{ Sommaire béarnais }
{ accueil général }

DICTIONNAIRE FRANCO-BÉARNAIS   ©

~*~
 
[
bibliographie]
  ~*~

Règle de base pour la prononciation: lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe. Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne, l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe. Vous constaterez au fil de votre consultation, que le e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à se prononce nettement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. Le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn se prononce comme un double n, tandis que le son gneu correspondant à nh. Le s du pluriel se prononce toujours......
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais sachez qu'il existe une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées montagnardes avec eth,  era, er, er'.
                                     
*Pour en savoir plus, je vous conseille de faire un tour  sur ma page spéciale.

LETTRE 

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

badaud

badaire (lou badayré), esbagat

bagarre patacs

bagarreur

patacaire (patacayré) ; patacassèr
- Sobriquet des habitants de Castéra-Loubix et d'Uzos. Ceux de Ger étaient dits Los pataquèrs

baguette (en bois)

flinga (uo flïnguo) .. certains disaient ua shiula (uo chioulo) ...flingue qui siffle

baigner

banhar - bon à savoir en ce qui concerne le son gn : il y a une différence entre les groupes nh et gn. Le groupe nh se prononce gn, mais le groupe gn comme dans signe se décompose en  sig-ne

baignoire

banhadé, banhadera (bagnadéro)

bâillement

badalh (baday) , badalhós  -  Comptine:
-Er' esquirou de brosta en brosta (l'écureuil, de branche en branche)
-Eth badalho, de boca en boca (le bâillement, de bouche, en bouche)

Arreproèr : Badalhi, badalho: hami o dromir que vòu (bâillement, bâillement :  a faim ou veut dormir)

bâiller badalhar (badaya) -  Dictons/díser : Eth qui au mes d’Avent vrespeja ; Ath mes de mai, que badalha.
(Celui qui goûte au mois d’Avent ; bâille au mois de mai –devant le garde-manger vide-.) - C'est la version béarnaise de la cigale et la fourmi.
bailli baile (baylé) [anc. officier d'administration] ; représentant local du vicomte de Béarn. Les bailes succédèrent fin XII° aux veguèrs 'bèguès) . Ils représentaient localement le vicomte dans une des 17 circonscriptions ou vegaraus (bégaraws) , en tant qu’officier de justice. Peu à peu, ils devinrent de véritables huissiers; chargés chargé du port de contraintes, de l’exécution des ordres quels qu’ils fussent, des pouvoirs de justice (seigneurs ou tribunaux)
Los baillatges (bailliages) étaient des circonscriptions administratives juridico-administratives 
bain banh (bagn)

baiser, bise

pòt (comme la lèvre), poton (u poutou) ;  une grande quantité de baisers  = un sarròt de potons (poutous)
faire une grosse bise=har croishir un pòt (a crouchi u pòt)

baisser

baishar (bachâ) - la baishada (la baisse, chute, descente...)

balade

passejada  (passéyado) ; virada (birado)

balançoire

jumpadera (la yumpadéro)  -  jumpar=balancer  -  jumpa's=se balancer  -  jumpant-se'n=en se balançant
Comptine : Jumpat sus l'aiga fresca, cap envath l'ausèth que pesca. (Balancé sur l'eau fraîche, tête en bas, l'oiseau pêche.) - Lequel est-ce ?

balayer

escobar  (éscouba) - balai=escoba (éscoubo) - escobar las provas (éscoba las proubos)=balayer la poussière, signifie en fait, faire les fonds de tiroir
Endevinalha :  Que sèi ua causa biscausa; que galopa de crampa en crampa  n'a pas qu'ua cama
                (je connais une chose étrange qui galope de chambre en chambre et n'a qu'une jambe
 ? 

balèze masclut, costalut

baliverne

contaralha (coutarayo) , contaròla (countaròlo)

ballon

balon (lou balou) - [hè passa lou balou=fais-moi passer le ballon] - balle=bala

banc

banc  -  l'arque-banc était le long banc qui se tenait près de la cheminée dans chaque ferme; il avait souvent de grands tiroirs dessous

bancal

escarmalat-ada

bande

escabòt

bander

quilhar

banderole

banderòla (banderòlo)

bannière ban(d)èra

banquet

taulejada  (uo tawléyado)

baron baron.a -on écrivait baroo autrefois - Dans la petite Principauté de Béarn, les barons avaient une place de choix auprès du vicomte et bénéficiaient de grands privilèges, dont celui de siéger à la Cort Major (cour mayour). Les grands barons  au nombre de dix, faisaient office de pairs. Les évêques de Lescar et d'Oloron siégeaient avec eux .Le premier prenait place à la droite du vicomte, et le second, à sa gauche.
Plus tard, il y eut des ruffebarons, au nombre de quatre. (sorte de réserve)

barre

barra / barrer=barrar ; qui a aussi le sens de fermer

barrière

barralha, barrèra, cleda, barana

bas-se

baish-a (bach-o) - Endevinalha: Per tant haut que sia, que sera tostemps baish 
                                   (pour tant haut qu'il soit, il sera toujours bas
 ? 
.... variante de "pour aussi haut qu'on soit assis, on ne l'est toujours que sur son fondement"

bas (vêtement)

baish.s (bach)  - Endevinalha: Peu dehòra, peu dehens, lhèva la cama, hica-t'i dehens 
                                (par dehors, par dedans, lève la jambe, mets te l'y dedans)
  ? 

basculer

capvirar, caplhevar, cuulhevar (culyéba)

basilic (bot)-clavetèra  / (animal)-basilic. Un des esprits béarnais avait une fonction bien précise : c’était le Basilic. On l'invoquait pour empêcher les enfants de s’approcher d’endroits dangereux comme les marlères (marnières)
-Ne i anis pas praubin, que i ei lou basilic.  (N'y va pas pauvre de toi, il y a le Basilic)

batailleur

patacaire (patacayré) , batsàrror 

bâtiment

bastiment (bastimén)   -   bâtisse=bastissa

bâtir bastir -  Dictons/díser : Quan la piga basteish haut, que harà caut ; Quan la piga basteish baish, maishant temps qu’averàs. (Quand la pie bâtit -fait son nid- haut, il fera chaud ; quand la pie bâtit bas, tu auras du mauvais temps.)

bâton

baston (bastou), barrò/ bâton de pèlerin=bordon (bourdou) (gros et grand bâton au bout ferré)
Expressions : A bourdou plantat = sans bouger de place /  – plantar lou bourdou = s’installer  /  tiéner bourdou = tenir tête

battre

trucar (trucâ)  -  donner un direct : trucar dret

bavard batalaire, clacassèr, shabrac.a ... j'en passe et des meilleures

bavarder

blagassar , batalar , clacassejar , chacar  -
on dit aussi har pròsa, ou har ua proseta pour désigner une conversation simple et agréable

Béarn

Bearn ou Biarn (sansprononcer le nfinal) - Le nom de Béarn proviendrait de la tribu des Venarnis, qui aurait également donné son nom à la première capitale du Béarn : Beneharnum;  dont on suppose que l'emplacement correspondrait actuellement à la ville de Lescar

béarnais (habitants)

 biarnés , biarnesas ... ou bearnés, bearnesas
biarnes; leiau e cortés (béarnais; loyal et courtois) se proclament-ils

béarnais (langue)

 biarnés  ou bearnés
La langue béarnaise est très ancienne comme l'attestent les différents Fors dans la langue de laquelle ils sont écrits, il y a de cela près de mille ans pour les plus anciens- le béarnais fait partie du grand ensemble occitan qui s'étend des Pyrénées au Limousin et de l'Océan Atlantique aux Alpes, tout en gardant des caractéristiques spécifiques.

beau - belle

bèth - bèra (bèro) , beròi-a,  (béroy.o)

beaucoup

hèra (ro) , un sarròt, un hèish (hèch), un arrama

beau-frère

cunhat  - 

beau-père

bèu-pair  (bèw pay) - pairastre (payrastré) dans le sens de second mari de la mère

bébé

nenè, nin-a-, chin-a- (chïn-o)

beauté

beror (bérou), beutat (béwtat

bécasse becada - Dicton/díser : A Sent-Miquèu, la becada cad deu cèu. Se plau, atau, atau ; Se hè bruma, nat pluma ; Se hè bèth, que se’n ganha dehèt. (A la Saint-Michel, la bécasse descend du ciel. S’il pleut, couci-couça -on en prend une ou autre- ; s’il fait de la brume, on n’en prend aucune ; s’il fait beau, on en prend beaucoup.)

bêche

palahèr   /  bêcher=hotjar (houtya) - Dictons/díser : Hotja-me, en quin temps qui’m hotjas ; Mes en mai que m’arrehotges ; Que’t darèi vin, qui’t harà dromir. (Bêche-moi en quelque temps que tu veuille ; mais en mai tu me rebêches ; je te donnerai du vin qui te fera dormir.)

beignet

crespèt

bélier

marro (marou)

belle-fille

nòra (nòro)

belle-mère

bèla-mair (may) - mairastra (mayrastro) dans le sens de seconde, ou x ème  épouse du père

belle-sœur

bèla-sòr,  cunhada (cugnado)

benêt

bòbo, aso   -  (escapat de las escòlas)

béret

beret(béret), bonet (bounét) -  la petite queue qui surmonte le béret est dite lou cabilhou (l'épi)
Beret de bueu = les cornes  ;  beret de cloca (berrét de clouco)= vieux béret et/ou  juron (béret de poule) - 
Un viraberet (birobéret)=tourne-béret) est dit pour quelque chose de très facile à exécuter - un béret ça n'a pas de sens , disait un certain Devos.
Rappel: le béret (dit basque) est d'origine béarnaise et non basque, tout comme le linge (dit basque) , le jambon de Bayonne , dont le musée est à Arzacq !!! etc..  etc... Pour preuve; il fut un temps où les béarnais étaient surnommés "los berets"...tout bonnement !
A présent, la principale fabrique de bérets se situe à Oloron à l'usine Laulhère. Celle-ci fournit toute l'armée française en bérets.

berger 

aulhèr (awyè) , pastor (lou pastou)  - le pastou ou patou désigne le gros chien de berger des Pyrénées
C'est aussi le nom d'un  groupe folk béarnais  et le sobriquet des habitants de Gère-Belesten
en singeant Antoine, on disait à l'époque aulhèr !  au lieu de ô, yé, à la fin des couplets
-Expression : Quin te va l'aulhada, aulhèr ? est une expression commune signifiant comment (va ton troupeau) vont tes affaires.

Bernard Bernat.....Vient de Bernard dont le saint (1090-1153)  était abbé de Cîteaux; et qu'on n'oubliera pas de si tôt. Il fut envoyé dans le Midi par le pape et le roi de France pour prêcher pendant la croisade contre les albigeois. Par ses propos excessifs, il tentait d'éradiquer l'hérésie cathare . Ceux-ci restant sans effets, il eut recours à la force (tortures, bûchers, bannissements, excommunications ..). Consécutivement à ses pratiques ignobles, les occitans forgèrent à partir de son nom des expressions blasphématoires.
>Prégo diu bernado est un personnage hypocrite qui prie de trop ; ce fut le nom donné à la mante religieuse.
>Bernat-Pudent (Bernard puant par son arrogance) est devenu le nom de la punaise des bois ; Bernat pescaire est celui attribué au martin-pêcheur (pêcheur d'âmes)..etc...

besace

biaça  / har correr la biaça=mendier
Dictons/díser L’ivèrn qu’ei com la biaça ; Se n’a pas cap d’un costat, que n’a de l’aute. (L’hiver est comme la besace ; si on ne le prend pas d’un côté, on le prend de l’autre.)

besoin

besonh  /  j'ai besoin =que'm hè besonh, que'm cau, que'm hè hrèita (littéralement; cela me fait manque)

bestiole

aujami (awyami)

bétail

bestiar (lou béstya)  /  l'ensemble des animaux de la ferme est dit mairam (mayram)

bête

bèstia (bèstyo)  -   Arreproèr : Lo qui n'a pas còr tà las bèstias, n'a pas còr tà la gent
(celui qui n'a pas de cœur pour les bêtes, n'a pas de cœur pour les gens) ... c'est parfois l'inverse qui se produit

bêtise

bestiessa (béstiésso); peguessa (péguésso)

beurre

burre 

biais (en)

de biscòrn ; de trubès

biche

cabiròla, cèrvia, craba 
les anciens avaient tendance à dire crabas aussi pour désigner les chevreuils et les isards 

bicyclette

bicicleta - les engins mécaniques modernes se disent de manière générale engibanas.
Endevinalha : Holina, holana; que's  persegueishen capvath la lana (............ elles se poursuivent vers la plaine )   ? 

bien (adv)

plan (pla)  -   plan uros(pla urous) =heureusement -  plan beròi (pla béroy) (littéralement bien joli) a le sens de bien fait , bien conçu, réalisé avec goût... mais aussi bien remis à sa place.

bien 

plan  - bien faire = har de plan (a dé pla)  - (bien faire et laisser braire, disait-on, dans un autre contexte)

bientôt

on est bien servi dans ce domaine - jugez-en : lèu ; lèu-lèu ; bèthlèu (bèlèw); là bathlèu ! ; dinc a bèthlèu ; aurevéder ; tà l’aute còp ; dinc a la purmèras ; dinc a un aute còp ; dinc a n’aute còp ; dinc après ; porta’t plan ;  a totara (~ à tout à l'heure) ; au plaser (au plaisir)

bière

cervesa, ua canha - sous toutes réserves, le mot goudale (chabrot) viendrait de good ale (bonne bière)

bijou

jòia; belòia

bille

canica  -  le mot vient du mot chien : ( lo ca qu'on écrit can), car les canicas étaient des boules de son qu'on donnait aux chiens dans certains endroits du Béarn.

blagueur

trufandèc (moqueur) -  nom d'un personnage béarnais imaginaire qui jouait les pires tours aux ménagères pour les faire échouer dans ce qu'elles avaient entrepris, surtout pour leur faire rater la cuisson du pain.

blaireau

taishon (tachou) - sobriquet des habitants de Bernadets

blanc blanc - Endevinalha: Blanc, blanc, com un papa ; Verd, verd, com un laurèr; Qu'ha ua barba e n'èi pas un omi  ? 
                   (blanc comme un pape, vert comme un laurier; il a une barbe et n'est pas un homme)

blanche

blanca - (c'était aussi le nom de la neige) - se dit blanga (blango) au piémont et dans les vallées

blé blat ou hroment (hhrouménn) - Dicton/díser : Quan la grua se’n va tà França ; Geta lo blat a l’esperança.
                                                                                      (Quand la grue va vers la France ; jette le blé à l’espérance.)

bleu-e

blu-blua (blüo),  blau  (blaw)  /  bleuâtre= blavós (blabous)
On chantonnait lorsque nous étions enfant : "verd(birr)  e blu que'm foti de tu"
(vert et bleu, je me moque de toi), ou "verd (birr) e blu qu'attira lo mossur " (vert et bleu attire le monsieur) - Allusion aux couleurs de mauvais goût, ou au port de vêtements trop aguichants de la part des jeunes filles.

blouson

bloson  (lou blousou), sajon (sayou)    /   blouse=chamarra

bœuf

bueu (bouéou) - lo bueu que bugla - un borruglet est un mugissement court, ua borruglèra, un gémissement long.  
-Bueu vielh, si non tira qu’enten -dit un arreproèr- ( boeuf vieux, s'il ne peut plus tirer, ça ne l'empêche pas d'entendre)
- on ne perd pas toutes ses facultés en vieillissant-

bohémien

bohèmi (lou bouhèmi), tatair (tatay)

boire

béver (bé) - ça-i béver un còp (viens boire un coup)
unta’s lo ganitet , la ganurra (s’oindre le gosier) ; aver un bon còp de siulòu (avoir un bon coup de sifflet)

bois

lenha  (la légno) [bois de chauffage] , bòsc [forêt] - husta [bois de menuiserie]

boîte

caisha (cacho)

boiteux-e

tòrt-tòrta (tòrto) , pè ranquet -  comptine:   Cocut, cucut !  (coucou, coucou)
                                                                                  Ta mair tòrta (ta mère boîte);
                                                                                  Ton pair bossut (ton père est bossu)

bol

coish (couch)- en avoir ras le bol : està’n hart,a ; avé’n hartèra (hartèro).

bombance

hartèra - on a l'âge de ses (h)artères; dit-on avec humour en Béarn, par association avec le mot artères.
-
Los hartanèrs (goinfres) , est le sobriquet des habitants de Lée

bonne

bon (bou), bona (bouno) / pair-bon (paybou), c'est le grand-père et mair-bona (maybouno) , c'est la grand-mère

bonheur

bonur (bounur)   -   lo bonur qu'ei tostemps tà doman ... (le bonheur c'est toujours pour demain)

bonjour

adiu (adiw) ! adishatz (adichats) !  bon dia ! (bou dïo)

bonne(adj)

bona (bouno/a)  - bonne nuit= bona nueit (bouno nouéyt O

bonne (nom)

goja (gouyo); macipa (ce nom viendrait curieusement au départ, d'émancipé !!!)

bonsoir

bona serada (bouno sérado) - bona vrespada (bouno bréspado) => bonne après-midi

borgne

bòrni.a  - un béarnais plein de tact dit un jour à un borgne, pour lui être agréable :
" Mossur, que'v disi qu'ètz mei bèth qu'un amor ... per'mor que disen que l'amor qu'ei avugle. "
(Monsieur, je vous dis que vous êtes plus beau que l'amour, parce qu'on dit que l'amour est aveugle)

bosse

tonha (üo tougno)

botte, bottine

bòta, bòtina - on dit souvent en Béarn "quin va la bòta ?" (comment va la botte) pour demander comment ça va!  - certains répondent : "plan e tu caròta ?" (bien et toi carotte?) ou ... "a proporcion de la culòta" (à proportion de la culotte -avec une légère connotation sexuelle-)

bouche

boca (la bouco) -  la boca que minja (mange), que beu (boit), qu'abraça (embrasse), que parla (parle), que crida (crie), qu'apèra (appelle), que shiula (siffle), que canta (chante), que bava (bave)
~Il a été relevé sur le frontispice de la porte d'une maison, cette maxime quelque peu dérangeante:
 "Lo qui aja boca, qui aja borsa", soit; Que celui qui veut manger, ait de quoi payer (formule on ne peut  plus discutable) - Dans ce sens, un baron béarnais avait proclamé après que des paysans n'aient pu payer l'impôt :
« Que lo qui non pòt, que posca ! » (Que celui qui ne peut, qu'il puisse)
Endevinalha : Un horn plen de busquetas ; Ne son pas verdas ni secas (Un four avec des bûchettes qui ne sont ni vertes, ni sèches)    ? 

bouchée

nhac (gnac) , mossec (mousséc) / nhacar=mordre  -  Avoir du nhac, c'est avoir du mordant, du punch

boucher

carnicèr, maserèr (sens aussi de dresseur)

boucle, bouclé

bocla  / boclat-ada, anerat-ada (anérat-anérado)

bouder

har lo muish (ha lou much) - faire la tronche . On dit aussi de quelqu'un qui boude : qu'a la cuca (il/elle a la cuque.. petit insecte qui le titille, l'énerve)

boudin

trip-a ; le plus gros boudin portait le nom de diòs ; le saucisson, c'est la puç - Rabelais parlait lui du boyau culier

boue

hanga (hango) , grava (grabo) / los gravassèrs est le sobriquet des habitants de Lucgarrier
Nombreux sont les villages béarnais dont la racine du nom indique un lieu boueux, marécageux ...
Dicton/díser : Hanga d’abriu ; Espiga d’estiu. (Boue d’avril ; Beaux épis d’été.)

bœuf bueu (bouéw) -le bouvier ou conducteur de bœufs est dit boèr (bwè) - Comptinette : Au clòt, lo bueu hè cama hanguda , e beu e brama (dans le trou, le bœuf a la jambe boueuse, et il boit, et il brame)

bouffer

hartar, cracar, clacar, harta's (se harter)

bouger bolegar (boulega) -  Dicton/díser : Bolega l’ivèrn ; Se vòs minjar l’estiu.(Remue-toi l’hiver, si tu veux manger l’été.)

boulanger

panissèr - le pain=lo pan (pa)

boule

la bòla -  Endevinalha: N'a pas ni pè , ni talon, e cort tostemps com un demon 
                    (elle n'a ni pied, ni talon, et court toujours comme un démon)
  ? 

boulevard

baloard (balouar)

boulimique

être ~ = aver la minjadèra (avé la minyadèro)
pour quelqu'un qui a de l'embonpoint, on dit par euphémisme : qu'a un bèth torn (il a un joli tour), qu'ei plan bèth

bouquet

flòc - lo flòc de Gasconha (lou flòc dé Gascogno) est une boisson très agréable
Formulette : Lo flòc verdeja ; lo milhòc jauneja (le bouquet verdit, le maïs jaunit)

bourbier

augar / brau  (braw)

bourgeon brot (brout) -
Dicton/díser : Se heurèr e hè brots ; Març que’us i tua tots.  (Si février fait des bourgeons, mars les lui tue tous.)

bout

cap - mis parfois pour la fin ou le début  /   le patronyme Capdevielle signifie le bout du village
Mais "lo cap", c'est aussi la tête -   cap a cap=tête à tête - Des expressions et dictons jouent sur cette ambivalence. Tout bon Béarnais se dit "Biarnés cap e tot" (Béarnais du sol au plafond)

bouteille

botelha (la boutéyo)   / verser à boire=botelhar ( boutéya)
Endevinalha : Un vente, un còth e pas cap (un ventre, un cou et pas de tête)   ? 

bouton

boton (lou boutou)  - bouton sur la peau = bruslon (bruslou) -  bouton qui démange = pruseron (prusérou)

bouton d'or pè de gat (pè dé gat) [pied de chat)

branche

branca (branco)  -  branchette = buscalh, broquilha (buscay, brouquillo)

bras

braç - los braç que's lhevan (se lèvent), que tiénen (tiennent), qu'entornejan (entourent), que gahan (attrapent), que sasissan (saisissent), que prénen (prennent), que trucan (tapent)
Un joli mot est la braça (brasso) , qui n'est pas tout à fait la brassée, car la braça consiste à tenir un enfant sur le haut du corps entouré des bras.

brave

coralut-ada-, brave-a- 
Dab Gaston sheis, Vescomte de Moncade          (Avec Gaston VI, Vicomte de Moncade)
Braves Biarnes, que hiquètz vòsta espada          (Braves béarnais, vous mîtes votre épée)
Au servici deu dret e de la libertat                 (Au service du droit et de la liberté)
E de pè hrem, shens la mendre retrèita,           (Et de pied-ferme, sans la moindre retraite)
Se ne podotz arrestar la dès-hèita                (Si vous ne pûtes empêcher la défaite)
Au mens, d'aunor n'avotz pas aquiu hrèita        (Au moins, vous ne manquâtes pas d'honneur)
E que savotz taus hrairs vòstes, morir de grat      (Et vous sutes, pour vos frères, mourir de bon gré)
Dit par Simin Palay, à propos des soldats béarnais partis lutter contre les troupes royales (venues mettre le Midi au pas) , aux côtés de leurs frères occitans

brebis

oelha (la ouéyo) -  dans certains endroit, on dit plutòt aulha (awyo)
non n'ei pas tà la oelha, qu'ei tà la laa (ce n'est pas pour la brebis, c'est pour la laine), dit-on d'une personne intéressée...  prrt, ça-vi ! prrrt, ça-vi ! disent las bergers (aulhèrs) pour faire suivre leur troupeau

briquet 

tirahuec (tirowéc)

briser

esbrigalhar (ésbrigaya)

brouette

carriòt ; carriòla
Endevinalha : Un soir, un vieux paysan prend sa brouette sans faire de bruit, et s'en va dans la rue. Il entend:
  "Te vederàn, te vederàn" auquiel répond " - Segur, segur !" et le même dialogue continue.
  "-Pan! Pan! (le dialogue s'arrête)   -Te l'aví dit! Te l'aví dit!. " De quoi s'agit-il ???

En fait, le vieux paysan en question était allé voler des raves dans un jardin, seulement, la roue de la brouette était mal graissée et faisait en tournant : "Te vederàn=ils te verront..." et de plus, il avait un sabot déferré qui faisait "Segur=c'est sûr...". - Pan, pan!, c'est deux coups de fusil. Le vieux jette ses sabots et la roue de la brouette qui file fait "Te l'aví dit=je te l'avais dit".  

brouillon

embrolhaire,  pagalhós-a, (pagaillous-o) - C'est aussi le nom d'un  groupe folk béarnais

bruit

brut, horvari (hourbari), bataclam (tiens donc !)

brume

bruma  -  bruma baish (brumo bach) = climat orageux  ...  au sens figuré - y'a de l'électricité dans l'air

brun, e 

brun,e (brün, brüno)  - pour la couleur de la peau, on dit moret-a (mourét, mouréto)

bruyant

tapatjaire (tapatyayré)-a ; tapatjós(tapatyous)-a 

bûche
bûcheron

barrolh (barrouy) , escalh, estèra  /  Capsau = bûche de noël
bûcher=lenhèr (légnè), boscassèr, lenhassèr (lou légnassè)

bûcheur 

trimaire-a 

buis boish (bouch) - Dicton/díser : Lo boish e l’agreulet, auprès de l’avet ; Que hèn la guèrra, tots solets.(Le buis et le houx, avec le sapin ; ils font la guerre tout seuls.) - l'hiver leur feuillage fait de la résistance

buisson 

pleish, bruishòc (pléch, bruchòc)

bulldozer butader (butadé), aplanader (aplanadé)

bulle

boishòrla (boutchòrlo) - coincer la bulle : caçar las ombras (chasser les ombres)-
 Comptine : Lo papeta que sabó, har boishòrlas, has boishòrlas ; Lo papeta que sabó har boishòrlas de sabon .(le papet sut faire des bulles, faire des bulles. Le papet sut faire des bulles de savon).

buller mosquejar (chasser les mouches) ; canhotejar (imiter les chiens)

bureau

burèu (burèw)

butin gaha (gaho), rascoalha (rascouaillo)

buveur

pintaire (pïnntay) -  barriquejar=boire beaucoup - trimbalada=tournée des bistrots
Arreproèr :  Pintaire, jogaire, caçaire; tot aquò ne vau pas guaire 
                           (buveur, joueur, chasseur; tout ça ne vaut guère)

"Canta monisha, tant que lo can pisha "…chantent les enfants en dansant autour d’un ivrogne

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

[grammaire] [conjugaison] [écriture-Arreproèrs] [phrases courantes] [le béarnais au quotidien
[ débutants ] [les bases : la prononciation]
[dictons] [prénoms béarnais du moyen-âge


-contact-