{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
[bibliographie]
~*~ 
 

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
        Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRE   

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

habile

abile-a - les béarnais avaient jadis la réputation de ne pas manquer d'abilessa (habileté)

habiller

apelhar (apéya) -déshabiller=desapelhar (désapéya)

habit

pelha (péyo), harda - les habits du dimanche étaient dits "d'anar et tornar", car on les enlevait dès le retour à la maison pour ne pas les user, et les faire durer le plus longtemps possible

habitation de montagne pour les bergers cujalar (cuyala) - cajolar (cayolar)
Comptine : Lo cèu qu'ei clar com la honteta ; Suu cujalar, lutz d'esteleta (le ciel est clair comme la petite fontaine ; sur le cuyala, lumière de petite étoile)

hache

destrau (déstraw)

haie

pleish (pléch), sèga, barralha - chaque terme a une signification particulière

haine

òdi; hasti  - en vaine d'inspiration, un orateur béarnais dit un jour, lors d'une réunion publique:
" No'ns desbrombatz pas, ciutadans, que la òdi òrba deus nostes adversaris, a los uelhs fixats sus nosautes"
   (N'oublions pas, citoyens, que la haine aveugle de nos adversaires, a les yeux fixés sur nous)

haleine

alet  -  à court d'haleine = halan   - hors d'haleine =  desalenat,-ada  - 
reprendre haleine =  gahar l’alet , alenar

halle

hala 

halo

varam (baram -  Selon un proverbe béarnais : Varam de la lua que seca era laga (le halo lunaire sèche la flaque) ... est-ce bien vrai ? où faut-il le comprendre au 2° degré ?
Comptinette : Arrens hens lo camp , arrens sus la via ; La lua qu'espia au miei deu varam. (Rien dans le champ, rien sur le chemin ; La lune regarde au milieu du halo)

halte

estanguet , estanquet

hameau

ahitau (ahitaw), bordalat (bourdalat)

hanche

anca , malh (ce terme de malh comporte de nombreux homonymes)

hanneton escarvalh (éscarbay) - Comptine : Escarvalh, vola, vola ; Ton mainat qu'ei tà l'escòla. Que m'a dit que si volavas, qu'averés sopa de havas, e que si ne volavas pas, qu'averés sopa de taish. Escarvalh, vola, vola, vola ; Escarvalh, vola, vola, donc !
(Hanneton, vole, vole ; Ton enfant est à l'école. Il m'a dit que si tu volais, tu aurais de la soupe de fêves, e que si tu ne volais pas, tu aurais de la soupe de blaireau. Haneton, vole, vole, volr ; Haneton, vole, vole, donc !)

haricot

hava (la habo) ; havòla; mongeta (mounyéto) 

harmonie

armonia 

haut

haut-e (hawt, hawto)

héler

ahupar

herbe

èrba - " per deçà, per delà; jo vei l'èrba qui verdeja; per deçà, per delà; jo vei l'èrba verdejar " 
            (par deçà, par delà; je vois l'herbe qui verdoie; par delà, par deçà, je vois l'herbe verdoyer)

herbe mauvaise gèspa (sing. et plur.) Dicton/díser : Arcolet deu vrèspe ; que hè secar la gèspa.(Arc-en-ciel de l’après-midi, fait sécher les mauvaises herbes.)

héron

bernat-pescaire ; bernat-pesquèr ;   mèste-bernat. (variantes avec guilhèm, janòt, guiraut)

héros

eròi (éroy) -  un eròi, qu'ei eth qui hè ço qui pòt  ( un héros, c'est celui qui fait ce qu'il peut )

hêtre

hau (haw) -

heure

òra (òro) / tôt= de d'òra   / des heures et des heures = òras e òras

tout à l'heure totara (toutaro) - Dicton/díser : Montanha clara ; Ploja totara. (Montagne claire ; pluie tout à l’heure.)

hier

gér, hier soir=ger ser (gé sé) - avant-hier= davant ier ou delà ier

histoire 

istòria désigne plutôt la science historique et istuèra (istwèro) concernerait les histoires qu'on raconte, les nouvelles, les blagues 
Conseil : Se la condas bèra, bota-la pro luenh  (si tu racontes une histoire extraordinaire, situe-la assez loin ...
               pour  qu'on ne puisse pas vérifier son exactitude
)

heureusement

urosament (urousamén) - plan urós ( pla urous) => encore heureux

heureux

urós.a (urous-o)

hibou

gahús  - quin lèd gahús, dit-on d'une personne revêche
Dicton/díser : Quan eth gahús, tuta en heurèr ; Qu’avem er’ivèrn darrèr.
                               (Quand le hibou chante en février, on a l’hiver derrière.)

hirondelle auringleta (awrïnngléto) - Dicton/díser : A Sent-Jausèp ; L’auringleta que muisha lo bèc.
                                                                                    (A Saint-Joseph ; l’hirondelle montre le bec.)

histoire(conte, fait)

hèita - quina hèita(quino hèyto) => quelle histoire

hiver

ivèrn (ibèr) -  lo temps de la becada (lo témss de la bécado) = l’hiver (époque où la goutte pend au nez)
un long et dur hiver est dit "vueita-bòrdas" (vide-granges)...
Dicton/díser : Lo qui’s hida au bèth temps de l’ivèrn, a la santat deu vielh òmi ; a la paraula deu gentilòmi ;
qu’ei un fotut òmi.
 
  (Celui qui se fie au beau temps d’hiver, à la santé d’un vieil homme, à la parole d’un gentilhomme ; c’est un foutu homme.)

hockey

truca-palet (jòc de) 

homme

omi, òmi - Arreproèr : Gat miaulaire, pas caçaire; ni òmi sage, gran parlaire
             (Un chat miauleur n'est pas chasseur, et un homme sage, n'est pas un grand parleur
Comptinette : Un còp, que i avè un òmi e ua hemna hens un tembo...
-E après ?
-Quate crabas, sedze pès e tres de chivau, que hèn detz e nau.

(Une fois, il y avait un homme et une femme qui roulaient dans un crible....
-Ensuite? — Quatre chèvres, seize pieds, et trois de cheval qui font dix-neuf. (ça vaut ce que ça vaut !)

honnête aunèste (awnèsté) - l'expression  "aunèste com tres asos qui arreculan"  (honnête comme trois ânes qui reculent), est suffisamment explicite pour ne pas nécessiter un grand développement.

honneur

aunor (awnou) - les honneurs funèbres sont dites: las aunors
Dicton/díser : Abriu que hè la flor ; Mai que n’a l’aunor. (Avril fait la fleur ; mai en a l’honneur.)
Il est vrai que certains tirent profit du travail des autres !!!

honte

vergonha (bérgougno) - las vergonhas désignaient jadis les parties sexuelles masculines (sic !)
sans honte = desvergonhadamén

hôpital
hospice

espitau (éspitaw) - Les vicomtes du Béarn avaient créé un grand nombre d'espitaus (plus hospices qu' hôpitaux) sur le chemin de Compostelle pour encourager et favoriser le flux des pèlerins- ces espitaus étaient plus des refuges que des dispensaires. Nombre de faux pèlerins se mêlaient à la troupe des jacquets pour profiter du vivre et du logis (et pour tenter de faire éventuellement, de mauvais coups) ; on les appelait les coquillards, synonyme d'hypocrites. De ce fait, peu à peu, le terme de Compostelle devint péjoratif et désignait quelque chose de brinqueballant

hoquet

lo sanglòt -  pour faire cesser un hoquet, prononcer la formulette:
                    Sanglut, borrut; Torna-te'n per on ès viengut! 
(Hoquet bourru ; Reviens par où tu es venu!)
.. ou celle-là : Janot qu’as lo sanglòt, (Jeannot, tu as le hoquet) ---
                   Passa l’arriu, copa’t lo còt (passe la rivière, casse-toi le cou)

avec cette variante: Sanglòt, Margòt, passa l'arriu, que't copi lo còth.

horizon

lo pé deu cèu [le pied du ciel]

horloge

l'arrelòtge (arrélotyé) -
Endevinalha 1 : Qu'a dus agulhas e jamei non cotz (elle a deux aiguilles et jamais ne coud)   ? 
Endevinalha 2 : Marcha tota la setmana shens mudà's de plaça ; Tribalha tot lo temps dab agulhas shens i véder ; E no's pica jamei ( Elle marche toute la semaine sans changer de place ; Elle travaille tout le temps avec des aiguilles sans y voir ; Et elle ne se pique jamais )   ? 

hors-jeu

hòrajòc 

hors-d'œuvre

entrada

huile

òli / l' òli de sherment (l'huile de sarment) désigne poétiquement le vin

huit

ueit (wéyt

humeur

umor (umou)

humide

umidós-osa   -   molhós-osa

hypocrite

argumèu - pausa-l'i-tot doç

Initiation au béarnais
 [ débutants ] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison] [l'écrit-Arreproèrs] [phrases types] [le béarnais au quotidien] [
dictons à écouter]


compteur de visite