{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
        Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRES    I-J-K

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

ibère

ibèr-a - C'était une peuplade occupant le nord de l'Espagne actuelle, dont certains ont vu l'origine des béarnais ; on a fait d'eux des ibéro-ligures, puis des celtibères, sans aucune justification . Ce qui est certain, c'est que le territoire béarnais est occupé depuis la dernière déglaciation, il y a quelques 12.000 ans environ

identité

identitat (idéntitat) - la nécessité de se trouver une identité collective est résumée par cet aphorisme:
 "que cau saber d'on vienem, entà saber on volem anar" (il faut savoir d'où l'on vient, pour savoir où l'on veut aller)

île

iscla - s'il fût une île ayant marqué les béarnais, c'est bien l'île de Saint-Domingue, où nombre d'entre eux ont fait fortune grâce aux champs de coton et de canne à sucre .... et à la main d'œuvre;  jusqu'à la révolte de cette même main d'œuvre orchestrée par le général noir Jean-Jacques Dessalines, en 1803

immeuble

bastissa, maisonassa

immuable

immudable

impératif imperatiu - venez ici : ça-vietz ; hètz-ve ençà. ;  hètz-v'ençà  /  partez,  sortez  : hètz-ve enlà / n'y revenez pas ! : non v'i tornetz pas  /   allez et au trot ! : anem e halar !   / allez-y mollo ! : anatz a plaser ! ; docejatz !  /  entrez ! : entratz ! ;  hètz-v'endavant ! ;  hètz-ve tà dehens ;  hètz-v'endehens ! /  sortez-le ! : tiratz-lo d'ací !/ écoutez : escotatz / asseyez-vous : assedetz-ve !;  plegatz las camas !  / mange : minja / mangeons : minjem  / mangez : minjatz  /chante: canta /  chantons : cantem / chantez : cantatz / reviens : torna't /
 

inconnu

inconegut.uda    - voir le groupe folk béarnais  éponyme

indépendance

independéncia  - Le Béarn fut indépendant jusqu'en 1620, et semi-indépendant jusqu'à la Révolution

indiscret

nas-agut, nas-de-cloca (clouco) = nez de e poule

infini

infinit-ida (ïnfinit-ido)

information

informacion (ïnfourmassiou)

installation

instalacion nstalassiou)

instrument

instrument (ïnstrumén ou insturmén)
Se dit aussi péjorativement en parlant de quelqu'un : aqueth insturmen (aquét insturménn ) (ce pistolet) ...

indépassable insuperable

intéresser

interessar 

intérieur

dehen(déhéns) -  a l'endehens= à l'intérieur

interminable

shens fin (chéns fi)

interpeller

ahupar 

isard

sarri  - le petit isard est lo sarriàt / lo sarricotet ou lo sarriolet est un très jeune isard / sarricoquet est un saut de cabri / un troupeau ou une trace d'isards est ua sarriada / sarrièr renvoie à ce qui concerne l'isard / 
los sarris est le sobriquet des gens d'Aydius, village haut perché dans la vallée d'Aspe

issue

gessit-ida; sortida (sourtido)

ivrognerie

brilhaguèra; pintèra; mau de pipe
-los Pintassèrs était le sobriquet des habitants de Géronce et de Lasseube;  les moneinchons était dits, eux,  Popavins (poupobi) et Pintaberòis -- à Gurmençon, c'était los Tutets (taquineurs de goulots)

 

 

 

jambe cama (la camo)
~
Un des esprits béarnais s'appelait Came-Crude (jambe crue ou nue) - Court et trapu, il portait un grand béret rabattu sur les yeux pour cacher son regard perçant. Il portait une ample blouse grise, la chamarre, un pantalon gris rapiécé sur des jambes musclées, et aux pieds, bien sûr, des sabots (esclòps) ..Ses yeux gris vert pouvaient paralyser, ôter la parole. Une absence, quelques secondes de rêverie et c’est Came-Crude qui passait par là... Il guettait de préférence les femmes. Le plus souvent il faisait courir la ménagère vers la maison ….N’avait-elle pas oublié le lait sur le feu, ou laissé les trips sur la table de la cuisine.. . Toujours est-il qu'elles sentaient fortement sa présence, même s'il se cachait bien, car son regard avait la puissance d'un rayon laser. Il pouvait très bien marcher sans faire de bruit ou bien déclencher un charivari de tous les diables pour faire taire les grenouilles et réveiller ceux qui n’ont pas la conscience tranquille. Les parents l’invoquaient pour faire rentrer le soir à la maison , les enfants récalcitrants.... (il n'y a guère, de vieilles béarnaises assuraient l'avoir rencontré)
Endevinalha : Qu'a l'esquia davant e lo vente darrèr . (elle a l'échine (dos) devant et le vente derrière)    
jambon cambajon (cambayou) - lou camòt est le jambon de l'épaule, bien connu encore des béarnais- lou trebuc, c'est le reste de jambon qu'on inclut dans la garbure
-lo mau temps passa e se'n torna lo bon; pendent que trincam a l'entorn de gras cambajons.
  (le mauvais temps passe et le bon revient, pendant qu'on trinque autour d'un gras jambons )
Dicton/díser :Tota bona hemna de maison ; N’entamena lo cambajon, qu’entà l’Ascension.
                               (Toute bonne ménagère n’entame le jambon, que pour l’Ascension.)
janvier genèr, gèr - Arreproèr : Endéu prumèr de l’an ; los dias qu’alongan d’un volet de hasan
                                 (dès le premier de l'an, les jours s'allongent d'un vol de coq)
jardin casau (lou casaw), òrt (ancien)
Arreproèr : Qui's vira de l'òrt porets e clocas, qu'a tostemps èrbas tà la sopa 
                 (celui qui fait sortir du jardin poulets et poules, a toujours de l'herbe pour la soupe)
jaune jaune (yawné) 
jeter gitar , aborrir  (abouri)
jeu (yòc)
jeudi dijaus (diyaws)
jeune-sse joen-essa (jouén-ésso)
jeunes filles gojatas - " tau com las gats son tà arratar; tau las gojatas son tà trompar " (telles que les chattes sont (faites) pour attraper les rats; telles sont (faites) les jeunes filles pour tromper ),  écrivit un jour un poète éconduit
joie
joyeux
jòïa 
gaujos (gawyouss)  - voir le groupe folk béarnais Los biarnes gaujós
joint-e junt-a / joindre=junher (jugné )  / quand les vivres s'amenuisaient, on disait que va càler junher (il va falloir se serrer la ceinture pour faire la soudure au point de vue alimentaire, en attendant une période plus favorable)
joli,e  beròi (béroy) , beròja (béroyo) , berojèta, berojina (joliette)
Dicton/díser : Lo mes de heurèr ; Un dia de beròi, un dia de lèd. (Le mois de février ; un jour de beau, un jour de laid-vilain.)
jonquille  Janeta-Jauna -  Janeta-Blanca, c'est la narcisse
joue gauta , maishèra 
joueur jogador (yougadou),  joguedor /jouer = jogar, har à ...
jour dia (di-io)  Vient du  mot latin dies signifiant le jour de la journée où il fait clair; mais il désignait aussi la lumière, l'air et le ciel - à jour fixé=a dia adiat  -  à jour passé = a dia passat - au jour d'aujourd'hui = uei lo dia
dia per dia (au jour le jour) est le titre de mon dernier livre . Il concerne l'histoire du Béarn, présentée sous forme d'almanach.
jours diluns(diluss) - dimarç (dimarss) - dimerç (dimérss) - dijaus (diyawss)- divés (dibéss) - dissabte(dissapté)  - dimenge (diményé) - le week-end est dit ua dimenjada : ( üo diményado)
journal jornau - Lo jornau, c'était une unité de mesure agraire correspondant à la superficie du terrain traité pendant une journée de travail, soit de 3000 à 5000m² , selon la tâche à accomplir et la nature du terrain ...
journée jornada (uo yournado)
joyeux gai (gay), gaujós (gawyous)
Dicton/díser : Març ventós, abriu ploginós ; Hèn lo paisan gaujós.
                               (Mars venteux, avril pluvieux ; rendent le paysan joyeux.)
juillet julhet -dit aussi lo mes de garbe ( le mois de la moisson) 
on dit donc parfois  lo temps de garbe,  per garbe; pour désigner juillet
juin junh - Arreproèr : Au mes de junh la dalha au punh (au mois de juin, la faux au poignet)
jument cavala ; euga; yeuga - on appelle l'engoulevent pic yegassè car une croyance populaire voulait qu'il aille téter les juments
jupe rauba (la rawbo) , pelha, jupa 
Jupiter Jupiter - Plusieurs lieux béarnais font référence à ce dieu, rappelant vraisemblablement une époque pré-chrétienne lors de laquelle il était porté en dévotion. Il en est ainsi de la chapelle de Jouers qui a donné son nom à un hameau d'Accous.
Il se dit qu'antan, le juron préféré des aspoises était Yepitèri. Jupitèri ou Jutipèri, ce qui désignait un faire-semblant
jupon cotilhon (lou coutillou)
jurer arnegar (blasphémer), jurar;  har petar los dius bibans; perdiutejar (pèrdiwtéya) = manie de jurer 
jus chuc (tchuc), jus
   

kaki caqui (couleur et fruit)
kilo quilò 
Kiosque quiòsque 
klaxon avertider, cornet (lou cournét) , tutet (tutét)

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Initiation au béarnais
 [ débutants ] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison] [
dictons] [phrases types] [le béarnais au quotidien]


compteur de visite