu'ils en ont menti.» Celui-ci voulut dire ces mots., mais le coq lui tomba des lèvres. ... et se sauva.

rencontre

encontra ncountro)  - à la rencontre = a l'endavant (al'énndabann)

rencontrer

encontrar ncountra) , càder sus (tomber sur)

renforcer

en-hòrtir 

renifler

musiquejar deu nas - reniflère = cançon de tira en sus

rentrée

(r)entrada / 

rentrer

tornar, rentrar / se mettre à l'abri, se retirer= aplega's

renvoi

retorn, renviada 

repas

repèish (répèch)

repasser

lissar

répéter

díser (tornar ~ ) 

repos

repaus (répaws)

repu

sadoth,-ora ; hart,a ; arregolat,-ada /  je suis repu =que soi arregolat (qué souy arrégoulatt)
Comptinette : L'ausèth sadoth s'escoba ; E que's segot la prova (l'oiseau repu se nettoie et se secoue la poussière)

réserve

resèrva, arrecapte [lieu sûr] 

respecter

respectar 

restaurant

ostal, ostaleria 

rester

demorar (démoura)

retentir retrenir - Lo cap de l'aso m'èi trobat, çò que lo lop n'a pas minjat, ne tornaràs pas tau mercat. Hè retrenir lo ton claron, tòca mon aso, Peiroton. (J'ai trouvé la tête de mon âne ; ce que le loup n'a pas mangé, ne reviendra pas au marché. Fais retentir ton clairon, touche mon âne Petit Pierre)

retourner

arrevirar  (arrébira) / battre en retraite=har arrerpè ( ha arrépè)

retrouver

(ar)retròvar ; tornar trobar (tourna - trouba)

réussir

escàder-s'i  -  j'ai bien réussi =  que m'i soi plan escadut
mot fréquent en béarnais, escàder (qui vient de càder signifiant tomber) - signifie également échoir, arriver par hasard, avoir de la chance, tomber bien, à point)

revenir

tornar / revenu.e= reviengut-uda /  
revenir en arrière =tornar a l'endarrèr / arreviràs

revivre

tornar víver (tourna bibé)

revoir

tornar véder (tourna bédé)

rez-de-chaussée

embaish (émbach),  sòtou

rien

arren (arré) - Dicton/díser : Annada de hen ; Annada d’arren. (Année de foin ; année de rien.)

rire

arríder , arriser / esclacasseja's / s'étouffer de rire = estofa's d'arrider (éstoufas d'arridé)
Dicton/díser : Quan heurèr plora ; Abriu qu’arrid. (Quand février pleure ; avril rit.)

risque-r

risc-ar 

rivage

ribatge - les (ar)ribèras sont des plaines alluviales situées de part et d'autre des principaux cours d'eau
Un groupe folk oloronais porte le nom de Montanhas e Ribèras

rivière, ruisseau

arriu (arriw) - arriulet (ariwlétt)=petit ruisseau
Dicton/díser : En mes d’abriu ; Era vaca viu pera sèga o per arriu ; E si viu, mau viu.
(Au mois d’avril, la vache survit le long de la haie, ou le long du ruisseau ; mais si elle vit, elle vit mal.)
Endevinalha :  Tostemps parlar e jamei non sap ço qui dit (il parle toujours sans savoir ce qu'il dit)    ?  

robe

rauba (rawbo) ; cotilhon peut aussi bien désigner les cotillons que la robe

robinet

broquet (brouquét) / sarrem lou broquet=[tenons-en nous là]

rocher

(ar)ròca , malh

roi rei (réy) - plusieurs sommets contiennent ce nom dans nos montagnes : le Rei en vallée d'Ossau, le Trône du roi, le Pic des trois rois et la Table des trois rois en vallée d'Aspe. la première des raisons, c'est que les scribes ont fait une erreur en trascrivant le nom local d'aurei (vent dominant), en rei. La seconde raison est que notre principauté fut, au moyen-âge, le siège de conférences internationales, regroupant les rois de France (ou ses représentants) , d'Angleterre, d'Aragon, et le prince du Béarn.
Dicton/díser : Lo dia deus reis, que’s cau har bon sang ; Tà  sentir-se’n tot l’an.
                   (Le jour des rois (épiphanie), il faut se faire du bon sang ; pour s’en ressentir bien toute l’année.)

ronces

sèga - roncier= segas  -  voir le groupe folk béarnais Trauca Segas (perce, traverse  ronces)
Endevinalha : Longa, longa com Pilate; Qu'a caishaus com ua gata    ? 
                       (Longue, longue, comme Pilate (Ponce); Elle a des dents comme une chatte)

rond

ardon(ardou), arredon, aròu  
Dicton/díser : Pica’m pregon, Talha’m ardon ; Tira’m la mossa ; Que’t plearèi la borsa !
                                (Houe-moi profond, taille-moi rond, enlève-moi la mousse ; je remplirai ta bourse !)

ronde

ronda ; à la ronde=adarron

rongé

arroganhat (arougagnat)  /  l'os qu'ei arroganhat =[l'affaire est classée]

rose

(ar)ròsa  -  Dicton/díser : Quan era ròsa deth casau, baisha de cap ar’ostau ; Menshidatz-ve ! ara pòrta, era mort que hè nhau. (Quand la rose du jardin, s’incline vers la maison ; méfiez-vous ! à la porte, la mort fait miaou.)

rosé (vin)

palhet 

rosée

arròs (arrous) / aquò n'ei qu'arròs=[c'est sans la moindre importance] 
Dicton/díser : Arrós de mai ; Hè tot bèth o tot lèd.(Rosée de mai ; fait tout bon ou tout mauvais.)

rossée

estrilhada

rôti

rostit  (roustit) / rôtir=rostir, tostar
>>Pain rôti ou roste : 
C'est une tradition béarnaise ayant lieu lors d'un mariage. Après la cérémonie nuptiale, le couple était séparé, chacun s’en allant dîner avec les siens. Après le repas, 2 des principaux convives sont députés vers le père de l’époux pour lui demander s’il lui convient de recevoir sa bru.
Pendant ce temps, les jeunes attendent sur la route et forcent à boire les passants à la santé des mariés. Les ambassadeurs reviennent avec une réponse favorable et la mariée quitte le domicile familial pour rejoindre celui de son époux. Dès qu’elle apparaît dans la rue, c’est un vacarme infernal avec des anilhets (cris forts et prolongés comme l’irintzina basque) , sorte de cri ioulé. Arrivé à la maison de l’époux , il y a d’abord un refus (de principe) de recevoir l’épousée, puis s’engage tout un cérémonial avec demandes et réponses codifiées . Enfin après tout un jeu de tractations, l’autorisation est donnée. Les jeunes demandent à l’épousée de se déshabiller.
Ce qu’elle refuse et ce qui lui vaut des couplets appropriés. Enfin, les époux se retirent pour consommer , mais la fête continue dans la maison et le marié est parfois obligé d’acheter (au sens propre) quelques heures de repos . Quoi qu’il fasse, il ne pourra pas échapper à la roste et son cortège de quolibets et de plaisanteries. Au beau milieu de la nuit, on frappe à la porte …l’usage (barbare) autorise à enfoncer la porte au moindre retard. Quatre jeunes paraissent alors, portant sur leurs épaules un fauteuil dans lequel se prélasse un espèce de fantôme tout de blanc vêtu. Son accoutrement montre que c’est un cuisinier qui vient offrir aux mariés une immense jatte de vin fortement épicé, dans laquelle nagent des morceaux de pain rôti (d’où le nom de roste) . C’est en fait une soupe au vin . On force les mariés à en boire . Avant ou après la consommation initiale de l’hyménée, on avait à cœur de remonter les époux ou de les mettre en état de parfaire aux devoirs conjugaux les plus légitimes . De nos jours, on emplit le traditionnel pot de chambre…de caramel, biscuit et vin blanc

roue

arròda ; las arròdas  -
Endevinalha: -Quate damisèlas qui tostemps corren  e jamei non s’atenhen ?
                    (quatre demoiselles qui courent toujours et jamais ne se rejoignent)
   ? 

rouge

roi (rouy) , arroi (arrouy)  - confondu parfois en montagne avec arroish signifiant escarpé, comme le Mailh Arrouy à l'entrée de la vallée d'Aspe - le cap arroi est un des surnoms du gypaète barbu (vautour)

route

caminau (caminaw), carrerau (carréraw)
- on désigne sous le nom de caminaire (caminayré) , les instituteurs itinérants, en béarnais

ruade, rebuffade

arreguinhet

ruche

abelhèr / hica's la man a l'abelhèr =mettre la main dans la ruche [se chercher des ennuis]

rue

carrèra  .. le mot (ar)rua , n'est pas un gallicisme (ou francisme), car il est gascon mais désigne plutôt une rangée, plus précisément une rue aux maisons bien alignées.

rugby

lo rrrubí (ou le rujbi en français)

rugueux

garronhut-uda (garrougnut-udo) , arrust-a

ruminer, râler

arromegar , arroganhar

rural

rurau (ruraw)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

 

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Initiation au béarnais
[débutants] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison] [l'écrit-Arreproèrs] [phrases types] [le béarnais au quotidien][
dictons à écouter] 


compteur de visite