{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
 
[
bibliographie]
~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
        Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRE

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

dallage

lausa (lawso) - signifie également ardoise  / la dalle foyère est nommée lo lar (lou la)

dame

dauna (dawno) - sens de maîtresse de maison avec une réalité concrète; le maître étant dit: lo mèsté
Une dame noble était précédée de la particule Na (En ou Moss pour les hommes)
- On employait le terme de daunet (dawnét) -littéralement, maîtresse en second- pour désigner les gendres venus épouser l'héritière de la maison; c'est dire l'estime dans laquelle ils étaient tenus. Ces gendres étaient également dits arreportat (pièce rapportée en quelque sorte)

dangereux

dangeirós-rosa (dangéyrouss-dangéyrouso)

dans

dens (dénnss) ; hens (hénnss) ; dehens (déhénnss)

danser

dançar , bailar  - segotir la prova (secouer la poussière) est une expression signifiant danser
har dançar los comedians, c'est faire aller les dents, soit manger de bon appétit - 
Jan-Petit que dança dab lo rei de França (Jean-Petit danse avec le roi de France) dit une chanson relatant un fait historique réel - voir

dard

hisson (hissou) 

dartre

braguen - Pour éliminer les petites plaies de caractère dartreux, la personne atteinte de ce mal devait se rendre à jeun auprès d'un guérisseur (également à jeun) connaissant la recette magique pour l'éliminer. L'opérateur commençait alors par mettre du sel dans sa main gauche qu'il fait fondre dans de la salive,  avec l'index de sa main droite. Il prend alors délicatement le mélange et le frotte contre le braguen, toujours avec l'index de la main droite, en y figurant des croix. Pendant ce temps, il fait dire trois fois au malade : " Hastiau braguen qui ès tant mali; Sies goarit douma mati. N'aimi pas goairé lo vesin ; que soi dejun de pan e vin (dégoûtant braguen qui es si malin ; Sois guéri demain matin. Je n'aime guère le voisin (?) ; je suis à jeun de pain et de vin). Ceci fait, il suffit d'attendre, en espérant que le braguen soit transmis au voisin non aimé....
Comme les deux protagonistes sont à jeun, ils filent vite vers l'auberge commander un bon repas, aux frais du malade, évidemment.

dat - ne pas confondre avec dat signifiant donné et s'appliquant à des enfants confiés à des particuliers, ou donnés à l'église.

débarras

crambòt, recapte

décembre

deceme (décémé)  /  lo més mort = le mois mort

décharge

~dans le sens de dépotoir= aviader (abiadé) - on employait badía aussi en haute vallée d'Aspe

décider

decidir (décidi)

défaut

defaut (u défawt) ;  la maganha a un sens plus large: elle indique tout à la fois une un défectuosité, vice, une chose mal faite, de la méchanceté, un trouble, un malaise, une épidémie, tout mal qui se prolonge

défilé

desfilat / passa-carrèra 

défrichage

treitiatge , desbroishagar

dégourdi

escarrabelhat 

dégoûtant

hastiau (astiaw)

degrés

grads 

déguerpir

desforalhar (désforailla) ; gahar lo quate (prendre le 4)

déguisement

desguisement 

dehors

dehòra (déhoro) - que (me'n) vau tà dehòra= je vais dehors 
Dehòra n'ei pas plen (dehors, ce n'est pas plein) dit-on à quelqu'un pour l'inviter à sortir. Dans cet ordre d'idée, d'autres disent  "je ne vous raccompagne pas, le balai est cassé ! "

déjà

dejà (déya) - on dit le mot de jà, en occitan et en vieux français

déjeuner

dejunar (déyuna) - petit déjeuner=esdejuar (ésdéyua)

délicat

limiquèr 

demain

doman (douma)  / demain soir = doman ser (douma sé)

démangeaison

gratèra / tà l'an de la gratèra = jamais

démarche

camada  / har ua camada = faire une démarche 

demi

mieja (miéyo), miei(miéy)

demie-heure

miei-òra - miei dia (miéy dïo) =midi

démon

demòni - Barrica était le nom du démon chargé de rouler le tonnerre

démolir

desapitar (désapita) , har cader=faire tomber

dent

caishau (cachaw) / har dançar los comedians (ha dançar lous coumédias) = faire danser les comédiens (manger de bon appétit) / une mienne amie a inventé le mot de caishalista pour désigner le dentiste
~L'un des multiples esprits béarnais avait pour nom Sarricachau (dent d’isard). Cet esprit espiègle suivait les gens pour ne pas rater une occasion de leur faire du mal. Ainsi un poignet foulé, une chute (escaliers, trottoir etc ...) , un outil qui s’échappe des mains, la vaisselle qui se casse. C'était la faute à Sarricachau.

Endevinalha : Que'n dau un de los vielhs, tà que me'n tornes un de los naveths   
                      (j'en donne une vieille, pour que tu m'en renvoies une neuve
 ? 

départ

partença (parténço)  , partir -   partir qu'ei morir bèth drin, a la guèrra, a la guèrra

dépêcher(se)

amanaja's, esdeburà's

dépendre

depéner 

dépenser

despéner 

déployé-e

esplandit-a 

depuis

despuish (déspuch), desempuish (dézémpuch ) -  despuish mieja òra=depuis une demi-heure

déraciner

desarrigar

dernier

darrèr (darrè) -  dernière = darrèra  - 
Historiette :   - E coneihetz la darrèra ? dit une jeune ossaloise à ses parents 
                              - Non !  - Qu'ei jo! (connaissez-vous la dernière? -Non ! - C'est moi ! )

dérouler

debanar , desguiberar

derrière

darrèr (de)

désagréger

darròcar 

descendre

devarar (débara) , baishar (bacha) -  je descends de suite=que baishi de tira (qué bachi dé tiro)
Comptinette : Arren non s'at dit, puishque tot que's cara. L'arriu que devara, la lua qu'arrid. ( Personne ne se le dit puisque tout se tait. La rivière descend et la lune rit)

déséquilibre

desaplom, desplomat 

désert/té

desèrt/a

déshabiller

despelhar (déspéya)

désigner

desinhar 

désœuvré

esbagat-ada,  pendardòt - trucataulèr (trucotawlè) signifie pilier de bar
voir le groupe folk béarnais
Los Esbagats per Baliracq
los Pendardòts est le sobriquet des habitants de Bassillon-Vauzé et  Trucataulèrs, celui des habitants de Bordes

désordonné

pagalhos (pagayouss)voir le groupe folk béarnais Los Pagalhos

désormais

d’ara enlà 

desséché

estarit 

dessert

dessèrt 

dessiner

dessenhar

dessous, sous

devath (débat) - désigne aussi le nord

dessus
dessus de lit

dessús(déssus) - désigne aussi le sud
apriguèr 

détacher

destacar, desestacar (déséstaca)

dette

deute - Historiette: Un paysan  endetté ruminait son problème, à tel point qu'il crut entendre ses animaux le conseiller: "Pagarem pas ",  chantait le coq (nous ne paierons pas) ;  "Pagarem pro" (on paiera assez) roucoulait le pigeon , la brebis bêlait "Bèthlèu" (peut-être) et même l'oie s'en mêla "Guaire! Guaire!" (guère, guère)

deuil

dòu (dòw) -  qu'ei de dòu har (qu'éy dé dòw ha ) = c'est dommage  -  que'm hè dòu (qué'm hè dòw)= je le regrette

deux

dus (masc) ; duas (düos) -fém- / deuxième=dusau (dusaw)

devant

davant (daban) / en avant=en davant ( énn dabann)

devanture

devantura 

devinette

endevinalha (éndébinayo)

devoir (nom)
devoir
(verbe)

dever (dé)
déver (bé) 

diable

cohet (couhét) , lèd , broish (masculin de broisha), maubès en Aspe 
- voir le groupe folk béarnais Los Cohetets (les petits diables)

diarrhée escorriula (éscourïwlo) , cagèra  - la courante est nommée du joli nom évocateur de  hurlèra
-Un vieux paysan béarnais disait à propos de l'écoulement d'une bête diarrhéique  "ça fouisse"

dictionnaire

diccionari 

dieu

diu (diw) - diu nanet=Cupidon -  diu me dau.na => dieu me soit témoin .. me protège ...
-lo que pintra las monjetas (celui qui peint les haricots) se disait-il à propos de lui
-on dit d'un bigot "que minja diu e caga diables" (sc)
       Diu vivant (diw biban) est un des jurons béarnais le plus courant. Il a pour origine le refus de la reine Jeanne d'Albret, mère d'Henri IV,  après avoir adopté le protestantisme comme religion, et en avoir fait une religion d'état, de jurer sur la bible ...
Ainsi,en présence des États de Béarn, réunis dans la grande salle du château de Pau, Henri III de Navarre prêta serment aux Fors de Béarn ; il jura devant au diu vivan d’être fidèle seigneur et de maintenir ses sujets dans leurs fors et coutumes:  « fens la gran sale de nostre castet de Pau, havem lhebat nostre man drete en haut, teste nud, prometut et jurat, au nom de Diu Vivent, qiue nous seram fidel senhor et judjeram dreytureramentz au praube com au rich »
On jurait donc, la main levée .. au diu vivant. C'est pour la même raison que les soldats d'Henri IV étaient surnommés, los dius vivants (les dieux vivants) .. carrément !

différent-e

diferent-a , desparièr.a 

digérer

debèrzer / digestion=débèrzudo

diluer

desamarar 

dimanche

dimenge (diméndgé) - week-end=dimenjada (diményado)

diminue.r

amendrish.ar , apetitir (rapetisser)

dindon

polòi (poulòy) -

dire

díser  - un díser est un dicton - lo díser correspond au français se dit-il, dit-on !
- Arreproèr : Ço de dit e arredit, non vau pas un escopit (ce qui est dit et redit, ne vaut pas un crachat)

dirigeant

gavidaire (gabidayré) - a aussi le sens de meneur, de guide ...etc.

discours

devís (débiss)- un discours embrouillé est dit batalis ou batalèra - un président de club inspiré, déclara lors du discours de fin de saison : l'an passat qu'èram au ras deu perider, mes augan, qu'avem hèit un pas en davant (l'an dernier nous étions au bord du précipice, mais cette année, nous avons fait un pas en avant)

disparaître

desparéisher (désparéché)

disputer

truc (har au) , pelejar (péléya) - une dispute=ua peleja (üo péléyo)

disque

disc, aròu (aròw)

divertissement

divertiment (u dibértimén)

divination endivinacion - Comme partout ailleurs, les béarnais s'y prêtaient sous différentes formes dont la cosquinomancie. Cette forme de divination nécessitait un tamis. Les opérateurs devaient être plein de dextérité pour imprimer au tamis, les mouvements de rotation les plus variés, au moindre contact. Or, il était convenu d’avance, avec la personne qui consultait, que telle ou telle manière de tourner signifierait telle ou telle chose. Pendant l’exercice, l’opérateur disait :
Per sen Pau, per sen Pau,  (par saint Paul)
Sedas, tribalha coum cau (tamis, travaille comme il faut)
Au noum deu Pay, deu crist,deu sent esperit  (au nom du père, du christ, et du saint esprit)
Digue’m so d’aribat ou qui deu arriba (dis-moi ce qui est arrivé ou qui doit arriver)
En te metent a tourneya (en te mettant à tourner). Fébus se passionnait paraît-il, pour l’hydromancie

divorcer

desmaridar (se dé-marier)

dix

dètz/ dixième=detzau (détzaw)

doigt

dit - los cincs dits de la man (les cinq doigts de la maindits morts=doigts engourdis
De quelqu'un enclin au vol, on dit de lui :"qu'a pèga aus dits" (il a de la poix aux doigts ; soit, il a les mains crochues.)
Endevinalha : Que sèi ua causa biscausa. Que son cinc hrairs tostemps amassa, dap un qui comanda los autes 
            (je connais une chose étrange: ce sont cinq frères toujours ensemble, avec un qui commande les autres)
   ?

domestique

bailet (baylét) - un bailet shens sautada; c'est un domestique sans gages (ce qui était souvent le cas des cadets et cadettes exploités  -par obligation- dans leur propre maison familiale)

dominer

mestrejar(méstréya) , mestorejar (méstouréya) , senhorejar (ségnouréya)

dommage

dòu-har (qu’es de)  (dòw-à) - qu'ei de dòu har = c'est dommage ... ça fait de la peine

donner

balhar (baya), dar

doré

daura(dawrat) - daurada (dawrado)

dorénavant

d’ara enlà 

dormir

dromir (droumi)  / dortoir=dromidèr ( droumidè) /
un dormitòri désigne quelque chose qui donne envie de dormir, comme un discours ennuyeux ..

dos

esquia, arrea, rea (rïo)

douce, doux

doça, doç (douss.o) / fais doucement=hè tot doç ( hè tout dous)

douche

docha  - recevoir une douche (pluie) = (ar)recéber ua shisclada  (que'm soi (ar)recebut ua beròja shisclada)

douleur

dolor (doulou)  -  les rhumatismes sont souvent dénommés ainsi
aunadas (awnadoss) , los maus (mawss) = douleurs de l'enfantement / parfois on dit las dolors, tout court.
esta’n a las dolors ; estar de tormen; qu'ei au maus; aux crits  = être dans les douleurs de l’enfantement (souffrir) 
- une femme qui vient d'accoucher est nommée heda (contraire de la fée hade), et une brebis pleine est dite feda.

drap de lit

linçòu (lou linssòw) - Les draps composaient l'essentiel du trousseau de la nouvelle  mariée, y compris le drap mortuaire ... la plupart étaient en lin

drogue

potinga (poutïngo) - (id° médicament) -

droguiste

dròguista 

droit-e

dret-a  - dret com ua pishada de porc (drét coum üo pichado dé porc) => de travers

drôle

dròlle (dròl-lé)

du côté de

de cap a - arron 

du tout

briga (brigo) , veta (béto)

dur (sens spécial) corau (couraw)  - Dicton/díser : A Nadau, lo hred corau ; a Sent-Antòni, lo mortau.
(A Noël, le coeur du froid ; à Saint-Antoine, le mortel.)

durée

durada  / (per)durar 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Initiation au béarnais : 
[débutants ] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison]
[dictons] [phrases types] [le béarnais au quotidien]


-contact-