{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRES    N - O

nager

nadar -  nage=nadada -  nageur, nageuse=nadaire (nadayré), nadaira
Dicton/díser : L’an maishant ; qu’arriba en nadant.
(L’année mauvaise arrive en nageant -soit avec la pluie-.)

naissance

neishença (üo néchénsso)

naître

néisher (néché) , vàder (badé)  /  il est né =qu'ei vadut (qu'éy badut-udo)
A noter que vadut signifie à la fois, né et devenu: c'est comme ça qu'on peut dire  - " ne soi pas vadut hòu puishque soi vadut atau" (je ne suis pas devenu fou, puisque je suis né comme ça)

natation

natacion (natassiou)

navet

arraba - Endevinalha : Blanc com néu e néu n'ei pas; que pòrta huelhas e arbe n'ei pas 
(il est blanc comme de la neige, mais n'est pas de la neige; il a des feuilles, mais n'est pas un arbre )
    ? 

nécessaire (le)

lo dequé -  un bèth dequé = un beau bien, une belle aisance

nèfle la mespla  - Dicton/díser : De l’ahraga a la mespla, que trobaràs qui’t neuresca ; D’aquiu enlà, que te'n cau cercar.(De la -cueillette- fraise à la nèfle, tu trouveras de quoi te nourrir ; à partir de là, il faut t'en chercher.)
Endevinalha : Qu'a sèt alas e sèt òs (elle a sept ailes et sept noyaux)
                      Que non pòt volar t'at bòsc (elle ne peut pas s'envoler vers le bois
 ? 

néflier

mesplèr  -  Jan-Mesplèr = Jean du néflier (Jean-Bâton) - sobriquet d'un homme dur et solide. On fait des aiguillons et des makilas avec le bois de néflier 

négoce

negòci 

neige-r

néu (la néw)  -  nevar / il va neiger=que va nevar (qué ba néba)
un congère est dit congèsta (counyèsto) - Yvette m'apprend qu'une plaque de neige glissant du toit s'appelle lampèra (en Aspe)

nerf

nèrvi - qu'a los nèrvis= il (elle) est énervé.e ... ou qu'èi los nèrvis (j'ai les nerfs)

nettoyer

netejar (nétéya) - "senta Quitèire, netejatz-nos" (sainte Quitterie, nettoyez-nous) disaient les fidèles en processionnant de Doumy à Aubous

neuf (2 sens)

nau (naw) /  neuve= nava (nabo)  / neuvième=navau (nabaw)
1°comptine:  - Que i a de nau ? (qu'y a-t-il de neuf?)
                      - Arren de nau, tot de sèt e de hueit ! (rien de neuf, tout de sept et de huit!)
2° comptine: - Que i a de nau ?  (qu'y a-t-il de neuf?)
                      - La nosta vaca qu’a hèit un chivau (notre vache a fait un cheval)

neveu

nebot (nébout)   /  nièce=neboda (néboudo)
Arreproèr : Nebots e nevodas : Lops e lovas (Neveux et nièces : Loups et louves)

nez

nas (lou nass) - lo nas que sent (sent), qu'aleda (respire), qu'arrufla (renifle), que cola (coule)
~
a vista de nas (bisto dé nass) est l'équivalent français de " à vue de nez, ou au pif ".

nid

nid (nit) Endevinalha : Un beròi ostalet, grana pòrta shens frisquet e nada frinèstra 
                                          (une jolie maisonnette sans loquet, ni fenêtre)
    ? 

n'importe..

n'importe = sia çò qui sia !  ;  n'importe qui = qui que sia (qui qué sïa ) ;  n'importe quoi = que que sia (qué qué sïa)  ;  n'importe où = on que sia (oun qué sïa)

n'importe comment

bourrigo-bourrago ; à la bambòla

noble

nòble-a - Il y avait autrefois en Béarn quantité de nobles, issus soit de seigneuries (domenjadure), soit d'abbayes laïques). Leur nom était parfois précédé de la particule En (Na pour les dames), ou de Mos (mouss), diminutif de monsénher (monseigneur)

noce noça (nousso)
Comptine : Marie Chourre et Jan Pinsaa
Que volèn ha noças doman ;
Mes n'avèn nat bocin de pan,
Tanben qu'at abón a deishar.
(Marie Roitelet et Jean Pinson — Voulaient faire noces demain; — Mais ils n'avaient pas le moindre morceau de pain,— Aussi ont-ils dû renoncer à leur projet ).
Dans le cas contraire on nommait ce genre de mariage, le mariage de la faim avec la soif.

noël

nadau (nadaw) - Nom du groupe béarnais et gascon numéro un (anciennement Los de Nadau) -  
~Las nadales étaient les journées précédant la noël, lors desquelles les enfants parcouraient les rues des villages en quémandant oeufs et autres denrées. Ils allaient de maison en maison en criant :
"Picahòu!Hòu! Hòu! Pica palha, pica hèn!     (... pique paille, pique foin)
 Picahòu!Hòu! Hòu! Las iròlas que hèn ben !" (...les châtaigne rôties font du bien)
Les dernières châtaignes conservées étaient à rechercher dans la paille ou le foin. Il était dit :
 "las iròlas entà nadau, , minjar que las cau " (il faut manger les châtaignes grillées pour la Noël)

noir

negre-a (négré)

noisette

averan  (abéra)-  Endevinalha: Ua damisèla non ved ni nueit, ni dia, hens la soa crampeta 
                                 (une demoiselle qui ne voit ni la nuit, ni le jour dans sa petite chambre)
   ? 

noisetier

averanhèr (abéragnè)  -  ua tisana d'averanhèr, c'est une volée de coups

noix

esquilhò (ésquillot) -  pèrde's los esquilhòts (se perdre le noix)  = péter
Dicton/díser : An de cepèra, an d’esquilhotèra ; an de misèria. An de glanèra, an de palomèra ; an de hartèra. (Année à cèpes, année à noix ; année de misère. Année à glands, année de palombes ; année de repaissance.)

nom

no(noum)

nombreux

nombrós-osa (noumbrous-oso)

nombril

melic - en montagne c'est la poutre à laquelle on attache les bêtes  (?!?!)

nommer

nomentar (nouménnta)

non

nani O , non (nou) - on peut dire "méss qué nani", pour renforcer; comme on dit "méss qué quiò"

note

nòta 

nourriture

neuritut (néwritut)   / surabondance = hèish;  hartèra 
que n'èi hartèra (qué nèy hartèro) = j'en ai marre, j'en ai assez (je suis saturé)

nouveauté nautat (nawtatt)

nouveau, nouvelle

navèth (nabèt)  , navèra (nabèro) - on désignait autrefois les terres nouvelles, c'est-à-dire défrichées, sous le nom de Navèras   / que i a de navèth = arren, qu'ei tot vielh (qu'y a-t-il de nouveau ?  - rien, tout est vieux)

novembre noveme (noubémé) - En noveme; que novembreja (en novembre, il fait un temps de novembre

noyer

negar , anegar / arbre=noguèr - Nombreux patronymes à partir de ce nom, comme Noguès, Nouguès etc ..  Dicton/díser : Quan canta eth sapo en mes de heurèr ; cap de lata non cau t’ath noguèr.
                              (Quand chante le crapaud au mois de février ; on n’a pas besoin de gaule pour le noyer.)

nu-e

curt-curta, nud-nuda  

nuage

crum (crüm) , nubla 

nuance

nuança 

nuit

nueit (la nouéyt) / ce soir = a nueit ( à nouéyt )  /  bonne nuit = bona nueit
à la tombée de la nuit = a boca de nueit (à bouco dé nouéyt)

nul-le 

arrés, nat, nada

nulle part

enlòc

obéir

créder (crédé) - que pòts créder,  est une menace => tu ne perds rien pour attendre

objecteur

objector - Il y eut plusieurs objecteurs de conscience, à préférer passer des années dans des fermes béarnaises, plutôt que de faire le service militaire.. le plus célèbre d'entre eux est Éric Pététin qui a milité par la suite pour empêcher que ne se réalise,  à travers la vallée d'Aspe, une route à grande circulation,  à destination de l'Espagne.
Une Aspoise les appelait avec déférence :"protecturs de confiença" (proutécturs dé counfiénço )

objet

objècte 

obligation

obligacion (oubligaciou) ; cuenta (couénto)

obscurité

escur ; escurada ; escuranha
Comptine : Gatòts, gatàs, gatons ; Gatets, gatins, gatarros ; Per davant, petits anjolons ; A l'escur, grans demons. (Chats de toutes sortes ; Par devant, de petits anges ; A l'obscurité, de grands démons)

obstacle

trebuc -   (a donné des patronymes)

occitan

occitan (ouccita)

octobre

octobre (octoubré)

œil

uelh (ouéy) /  oeil de boeuf = buau ( büaw ) 
Endevinalha : Que son dus hrairs, mes ne's poden pas véder  (ce sont 2 frères, mais ils ne peuvent pas se voir)    ? 

œsophage

horat milhoquèr (trou à maïs) - se dit aussi grossièrement pour désigner le sexe féminin, lequel ne manque pas d'appellations imagées

œuf

ueu (u ouéou) -  Endevinalha 1 : A noste que i a un barricotet (chez nous, il y a un petit barricot)
                                               Qui n’a pas ni cerc,  ni broquet ? (qui n'a ni cercle, ni robinet
  ? 
Endevinalha 2 : N'a pas ni cap ni coda, e hè ua bèstia qui cort. (Il n'a pas de tête ni de queue, et fait une bête qui court.)    ? 
Endevinalha 3 : Ma mair que m'a hèit en cantant ; que soi vestit de blanc. N'èi pas ni coda, ni tèsta, e ne soi pas ni òmi ni bèstia. (Ma mère m'a fait en chantant ; je suis vêtu de blanc. Je n'ai ni queue ni tête, e je ne suis ni homme, ni bête )    ? 

œuvre

òbra

officiel

oficiau-ala (oficiaw)

offrir

auherir 

oie

auca (uo awco) - Jan l'Auquet (gardien du troupeau d'oie),  c'est un désœuvré
-los Auquèrs (ou Aucatèrs) est un des sobriquets des Pontacquais, car l'oie est dans leur armoirie.
Dicton/díser : Per Senta-Agata, tòca lo cuu a l’aucata ; Se l’ueu n’a, hè-la tostar.(A partir de Sainte-Agathe, touche le cul de l’oie pondeuse et couveuse ; si elle n’a pas d’œuf, fais-la rôtir.)

oignon ceba (cébo) - "la vita qu'ei ua ceba qu'espelucam en plorant" (la vie est un oignon qu'on épluche en pleurant)
Dicton/díser : Au mes d’abriu, planta la ceba com un hiu ; Au mes de mai, que l’as com pair e mair.
                   (Au mois d’avril, plante l’oignon comme un fil ; au mois de mai, tu l’as comme père et mère.)

oiseau
oiselet-oisillon

ausèth (u awsèt)
auseron (awsérou) - auselet (awsélét)- auseret(awsérét)- voir le groupe folk béarnais
Los Auserons

oison aucat (awcat) - Comptinette : L'aucat shens cleca ; Molhat, que's seca. (l'oison sans crête, mouillé, se sèche)

ombre

ombra - il y a de nombreux mots créés à partir de celui-ci, comme ombreta (petite ombre), ombrejada (grande ombre et aussi, moment passé à l'ombre) .. etc..
Est également employé au sens figuré comme dans le proverbe ci-contre: -grana gentassa; grana ombrassa (grand paquet de mauvaises gens ; défauts prononcés et/ou très gênants)

ombret-légende-

Au dôme d'une colline entre Ance et Aramitz, dans le vaste et admirable secteur nommé Bugangue, il est un lieu
qu’on appelle Lombret , ou jardin des fées. De gros blocs de rochers qui parsèment cet endroit en ont fait par la
tradition, le lieu de résidence de fées. Au Lombret,  la présence des hades ( hadas, en béarnais ) est liée à la fois
aux gros rochers erratiques parsemant le sommet et qui soulèvent l’interrogation, et aux tumulus découverts
dans un endroit tout proche. C’est un phénomène qui se retrouve presque systématiquement partout où sont
signalées les dames blanches. En effet, leur présence est pratiquement toujours associée à des endroits qui ont été
occupés par  l’homme, bien avant notre ère : des hommes préhistoriques qui y ont abandonné des vestiges
(tumulus, cromlechs, menhirs, dolmens…) . Au Lombret comme ailleurs, les fées étaient détentrices d’un trésor
(vaisselle d’or en général) dont elles concédaient parfois un élément, si elles avaient été satisfaites d’un don de
la part des humains.. par exemple si  le goût de la  coque (mi-pain, mi-gâteau) qu’on avait déposée devant
l'entrée de leur demeure avait été à leur convenance.

omelette

moleta (la mouléto) -  ua moleta de cinquets (üo mouléto dé cïnquéts) = une omelette qui ne vaut rien

oncle

oncle (ounclé) ; oncon (ouncou) - on désignait parfois, autrefois, l'oncle qui restait à la maison du fait de son statut de cadet, sous le nom de coucou (soit coucou et cocon à la fois !)

ondoyer

ondejar  (oundéya)

ongles

las unclas 

orage

auratge (awratyé), tron (trou)  - Un jour un évêque vint visiter l'église d'un village. L'enfant de chœur demanda au curé : "quin cau tindar las campanas, mossur curè? Ce dernier répondit par "com taus auratges !"  (comment faut-il sonner les cloches ? comme pour les orages! )
Dicton/díser : Quan trona en març ; Esvarge de totas parts.
                               (Quand il fait de l’orage en mars ; frayeur générale.)

oral

orau (ouraw)

orange

iranja (iranyo) -  qui a panat l'iranja deu mèrcant ....? chantait un certain Gilbert

orchestre

orquèstra 

ordre

òrdi- veut dire tout à la fois,  loi, règle, race, espèce, sorte 

oreille

aurelha (uo aouréyo) - las aurelhas qu'escotan (écoutent), qu'enténen (entendent), que shiulan (sifflent)l'aurelhut, c'est l'âne (dit aussi lo ministre)
estar d’arrevira-shiulet (arébiro-chioulét) , c'est avoir l'oreille fine

oreillons

aurelhons (awréyous)

oriflamme

auriflam 

orner, parer

afaitar (afayta)

os 

òs  / os de jambon = camajon , trébuc
L'òs qu'ei arroganhat ( l'òs qu'éy arrougagnat ) = l'os est rongé [la messe est dite, l'affaire est classée]
Arreproèr : Ua lenga n'a pas d'òs, mes que'n hè portar de gròs
      (une langue n'a pas d'os, mais elle en fait porter de gros )  -
avec des si, on mettrait Paris en bouteille
On chantonnait, enfant : "arrecapta t'aqueth òs;  minja-le si vòs!"
 (récupère-toi cet os; mange-te-le si tu en as envie! ) , soit: ne te plains pas et débrouille-toi tout seul.
Il se disait aussi à quelqu'un qui insistait: "que vòs? ... chuca't aqueth òs!" (que veux-tu? .. suce-toi cet os!)

~Parmi les dizaines d'esprits béarnais,  l'un d'eux s'appelait Osencame (os de jambe). Il passait son temps à égarer les objets de la maison . Les hommes comme les femmes lui attribuaient la disparition de tout ce que l’on n’ose pas mettre sur le compte de la distraction ou du désordre, mais que l’on retrouve peu après car Osencame remet toujours tout à sa place....

oser gausar (gawsa)-
-Cacaracà !
Qu'as-tu, hasan?
— Hred au pè.
Bè'ute cauhar ençò deu caperan.
— Non gausi pas.
Que l'i as panat?
— U sac de blat.
On l'as portat?
— Au mercat.
Quant n'as tirat?
— Un escut.
...Sauta, cocut!
(Cocorico ! — Qu'as-tu, coq? — Froid au pied. — Va te le chauffer chez le curé. — Je n'ose pas. — Que lui as-tu volé?— Un sac de blé. - Où l'as-tu porté? Au marché. — Combien en as-tu tiré (l'as-tu vendu)? — Un écu. —Saute, coucou ! )

Ossau

l'une des trois principales vallée béarnaises - Aussau (awssaw)
Aussau! mas amoretas ! Aussau! jo me n'i vau !   (Ossau! mes amourettes! Ossau! moi je m'en vais!)

on (oun où es-tu ? = on ès (aoun ès)  Ooù est-il ? = on èi (aoun éy)O
où que ce soit = on que sia

oublier

desbrombar (désbroumba) - s'oublier=desbromba's   -  l'oubli, c'est de desbromb
Flors desbrombadas dens lo present, de mas pensadas viscatz tostemps!"
          (fleurs oubliées dans le présent; de mes pensées vivez toujours)

ouest

cap-arrèr, cap-darrèr, au só darrèr

oui

 òc (ò) - que oui = quiò (kiò) - mais que oui = s qué kiò - voir le groupe folk que quiò

oust

anem, hòra ! ; anem, haut ! ; dehòra ! ; hòra d'ací ; hala ! huei d'ací ; tira't d'ací (en tutoyant) ;
halatz ! tiratz-ve d'ací  (en vouvoyant)
Expressions : Anatz v’arrejar (sortez vous mettre au soleil)  – Vè t’arrajar las puç (va te mettre les puces à bronzer)

outil

utís - [ se dit aussi pour parler péjorativement de quelqu'un:  aqueth utis ...  ou insturmen, ou pistoulét.. ]

ouverture

obertura 

ouvrir

aubrir, obrir , orbir  -  ouvert.e = ubèrt.a

ouvrier

obrèr (oubrè) , aubrèr

ovale

ovau (obaw)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Initiation au béarnais
 [
débutants][les bases] [la grammaire] [la conjugaison] [l'écrit-Arreproèrs] [phrases types] [le béarnais au quotidien] [dictons à écouter


compteur de visite