{ Sommaire béarnais }
{
Accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
 
[
bibliographie]
  ~*~
 

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'... employée ici parfois.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRE

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

 

ça

aquò  -   aquò que m'agrada=>ça, ça me plait

cabane

cabana, cabanòt, capana, capanòt / cabane de berger=cujalar (cuyala) - voir le groupe folk béarnais de ce nom
"Jo que canti la montanha. Si'm volèts viéner aidar; que haram ua cantada, tot autorn deu cujalar"
        (Moi je chante la montagne. Si vous voulez m'aider, nous chanterons tout autour de ma cabane)

cabinets -WC

comuns (lous coumüs) , cagader (cagadé), cagatòri, retrèits,  secrets (vieux

cabriole

capihona (capihouno) - lorsque les agneaux sautent, on dit: que culhévan (qué culyévòn) ou que pitnan

cache-cache

cluquet,  estujet / aus estajòus / a las esconetèras

cacher

estujar (éstuya) , escóner (escouné)

cachottier

escamparrat - voir le groupe folk béarnais de ce nom

cachette

tus / en cachette=a l'estujat (a l'éstuyat ) - Ua arrecatta= un lieu sûr, une cachette, une réserve

caddie

on peut conserver ce mot car il a été emprunté par les anglais au gascon capdèth, soit cadet, du temps où ils occupaient une grande partie de l'Aquitaine et utilisaient nos cadets pour des tâches pas toujours reluisantes

cafard  (l'état mental)

lo glahèr, l'adirèr (au sens de spleen) - le béarnais fourmille de mots exprimant cet état  d'âme (border line)

café

cafè - dans le sens de bistrot, on dit estanguet

cafouiller

barlocar (barlouca); merdejar (mérdéya)  -  ça cafouille = que merdeja ! (qué mérdéyo)

cahin-caha

bardïn-bardòc

caillou

calhau (lou cayaw) -  Arrecar calhaus (aréca cayaws) = aligner des cailloux ...  C'est-à-dire,  faire quelque chose de pénible et inutile à la fois. Un sacré juron: mila milions de carretas de calhaus copats (mille  millions de charrettes de cailloux brisés)
Quels sont les 2 protagonistes de ce dialogue? : 
-Tòrta, tòrta, on vas tu ? - Cap pelat, que't hè a tu?
-Tant qui tòrta serei, mei que tu que correrei (boiteuse, où t'en vas-tu? Tête chauve, qu'est-ce que ça te fais à toi? Tant que je serai boiteuse, je courrai plus que toi)
.   ?
Los calhabassèrs ou calhabassaires (qui ramassent des cailloux) est un des sobriquets des habitants de Barzun et d'Espoey

caillasse

calhavar (cayabà)  id° caillasser, lapider

caisse

caisha (cachò)

cajoler

amigalhar (amigayà)

calendrier

calendari (caléndàri)

calme calme au féminin (la calme), la sossegada, lo shuale (lou chualé)

calmer

amortir (amourti)  {éteindre, faire diminuer} , apatzar, ataisar

came

marchandise, drogue -> mestior (méstiou), qui indique aussi la matière de quelque chose

campagne campanha, campèstre -  Dicton/díser : Quan l’arc de Sent-Martin e’s muisha lo matin ; Lo pastor que pòt tornar dromir. Mes quan pareish lo vrèspe ; Que pòt anar per lo campèstre.(Quand l’arc-en-ciel se montre le matin, le berger peut se recoucher ; mais quand il apparaît l’après-midi, il peut aller déambuler par la campagne.)

campement

campatge (lou campatyé)

canal

agau (agaw), baniu (banïu), canau (lou canaw)

canalisé

acanala

canard

guit, guita   / abé espérit coum u guit (bête comme une oie) / lo guit que cancana

canif

coteret (coutérét) - à ne pas confondre avec ganivet.a (ganibét.o) qui est un grand couteau

canon

canon (prononcer canou) - Le plus puissant des canons de la forteresse de Navarrenx portait le nom de :
"si jo t'i vau!"  soit, (si moi je m'y mets...), exprimant une menace

cape
capuche

capa - dab eth sorelhet, eth capetet , conseille-t-on (avec un léger soleil, il faut se mettre une petite cape)
capulet - lou capulét est la coiffe traditionnelle des béarnaises ; ils pouvaient être très longs - il y avait plusieurs couleurs selon l'état civil de la femme ou jeune fille qui le portait : rouge pour les jeunes filles cadettes, blanches pour les jeunes filles héritières etc .. après un deuil proche, les femmes en mettaient un noir, qu'elles ne quittaient plus de leur vie, lorsqu'elles devenaient veuves.   

capital (nom)

cabau (un bien, un capital.) /qu'a un beroi cabau ( qu'a u béroy cabaw ),  se dit d'une  fille aux avantages visibles

caresse

bailada(baylado) ; gaujòla (gawyòlo) /  bailina(baylino) = caresse très tendre -  tanteta (tantéto) =caresse sur la joue

carnaval

carnaval (carnabal) - Le carnaval béarnais ressuscité en 1986 se déroule chaque année, sur une longue période. Palois à l'origine (de sa renaissance), il intéresse à présent tout le Béarn.

carrefour

crotzada (la croutzado) -  Coeyrehourcq, Cayrafourcq, Cayrefourg, sont des patronymes

carte

carta, mapa

cascade

la chorrèra, la chorratèra, lo chorrot (chourrèro, chouratèrro, chourrout)

casser

copar (coupa) -  que m'ei copat lo dit=je me suis cassé (et non coupé) le doigt (dit-on)
on utilise petar dans certains cas : lo veire qu'a petat (le verre s'est cassé)

casserole

caishòla, caisha  (cachòlo, cachò)

catastrophe

esglàs

cathédrale

catedrala -  En Béarn, il y en a deux à Oloron (Sainte-Croix et Sainte-Marie) , une à Lescar, et une à Morlaàs

cavaler halar (hala)

cavalier, e

cavalèr-a (cabalè) - sobriquet des habitants de Bérenx

ceci

açò  - ceci ne vaut rien=> açò ne vau pas arren (assò né baw arré)

céder

cedir (cédi), floishar (foucha), plegar (pléga)

ceinture

cinta (cïnto) - à l'origine, la cinta c'est une longue et large bande de flanelle qui enveloppait la taille des paysans
 ; rouge pour tous les jours, noire ou bleue le dimanche, en général.
Dicton/díser :  Jamei au mes de mai ; Dia e cinta n’an mancat.
                               (Jamais au mois de mai journée et ceinture n’ont manqué.)
- C'est un mois où on devait se serer la ceinture par manque de nourriture, et les jours paraissaient longs.

cela

aquò , aquerò (objet plus éloigné) - passe-moi cela=>balha'm aquò 

célèbre

celèbre-a 

célibataire

gojat-a (gouyat-o-) , celibatari-aria

celui, ceux,
celle, celles

lo, la, los, las, toujours placés devant que ou qui / ceux de la lande=los de la lana
dans les vallées, on dit eth, eths, era, eras

celui-ci, ceux-ci

aqueste (s) ; aquesta(s) /
Importance de mots en béarnais: aqueste hilh de pute (ce fils de p...) , est moins fort qu'aqueth hilh de pute

celui-là, ceux-là

aqueth (s) ; aquera (s)  ou aceth(s); acera(s)

cendre brasa, cier (cié)  - cendrée= brasósa - Autrefois on désignait la piste d'athlétisme sous le nom de cendrée, car elle était effectivement recouverte de cendre - Curieux pays où la cendre est dite brasa et la braise, carbon (charbon)
Dicton/díser : Castanhèr, carboèr ; Noguèr, cièr. (Châtaignier devient charbon ; noyer devient cendre.)

cendrier

brasèr - lo brasoquèr (brasouquè) est celui qui entretient le feu (remueur de cendre)

centaine

centenat (cénténat)

centenaire

centenari,-ària - Il y avait autrefois un hameau de montagne isolé dans la vallée d'Ossau, réputé pour fournir des centenaires à la pelle: il s'agit de Goust. On disait d'ailleurs La République de Goust, car ses habitants se gérèrent
quasiment seuls pendant des siècles. (ceci explique t-il cela ? à méditer sérieusement ! ) 

central

centrau (céntraw) - le chauffage central=>lo cauhatge centrau

cèpe cep - Au bòsc ompriu, sus mossa ; lo cep doriu que possa (aü bòsc oumpriw, suss mousso ; lou cép douriw que pousso) -  [Au bois ombragé, sur la mousse ; le cèpe précoce pousse]

cependant

totun (toutu)

cercle

cer;   aròu (aròw) = assemblée

cerises guindolhs (quindouys)  -  Dicton/díser : Senta Barba ! Senta Flor ! Qu’ajatz plan pietat de jo. Se’m caçatz deu periglon, que’vs balharèi un tistèth de guindolhs. (Sainte-Barbe ! Sainte-Fleur ! Ayez bien pitié de moi. Si vous me protégez du tonnerre, je vous donnerais un panier de cerises.)

cerné

macat 

chacun-e

cadun-a (cadü, cadüo)
un à chacun, chacun le sien = sengles (séngléss)

chaîne

cadea

chair

carn (la car) - le boucher est lo carnicèr
Arreproèr : lo qui a carn e pan, que pòt aténer lo lendoman (celui qui a de la viande et du pain, peut attendre le lendemain)

chaise

cadièra - Endevinalha : qu'a quate patas e ne sap pas caminar (elle a quatre pattes et elle ne sait pas marcher  ? 

chaleur

calor (la calou) - que hè calor (qué hè calou) = il fait chaud O

chambre

cramba (uo crambo) - une chambrette=ua crambeta ou ua crambòta

champ

camp (can)

champignon

camparòu (camparow) - camparolèrs (ramasseurs de champignon) est le sobriquet des habitants d'Aurions

championnat

campionat 

chance

bona escadença (bouno éscadénsso) - un coup de chance = un còp d'escadença

chandelle

candela  -  on emploie aussi ce terme pour désigner une stalactite : las candelas de l'ivèrn, ou la morve pendant des narines des enfants
Los candelèrs (chandeliers et porteurs de chandelles) est le sobriquet des habitants de Boeil-Bezing
Endevinalha : Ua damisèla qui a la carn dehòra e la pèth dehens (une demoiselle qui a la chair dehors et la peau dedans)   ? 

chandeleur candelèra  (candélèro) -  une Aspoise m'a confié ce dicton "Ara candelèra artiga bona s'arralhèra"- (à la chandeleur, les bonnes terres défrichées, s'ensoleillent)- La raison en est que la ferme familiale encaissée, dont il est question, ne voyait pas le soleil du 11 novembre jusqu'à la chandeleur, et c'était un bonheur de voir les premiers rayons du soleil balayer les bonnes terres.

changer

cambiar  -  changement = cambiament

chanson

cançon (uo cansou) / cant = chant / on dit aussi la canta

chanteur

cantador (cantadou), cantaíre (cantayré), cantèra(cantèro) =chants en commun (les cantèras se développent actuellement dans certains lieux du Béarn ; voir le site de l'Ostau Bearnés pour avoir plus de précision)

chapeau

capèth - Dire plusieurs fois sans se tromper : Capa, capèth, capèth crompèi ; Capa, capèth, capèth paguèi. (Cape, chapeau, chapeau j'achetai ; Cape, chapeau, chapeau je payai)

chapitre

capítol 

chaque

cada, tot(a) - chaque fois=cada còp  -  chaque jour=tot dia

char Car, carri ... pour les chars à quatre roues - Catava, catau, bròs, pour les chars à deux roues.
Endevinalha : Quan se'n va tau bòsc, qu'espia tà casa.  (Quand il va au bois, il regarde du côté de sa maison )    ?

charbon.nier

carbon (carbou) ; carboèr (carbouè) - C'est le sobriquet des gens d'Eysus car ils allaient faire du charbon de bois dans la forêt voisine du Bager, et comme ils transportaient ce charbon avec des ânes, ils ont hérité de saumets (ânons) comme deuxième sobriquet, qui veut dire aussi fort travailleur.

charge

carga, carcan, hèish(hèch) qui  aussi le sens de quantité / charger = cargar 

charivari

calhabari - c'était une coutume consistant à importuner lors de leur nuit de noces, de nouveaux mariés défiant les usages traditionnels .. il s'agissait la plupart du temps de veufs ou veuves remariés avec des personnes bien plus jeune qu'eux..
- voir le groupe folk béarnais du même nom

charpentier

hustèr - je suis charpentier=que hèi lo hustèr (je fais le charpentier)
chaque année a lieu en Béarn "la hèsta de la husta", soit la fête du bois ...  de menuiserie
on donnait souvent ce nom aux cagots cantonnés à cette profession du fait du rejet qu'ils subissaient

charrette

carreta  (bròs=charrette à 2 roues) - charretier=carretèr 
Los carretèrs (charretiers) est l'un des sobriquets des habitants de Gan, l'autre étant celui de Hòus (fous !)

chasser

caçar (cassa) - acaçar (acassa) signifie chasser dans le sens de faire partir quelqu'un -le faire dégager-

chasseur

caçador (cassadou) , caçaire (cassayré) a un sens péjoratif --- c'est le sobriquet des habitants de Montaut
Dicton/díser : Non i a vent pescaire,ni caçaire.(Il n’y a pas de vent chasseur ou pêcheur.) - soit, par temps venteux, on n'attrape rien...

chat gat / lo gat n'a pas tot ço qui nhaula ( lou gat n'a pas tot çò qui gnawlo) = le chat n'a pas tout ce qu'il miaule ... (il manquerait plus que ça ..........)  - un miaulement ininterrompu est dit nhaulada ou nhaulèra (gnawlèro)
chatons=gatons (gatouss) -  voir le groupe folk béarnais du même nom
Dicton/díser Per Senta-Agata ;  Lo gat qu’apèra la gata. (A Sainte-Agathe, le chat appelle la chatte.)
Endevinalha : Quate patas sus quate patas (quatre pattes sur quatre pattes )  ? 

châtaigne

castanha  (castagno) - de nombreux toponymes et patronymes découlent de ce nom
Los castanholets est le sobriquet des habitants de Mesplède, dont le nom désigne une étendue de ... néfliers !!!   pelas de castanhas (pelos de castanhos), signifie rien du tout
Dicton/díser : Ath temps dera heuguèra ; Espia eth temps deth costat de l’arribèra; Ath temps dera castanha ;
Espia eth temps deth costat dera montanha.
(A la période de la fougère, regarde le temps -qu'il va faire- du côté de la plaine ; à la période de la châtaigne, regarde le temps -qu'il va faire- du côté de la montagne.)

châtaignier castanhèr   (castagnè)  - Endevinalha : Un gran pair, ua maishanta mair et ua bona hilha  ? 
                                                                 (un grand père, une méchante mère, et une bonne fille)  

châtain

castanh.a (castagn.o)

château

castèth  (castèt) -  Il y en a un bon nombre en Béarn. Le plus célèbre est le château d'Henri IV, à Pau, qui surplombe le gave. Des châteaux forteresses de Gaston Fébus (XIV°), il ne reste plus que les tours bien conservées des châteaux de Montaner, Morlanne et Orthez
lo castèth deus pedolhs = le château des poux, soit la tête ou les cheveux
castelejar (castéléya) =courir les châteaux [c'est ce que faisait le poète Francis Jammes à son époque]
Un arreproèr un tantinet excessif disait : Que vau miélher eth castèth d'Ossa, que tota França e Saragosse
                             (il vaut mieux le château d'Osse -en Aspe-, que toute la France et Saragosse)

chaud

caut,a (cawt-o)

chaudron

cautèr (cawtè), caudèr (cawdè) - un des surnoms des Orthéziens est los cauterèrs (fabricants de chaudrons)

chauffage

cauhatge (lou cawhatgé)  / chauffer= cauhar (cawha)

chausser

cauçar (cawssa) - les caussas (cawssos) étaient l'équivalent des chausses montantes
Comptine iconoclaste  : Je vous salue Marie pleine de grâce
                                Dab las caussas (avec les chausses) e las cauçassas (et les grosses chaussettes)

chaussette

cauceta (la cawsséto) - que's cau hicar la cauceta avans la cauçura (il faut mettre la chaussette avant la chaussure)

chaussure

cauçura (la cawssuro) , cauçadura 

chef

capdau (capdaw)   / chef-lieu, capitale = capdulh(capdouy)

chélidoine

èrba deu hic (herbe des maladies graves)

chemin

camin (lou cami) / caminòla, caminòt=petit chemin route = caminau (caminaw), carrèra
lo camin roumieu (roumiw) était le nom des chemins empruntés par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle -  hica's lo camin davant los pès, c'est se mettre en marche
Un groupe folklorique béarnais a eu la bonne idée de s'appeler Camin case (kamikaze) ; soit du chemin à la maison.
Endevinalha :   Passi davant la pòrta, e me'n vau tà Paris, shens jamei mudà'm de plaça 
                        (je passe devant la porte et je m'en vais à Paris, sans jamais changer de place)  
 ? 

chemin de fer camin de hèr (cami dé hè) - Endevinalha : Dus miejons jamei l'un shens l'aute ; Van de Pau tà Paris shens har un sol pas (Deux frères jumeaux jamais l'un sans l'autre ; Vont de Pau à Paris sans faire un seul pas.)   ? 

cheminée

cheminèia (la tchéminèyo)

chemise

camisa (camiso) / camisada = contenu de suée d’une chemise
la camisa n'ei pas nèta = la chemise n'est pas propre (S.E : les choses ne sont pas claires; c'est louche). 
Amuishar lo drapèu (montrer le drapeau) , c'est laisser pendouiller un pan de sa chemise

Endevinalha:  Qu'a un còs shens ama,  braç shens cap. Diserèn un òmi shens carn ni camas ?  (Ça a un corps sans âme et des bras sans tête. On dirait  un homme sans viande ni jambes.  ? 

chemisier

blosa 

chêne

casso (cassou) - le chêne a donné beaucoup de patronymes aux familles béarnaises
Arreproèr: en tot chin lo suenhant, lo casso que vad gran
(en en prenant bien soin depuis qu'il est petit, le chêne devient grand)

chenille

gatamina 

chèque

chèc

cher, chère

car (ca), cara / c'est très cher= qu'éy hèro ca

chercher

cercar (cérca) , cuélher (couwéyé)
cuélher est l'équivalent de quérir, tandis que cercar s'emploie quand on ne sait pas où se trouve quelque chose

cheval

chivau (lou chibaw)    /  lo chivau qu'arrenilha (hennit) 
chevalier =caber .. à distinguer de l'écuyer (inférieur): escuder
Arreproèr: quan los chivaus n'an pas mei de hen, que hèn au còps de pè (quand les chevaux n'ont plus de foin, ils font aux coups de pieds) ... un proverbe voisin dit "quan i a magrèra, que i a guèrra" (en temps de disette, on se dispute)
Dictons/díser
Se Nadau ei en claretat ; Ven lo chivau tà crompar lo blat. (S’il fait beau le jour de Noël ; vends ton cheval pour acheter du blé.)

cheveu

peu (péw)  -  "au peu! au peu !"  disaient les perrequèrs (chiffonniers)  dans les marchés pour acheter les cheveux des jeunes filles pauvres
Endevinalha : A noste, qu'avem un haishet de busquetas; que non son ni verdes, ni secas   ? 
                      (Chez nous, nous avons un faix de bûchettes; qui ne sont ni vertes, ni sèches)

cheville, cheviller

cavilha(r)

chèvre

craba - crabòta (petite chèvre) - crabòt (chevreau)
Endevinalha : Que trempa lo son barbichon tà anar béver (elle trempe sa barbichette pour aller boire )  ? 
les anciens avaient tendance à dire crabas aussi pour désigner également les chevreuils et les isards 
ua crabada = un troupeau de chèvres, voire d'isards
La comptinette suivante se dit à un enfant au coin du feu, en traçant sur la cendre avec un petit morceau de bois,
des lignes verticales à chaque réplique :
Craba ! | Chèvre ! |
Es crava ? | Es-tu chèvre ? |
Si soi crabe ? | Oui, je suis bien une chèvre |
Has còrns ? | As-tu des cornes ? |
Si èi còrns ? | Si j'ai des cornes ? |
Qu'èi còrns. | J'ai des cornes. |
Quant n'as? | Combien en as-tu ? |
Quant n'èi ? | Combien j'en ai ? |
Si comptas plan, | Si tu comptes bien, |
Dètz que n'èi. | Dix j'en ai. |

-Il y a, en effet, dix lignes tracées sur la cendre ; on les fait remarquer à l'enfant, qui, au sujet d'une chèvre, ne pouvait songer qu'à deux cornes. Jeu modulable à loisir...

chevrier

crabèr - les chevriers des vallées béarnaises montaient très haut dans le nord de la France avec leur troupeau de chèvres et vendaient au passage leur lait.
  Chinca chanca, craba blanca (tchinca-tchanca, chèvre blanche)
  Craba blanca a mau au pè   (chèvre blanche a mal au pied)
  Còp de barra suu crabèr.   (coup de barre sur le chevrier)
  Se lo crabèr ne’n pòt pas mei (si le chevrier  n'en peut plus)
  Còp de barra enguera mei.  (un coup de barre encore plus fort)

chez

en çò de ...   -   chez eux = a lor (lou)

chien

can (lou ca) / un ensemble de chiens vu dans un sens péjoratif est dit canhotalha (cagnoutayo)
-
lo can qu'ahuca (aboie) ; que canhiula (aboie plaintivement); que hama (jappe); que horva (aboiements prolongés); que horra (aboiements furieux)
-quan lo can e horra (hourro)  quauqu'arren que i a (quand le chien aboie, il se passe quelque chose) soit, il n'y a pas de fumée sans feu !
~Enfants, on demandait aux naïfs de dire chien, chien, chat en béarnais ; ce qui donnait ca, ca, gat (soit, il a chié)

chiffon

perrec  - le perrequèr (chiffonnier)  passait dans les rues autrefois en chantant fort .. perrec e plumas ...
~Quand les bambins ne voulaient pas s’endormir et grognassaient ; les parents allaient dehors... ils faisaient semblant de ne pas vouloir laisser prendre l’enfant en mentant :
-E l’avetz au lhèit , aquera gojata ? (Vous l'avez au lit cette petite?) disait le pseudo Perrequèr.
-Oh, oh perrequèr, que drom, ya, que podetz partir (Oui, Perrequèr, ele dort déjà, vous pouvez partir)

chiffres chifras  / un (u) - dus (duss) - tres (tréss) - quate (couaté) - cinc (cïnc) - sheis (chéiss) - sèt (sètt) - ueit (ouéyt) - nau (naw) - dètz (dètss)

chimère

quimièra - arren de gran ne's hè shens quimièras (rien de grand ne se fait sans chimères), a-t-il été dit.

chimique

quimi

chirurgien

çurgent  - 
- autrefois, c'était le barbier (barbèr) qui cumulait les fonctions de chirurgien et de dentiste, d'où l'expression mentir comme un arracheur de dents

choc

tumada (tumado)

chocolat

chicoula

choisir, choix

causir , causida (cawsido) - la causida, c'était aussi la fiancée;  le causit, le fiancé

chose

causa (uo cawso) -  la causa causilheta, c'est le fin mot de la chose
"que cau hèra d'escredença entà har causas granas" (il faut beaucoup de naïveté pour faire de grandes choses)
~Sermon fictif d’un curé : 
      -Totas las causas deu monde que s’en van a menos (toutes les choses du monde vont en diminuant
      -Mentur ! (lui répond un paroissien aspois), eth horat d’era mia capa que’s hè tot dia mes gran !
                           (menteur! le trou de ma cape, s'agrandit de jour en jour )

chou

caulet (lou cawlét)  - le proverbe le dit bien : en estiu, ni hemna, ni caulet (en été, ni femme, ni choux), car le travail est trop pénible pour se permettre de l'aborder sans être en pleine possession de ses moyens 
- los cauletèrs ou cauletaires est le sobriquet des habitants de Meillon  (planteurs et mangeurs de choux)
Dictons/díser : Eth que vòu mau entà son compair ; Que l’i de caulets deth mes de mai.
                         (Celui qui veut du mal à son compère ; qu’il lui donne des choux du mois de mai.)

chouette

cavèca (la cabèco) - Comptine : qu'ei miejanueit, la cavèca que sòrt deu nid shens arrueit. Qu'apèra los petits : "bon apetit! Bon apetit! (bou apétit). (Il est minuit, la chouette sort de son nid sans bruit. Elle appelle les petits: bon apétit...)

cidre

pomada (la poumado) - durant longtemps la pomada a remplacé le vin pour les béarnais miséreux

ciel

cèu (lou cèw) -  "cèu anherin, ploja en camin" dit l'arreproèr; équivalent du français:
 "ciel moutonné, femme fardée, sont de courte durée"

Bèth cèu de Pau (beau ciel de Pau) est une chanson hyper connue en Béarn ; c'est aussi le nom d'un  groupe folk béarnais   très ancien et très connu.

cil

cilha - sourcil=pestana

cinq

cin/ cinquième = cincau (cincaw) / le Domaine de Cinquau à Artiguelouve, produit un excellent vin blanc de Jurançon

cinquante

cinquanta 

cirage

ciratge (ciratyé)

cirque

circ, cirque

ciseaux

cisèus (lou cisèwss) 
Endevinalha 1 : Hens los pès qu'èi dus uelhs, duas puntas hens lo cap ..entà'm har tribalhar los uelhs que'm cau clucar
  (dans les pieds, j'ai 2 yeux, deux pointes dans la tête; et pour me faire travailler, il faut me faire loucher
  ? 
Endevinalha 2 : Qu'an dus uelhs e dus perucs ; E n'an ni tripas ni budèths. ( Ils ont deux yeux et deux mâchoires ; Et ils n'ont ni tripes ni boyaux)   ? 

cité (ville)

ciutat - la ciutat de Pau qu'ei lo darrèr capdulh deu Béarn (la ville de Pau est la dernière capitale du Béarn), après Lescar (Bénéharnum) , Morlaàs et Orthez

citer

citar, mentàver 

citrouille

cuja (cuyo) - cap (tête) de cuja , n'est pas très flatteur, et s'emploie surtout pour les chauves et/ou les têtes rondes
Comptinette : Que vedi suu plèish la cuja qui, ueu shens crèish, s'estuja.
                      (je vois dans la haie, la citrouille qui, œuf sans coquille, se cache)

claie

cleda 

clair,e

clar-a (cla)

clairière

clarèra, esclarida 

clé...clou

clau (claw) - mais on dit la clau pour la clé, et lo clau pour le clou
- clavetèrs (cloutiers) est le surnom des habitants de Baigt-de-Béarn
Endevinalha : Beròja o lèda, petita o bèra, qu'entri la purmèra  (jolie ou vilaine, petite ou belle, j'entre la  
    première
 ?  

climat

clima

clique

clica ; banda

clochard

trainacamins 

cloche

campana, barlanga / le clocher = lo campanar /" il y a toujours quelque chose qui cloche dans une église!" dit un jour un humoriste.
Endevinalha : Boca grana, lenga de hèr, la codeta longa; que hè un brut d'in.hèrn
                      ( la bouche grande, la langue de fer, la queue longue; elle fait un bruit d'enfer
 ? 

clochette

esquira / esquiron - Arreproèr : au moton l'esquiron, a l'aulheta l'esquireta  (au mouton, la cloche, à l'agnelle, la clochette) - il faut mettre les choses à leur juste place - Jan l'Esquira ( Jan de la clochette), c'est un  écervelé
"campanetas, que desvelhatz los mens sovièrs, quan e soatz" (petites cloches, vous réveillez mes souvenirs quand vous sonnez)

clôture

barralha , clausura 

clou

lo clau (claw) / clouer=claverar ( clabéra) - autrefois, on fabriquait les clous à partir de jeunes branchettes de sapin en gardant un morceau d'écorce pour la tête (on trouve encore de tels clous qu'on appelait cavilhas  - cheville- )
Los clavetons (cloutiers) est le sobriquet des habitants de Capbis
Endevinalha: Cent chivaus herrats de nau ... Quan de claus, e'us cau
                      (cent chevaux ferrés de neuf .. combien leur faut-il de clous
 ? 

clown

palhassa 

coccinelle

vòlamaria (bòlamarïo) - Comptine : vòla, vòlamaria, doman que harà bèth dia; si ne vòs pas volar, doman que plaverà       (vole, coccinelle, demain il fera beau; si tu ne veux pas voler, demain il pleuvra)
~on dit cette comptine en tenant une coccinelle sur le dos de sa main, éventuellement en la caressant doucement

coccyx

l'òs bertran / laurar (labourer) dab l'òs bertran = être sous terre depuis longtemps
-curieuse expression quand on apprend qu'il fut un temps où l'église interdisait de labourer le jour de la Saint-Bertran

cochon

- voir porc -

cœur

còr (cò)  / en còr-hens = du fond du cœur 
"ço qu'eth uelh non ved, eth còr non se'n dòl" (ce que l'œil ne voit pas, le cœur n'en souffre pas) m'a dit un jour une aspoise, avec juste raison

coffre

~ à grain= arca -  arca désigne tous les récipients en bois volumineux
~ où l'on met l'avoine = cibadé
Endevinalha : Quate pès a, dab ua ala, e non pòt anar tà la hale (il a quatre pieds et ne peut aller aux halles)   ?

coiffé

cohat (couhat)-cohada (couhado) , pientat (pientado) -
Qui ne connaît le fameux chœur de voix féminines occitan "La mau pientada" (la mal coiffée) ?

coin

còrn (cor) - en còrn deth huec = au coin du feu

coing codonh (coudougn)  - Dicton/díser : Se plau lo purmèr de mai, de codonhs ne n’ i a gai ; Quan plau lo dus, que son vermenós ; Quan plau lo tres, ne n’i a ges.(S’il pleut le premier mai, il n’y a guère de coings ; quand il pleut le deux, ils sont véreux ; quand il pleut le trois, il n’y en a pas.)

colchique

brama-vacas (pleure-vaches) - vriuleta d’agòr (violette d'automne)

collier

~ pour bétail= canaula (canawlo) - Nombre de bergers en font la collection avec passion

colline

sèrra, tuc , poey

combien

quant (qouan) ; quantes ; quantas /  combien d'hommes : quant d'omis ;  quantes omis
le combien sommes-nous aujourd'hui ? : lo quant èm uei ?
combien en veux-tu ? : quant ne vòs ?   (ne utilisé pour en,  entre consonnes)

commander

mandar, comandar (couménda)

comme

com (coum) -  peut prendre le sens de que =>  "que se'n parla autant com la mort de Sauvelada"  (on en parle autant que de la mort du curé de Sauvelade) se disait-il à propos d'une affaire qui faisait grand bruit, à l'égal de celle provoquée par l'assassinat de l'abbé de Sauvelade, par un groupe de paysans, en 1663

comme-ci, comme-çà

atau, atau (ataw) -  A quelqu'un qui répète atau qu'ei, atau qu'ei ... (c'est comme ça, c'est comme ça ...) 
on lui répond :  "atau qu’ei l'aso de Poey"   (ainsi est l'âne de Poey) , ou bien "atau que hè l'aso de Poey" (ainsi fait l'âne de Poey) , ou bien encore:  atau qu'ei ... e qu'ei atau  .

commencer

començar (couménsa)

comment

quin (quïn)

commerce

comèrci (coumèrci), negòci

commode

aisit (aysit) , aisida (aysido), de bon har (dé bou ha)

commun,e

commun-a (coumu-no) / communal-e = communau-ala (coumunaw-alo)

compère (associé)

compair (coumpay) - pris parfois en mauvaise part dans le genre "association de malfaiteurs"
C'est le sobriquet des habitants de Boast (commune de Cosledaà-Lube-Boast)

comportement

compòrtament  (coumpourtamén)

compostelle
Jacques (Yaqués) ; le chemin de Saint-Jacques = lo camin de sent-Jaques (lou camii de Sent Yaques); 
qu'on désignait aussi sous le nom de  camin Romieu (en référence aux anciens pèlerinages vers Rome)
-On appelait Sent-Jaqués, les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. On faisait la différence entre jaquès et 
coquillards, qui étaient plutôt des profiteurs.

comprendre

compréner  -  qu'a la comprenedura dura = il est dur de la comprenette

compter

comptar  - comptar los esparros = compter les barreaux (du râtelier vide), dit pour quelqu'un à court de nourriture

comptoir

taulèr (tawlè) -  truca-taulèr = désœuvré; pilier de bistrot

concert

concèrt 

concierge

portèr(a)

conférence

conferènci

confesser

con.hessar (cou-héssa) - Certains disaient de retour de confesse "que m'an eslimacat lo casau"
=> on m'a enlevé les limaces du jardin ... (Pourrait s'appliquer aussi à la psychanalyse)

confondre

con.hóner 

conformément

segon (ségou)

congélateur

congelator 

connaître

conéisher (counéché) -  connu.e=conegut, coneguda(counégudo)
On trouve dans d'anciens documents béarnais cette formule à l'en-tête: "Conegude cause sie a totz ", soit, chose connue de tous ..., ou cette autre formule pour clore:
"Asso sie cause conegude"; que ceci soit chose connue

consacrer

consacrar (counsacra)

conscient

escient (éssién)

construire

bastir, construsir 

conte

conde (coundé) - les contes béarnais se terminent bien souvent avec cette formulette:
" E  cric e crac, lo conde ei acabat " (et cric et crac, le conte est terminé)
" E crac e cric, lo conde qu'ei fenit " (et crac et cric, le conte est fini)

contenir

càber, contiéner

contraire

contrari (lou countrari)

contrée

contrada (countrado) , parçan (parça), païs 

copier

copiar (coupia)

coq

hasan (hasa), clèco (clècou), gai (gay)  dans certains endroits.
Dicton/díser : Se lo hasan canta au só cocat ; Bruma o ploja au só lhevat.
                        (Si le coq chante au soleil couchant ; brume ou pluie au soleil levant.)
Endevinalha 1: Rei shens avè la corona;  Qui a tant de hemnetas, shens estat maridat ?
                                            (roi sans couronne; qui a tant de femmes sans être marié)
   ? 
Endevinalha 2: Qui a la corona e l'esperon, shens estar rei, ni baron
                                                 (qui porte couronne et éperon sans être roi, ni baron
  ? 

coq-tradition-

hasanhada (hasagnado)  - C’est sous ce nom qu'on désigne la "fête du coq"  lors du dimanche des Rameaux. 

coquelicot

paparòc - C'est aussi le nom d'un  groupe folk béarnais

corbeau

lo corbaish (courbatch)  - une troupe de corbeaux = ua corbaishèra  (peut s'adresser à un certain groupe de personnes)
 -   lo corbaish que coaca (croasse) - los Corbaishs est un des sobriquets des habitants de Moumour  (il faut dire que Moumour fut longtemps le siège des évêques d'Oloron) et de Bétharram-  les urdosiens avaient hérité de celui de corbassèrs (chasseurs de corbeaux)
Comptinette : Un còp que i avè ua piga e un corbaish (une fois il y avait une pie et un corbeau)
- E après ? ...  - Espia tau baish ! (regarde en bas) ..ou .. aquiu que l'as (tu l'as là) /la fin est modulable à l'infini

corde

còrda 

corne

còrn 

corps

còs - il est curieux qu'en béarnais, corps, cœur et cornes soient si voisins (còs, còr, còrn) ... est-ce un hasard?

correspondre

correspóner 

cortège seguici  - Dicton/díser : Se abriu lo docet, gaha tròp de malícia ; Nat com eth ent’aver en seguici misèria.
                       (Si le doux mois d’avril se met en colère ; personne comme lui pour avoir la misère en cortège.)

costume

costume (coustumé)

côte

còsta (la costo) - la còsta d'arrigue pets (tire pets) ou la còsta de boha-brac (souffle court) , sont des côtes très pentues

côté

costat (lou coustat) - à côté = au ras de ..(aw ras dé)

coteau

costalat, serras, tèper

côtelette

costeleta (coustéléto)

coton

coton (lou coutou)

cou, gorge

còth - mau de còth=mal de gorge

coucher

cocar (couca), jàser (yàzé) / couché=cocat
Dicton/díser : Sorelh qui’s coca engorgat ;Marca que lo temps e vòu cambiar.(Le soleil qui se couche engorgé-voilé- ; indique que le temps veut changer.)

coucou

cocut (coucut) –  Conséquence d'une mauvaise traduction de l'occitan,  la station de métro toulousaine des "Trois cocus", aurait dû s'appeler en fait  "Les trois coucous".- Quel béarnais ne connaît pas cette complainte ???
   "chut ! chut ! chut ! n'as pas entenut, lo cocut que canta ! (... tu n'as pas entendu le coucou qui chante)
               chut ! chut ! chut ! n'as pas entenut, canta lo cocut !" (... tu n'as pas entendu , chante le coucou)
Dicton/díser : Au purmèr d’abriu ; Que cau saber si lo cocut ei mort o viu.
                               (Au premier avril, il faut savoir si le coucou est mort ou vivant.)

couette

la cosna (cousno)  - Endevinalha : Quate còrns, un milion de tripas (quatre cornes et un million de tripes)   ?

couleur

color (coulou) - las berojas colors deu cèu (las béroyoss coulouss dou cèw) =les jolies couleurs du ciel
-lo cèu qu'ei blu (le ciel est bleu)
-los prats e los bòscs que son verds (les prés et les bois sont verts)
-lo men gat qu'ei ros (mon chat est roux)
-la mea canhòta qu'ei blanca, pigalhat de negre (ma chienne est blanche tachetée de noir)
-lo teit de la casa qu'ei negre (le toit de la maison est noir)
-jo que soi saure. E tu quin ès ? (moi je suis blond foncé. E toi comment es-tu ?)

coup

p / une fois= u cò/ un còp èra=il était une fois /  aqueste còp = cette fois O

coup

castanha (castagno) , patac , truc , pet   / par à-coups = a pos e hicadas
Anaram au patac (nous irons jusqu'à la bagarre) est une association béarnaise de défense de notre langue
Dicton/díser : A Sent-Miquèu, l’apèu ; A Sent-Luc, lo truc ; A Sent-Grat, lo gran patac ; A Marteror, la flor ; A Sent-Martin, la fin. (A Saint-Michel, l’appeau ; à Saint-Luc, le grand mitraillage ; à Toussaint, la fleur ;
à Saint-Martin |11-11|, la fin
. ) - dicton relatif au déroulement de la chasse à la palombe.

coup de vent bohat (bouhat) -   Dicton/díser : Uei los bohats ; Doman los pishats.(Aujourd’hui les coups de vent ; demain les averses.)

couper

talhar, copar , talhucar

couple

coble (coublé)

cour

cort  - parguia (cour de ferme) - pati =place, cour, aire, espace découvert, parvis

courage

coratge (couratyé) - se dit également quand une personne vient d'éternuer, car selon une superstition, certains craignaient que l'âme s'échappe sous le coup de l'éternuement.

courant (en)

en ..corrent (courén)

courant 

briu (briw) .. d’eau douce d'abord, mais aussi d'air etc ... / dans un autre sens, briu veut dire vif, enlevé

courbé-e

croishit-ida (crouchit-ido) - [lumbago] - que soi tot croishit = j'ai mal dans tout le dos ... je suis tout plié, courbaturé

coureur

corredor (courrédou)

courir

córrer - deisha córrer = laisse courir - on dit aussi : deisha trotar la (era) mula (laisse trotter la mule)
har córrer la biaça, c'est mendier ... faire traîner la besace

courriel (e-mail)

on a le choix entre corrèu (néologisme) ou escriut (écrit) , que je préfère 

course

corruda (la courrudo) - Le Béarn a connu quantité de coureurs célèbres, cyclistes ou pédestres - N. ... presque autant que de coureurs de jupons, dont la palme revient haut-la-main au "Vert-Galant", Henri IV.
Plus spécifiquement, la Corruda est une course pédestre organisée par la Calandreta d'Oloron.

coursièr.e

corsièr.a (coursiè-èro)

court

brac(a); cort(a) - la còsta de Boha-Brac, est une côte très pentue, qui donne le souffle court.

courtiser

har vistas (ha bistos) ; har l'amor (ha l'amou) [dit dans le sens platonique] ; cossirar (tourner autour, poursuivre de ses assiduités)

cousin

cosin, cosia (lou cousi, la cousïo)

coussin

coishin  (lou couchi)

couteau

cotèth (lou coutèyt) -  coteràs (gros couteau) -   à couteaux tirés (sens figuré) = nhico-nhaco (gnicou-gnacou)
Dicton/díser : Se Senta-Clara ei cauda e clara ; Los fruts de cotèth, de segur que seràn bèths.
                                (Si Sainte-Claire est chaude et claire ; les fruits à couteau seront beaux à coup sûr.)

coûter

costar (cousta)

couturière

costurèra (la cousturèro)

couvée

coada (la couado)

couverture

cobèrta, apriga 

crapaud

sapo (sapou),  hari - certains autrefois pensaient qu'on pouvait reconnaître un sorcier ou une sorcière par le fait qu'ils avaient dans l'œil, une tache en forme de crapaud, et quand on avait des soupçons malgré l'absence de la tache, il se disait:   "qu'a lo sapo a l'estajòu (il cache un crapaud -maléfique- )
- los uelhs de hari (yeux de crapaud) désignaient autrefois des pièces en or, du fait de leur vif éclat

crasse

greha /crasseux = greherós (  gréherous )

crayon

gredon (grédou)

crémaillère

crimalh - beaucoup d'expressions et arreproèrs (proverbes)  à partir de ce mot
Endevinalhas
1.A noste que i a un gojat (chez nous, il y a un garçon); Qui a lo pòt arrevirat ? (qui a les lèvres retournées)
   ? 
2.Un òmi tot vielhòt, vielhòt (un homme très vieux) Qui tien tot çò qui pòt (qui tient tout ce qu'il peut)  ? 

crêpe crespèra, pastèra  - Dicton/díser : Entà Sent-Blas ; Pastèras dinc au nas.
                                                                        (Pour Saint-Blaise, des crêpes jusqu’au nez.)

crépuscule

escurada (éscurado)  , sòcoc ; boca-de-nueit [bouche de la nuit] ; auba deu ser [aube du soir];  lo capser

crête (animal)

cleca (cléco), halha (hayo) / esprit com un guit (canard), ua halha = pas d'esprit du tout
La halha, c'est aussi la flamme, le flambeau, voire le feu fonctionnant à plein régime

crête (géographie)

sèrra ; la podja - un long chemin antique nommé "la poudge" sinuait sur une longue croupe à travers le Vic-Bilh

cri

crit (lo critt) -  l'anilhet (anillét) est un puissant cri de joie ioulé, correspondant à l'irrintzina des basques

croassement coaquèra  -  Dicton/díser : Ara coaquèra deths corbàs ; Pren era capa se te’n vas. (Au croassement des corbeaux ; prends ta cape si tu t’en vas.) -signe de pluie-

croire

créder , créser

croissant (boulangerie)

creissent, panet cornu

croissant (croître)

en creishent .. ou en créisher

crottes

cagalhas, cagalhetas (cagaillétos)

cru

crut-cruda   -   le Cama-Cruda (jambe crue/nue) était un personnage imaginaire populaire qui s'amusait à faire peur aux femmes s'aventurant seules sur les chemins à la nuit tombée, ou aux abords des églises...

cruche pegar (péga) -  Dicton/díser : Quan plau lo dimarç gras ; Vè-te’n au chai dab lo pichorràs.
                                  (Quand il pleut pour mardi gras ; va-t’en au chai avec la grande cruche.)
cueillir cuélher ( kwéyé) -  Dicton/díser : Dab hems de heuguèra ; Semias quartau ; Que cuelheràs cossèra. (Avec du fumier de fougère, sème un quartier |quart du sac|, tu en récolteras la moitié.)

cuiller

culhér 

cuisine

cosina (la cousino)

cuisiner

cosina

cuisinière

cosinèra (la cousinèro)

cuisse

cueisha (la couécho)  -  maridats de la cueisha,  signifie amants

cuire

còser (cossé)

cuite

cueita (couéyto) - dans le sens d'ivrognerie : nhanha , chimòrra 

cuivre

coeire (coéyré)

cul, envers

cuu

culbute

culhebet ;  estornacuu  / har l'estornacuu = mourir

curé

caperan -  sobriquet des habitants de Bétharram .. celui des habitants de Lestelle étant los chapeletaires 
- les habitants de Lussagnet sont dits Tuacaperans, mais los caperans désignent ici les poux
- le caperan a fait l'objet de nombreux arreproèrs dont celui-ci:
Esquia de gat, nas de can, cama de caperan, non son james tròp cauhats (échine de chat, nez de chien, jambe de curé, ne sont jamais trop chauffés) , ce qui veut dire que pendant qu'agriculteurs et ouvriers travaillaient au froid, le prêtre restait au chaud 

curieux-euse

curiós (curious) - curiosa (curiouso)

cuve semau (pour le vin).
Endevinalha:  Qu'ei hèit au bòsc; que pisha a casa (il est fait au bois et coule à la maison)  ? 
cuvée cubada, tinada

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

Initiation au béarnais : 
[débutants ] [les bases] [la grammaire] [la conjugaison]
[dictons à écouter] [phrases types] [le béarnais au quotidien]