accueil général            chansons béarnaises

A NOS CHERS DISPARUS

apprendre le béarnais   

_-_-_-_-_-_-_-_

(cette page est dédiée aux très grands de la chanson que furent Brassens, Barbara, Brel, Moustaki, Ferrat...-pour commencer-
auxquels je rends hommage .. en béarnais ... et ça le fait ! )

} Règles de base pour la prononciation

       Lorsque la dernière lettre d'un mot est une voyelle, l'accent tonique se porte (en principe) sur l'avant-dernière syllabe...exceptés lorsque le mot se termine par s (pluriel) ou n (verbal). Lorsque la dernière lettre d'un mot est une consonne.. exceptés s (pluriel) ou n (verbal), l'accent tonique se porte (en principe) sur la dernière syllabe.
       Vous constaterez au fil de votre consultation, que le
e se dit é, le o et le ó se disent ou, le v se dit b. Le a final se prononce la plupart du temps comme un o léger, à peine formé. Par contre, le à accentué se prononce franchement a. Le r est roulé, mais il ne se prononce pas en fin de mot, en général. De même, le n ne se prononce en fin de mot que dans certains cas. Le lh se prononce lieu, comme le ll espagnol. Le gn correspond à un double n, le son gneu s'écrit nh. Le s
du pluriel se prononce toujours......
         Pour en savoir plus, rendez-vous sur ma page spéciale.
Pour les besoins de la cause, les articles ont été écrits sous la forme de:  la, lo, un, ua; mais il y a une autre forme tout autant usitée dans le piémont et les vallées avec eth,  era, er, er'...
 

 

MA LIBERTÉ / MA LIBERTAT (Georges Moustaki) 

Ma liberté / Ma libertat
Longtemps je t'ai gardée / Longtemps que t’èi guardà’t
Comme une perle rare/ Com ua pèrla reale
Ma liberté / Ma libertat
C'est toi qui m'as aidé / Qu’ei tu qui m’as aidat
A larguer les amarres/ A largar las amarras
Pour aller n'importe où / Tad anar ou que sia
Pour aller jusqu'au bout / Tad anar dinc au cap
Des chemins de fortune / Deus camins de fortuna
Pour cueillir en rêvant / Per cuélher en saunejar
Une rose des vents / Ua arròsa deus vents
Sur un rayon de lune / Sus un arrai de lua

Ma liberté / Ma libertat
Devant tes volontés / Davant tas voluntats
Mon âme était soumise / Mon amna èra sosmesa
Ma liberté / Ma libertat
Je t'avais tout donné / Que t’aví tot balhat
Ma dernière chemise / Ma darrèra camisa
Et combien j'ai souffert / E quan èi tant patit
Pour pouvoir satisfaire / Tà poder contentar
Tes moindres exigences / Tas mendras exigéncias
J'ai changé de pays / Qu’èi cambiat de país
J'ai perdu mes amis / Qu’èi pergut los amics
Pour gagner ta confiance / Tà ganhar ta hidança

Ma liberté / Ma libertat
Tu as su désarmer/ Qu’as sabut pertocar
Toutes mes habitudes/ Totas mias costumas
Ma liberté / Ma libertat
Toi qui m'as fait aimer / Tu qui m’as hèit aimar
Même la solitude / Medisha la soledat
Toi qui m'as fait sourire / Tu qui m’as hèit sorríder
Quand je voyais finir / Quan vedí acabar
Une belle aventure / Ua bèra benalèja
Toi qui m'as protégé / Tu qui m’as emparat
Quand j'allais me cacher/ Quan m’anavi estujar
Pour soigner mes blessures / Tà suenhar las heridas

Ma liberté / Ma libertat
Pourtant je t'ai quittée / Totun que t’èi quitat
Une nuit de décembre / Ua nueit de deceme
J'ai déserté / E qu’èi descampat
Les chemins écartés / Los camins estremats
Que nous suivions ensemble / Qui seguivam amassa
Lorsque sans me méfier / Quan shens menfidà-me
Les pieds et poings liés / Los pès e mans ligats
Je me suis laissé faire / Que’m soi deishat har
Et je t'ai trahie pour / E que t’èi tradida tà
Une prison d'amour / Ua preson d’amor
Et sa belle geôlière / E sa bèra carcèra.

Et je t'ai trahie pour / E que t’èi tradida tà
Une prison d'amour / Ua preson d’amor
Et sa belle geôlière / E sa bèra carcèra. 

 

 

*Je mets tous les textes en phonétique pour vous en  faciliter l'appréhension ....
(lettres en gras à prononcer ; le w est celui de wapiti ; les  syllabes soulignées portent l'accent tonique)

Ma libértat

Ma libértat
Lountémps qué t'èy guardat
Coum üo pèrlo réa.alo
Ma libértat
Qu'éy tu qui m'as aidat
A larga las ama.arros
Tad ana oun que sïo
Tad ana dïncaw cap
Dous camis de fourtuno
r couéill'én sawneya
U arròso dous bens
Sus u array dé lü.üo.

Ma libértat
Daban tas volountats
Mon amno èro sousmé.éso
Ma libértat
Qué t'abí tout balhat
Ma darrèro cami.iso
E qwan èy ta patit
Tà poudé countenta
Tas méndras exigéncis
Qu'èy cambiat de païs
Qu'èy pérgut lous amics
Tà gagna ta hidan.anço

Ma libértat
Qu'as sabut pértouca
Toutos mïos coustu.umos
Ma libértat
Tu qui m'as hèyt ayma
Medich ... la soulédat
Tu qui m'as hèyt souri
Qwan bédï acaba
Uo bèro bénalèyo
Tu qui m'as émparat
Qwan m'anabï éstuya
Ta swegna las héridos

Ma libértat
Toutu qué t'èy quitat
Uo nwéyt de décémé
E qu'èy déscampat
Lous camis éstrémats
Qui séguibòn ama.asso
Qwan chéns ménfida-mé
Louss e mas ligats
Quém souy décha a
E que t'èy tradido ta
Uo présou d'amou
E sa bèro carro.

 


JE VOUDRAIS SANS LA NOMMER (Georges Moustaki)
VOLERI SHENS NOMENTAR-LA

Je voudrais, sans la nommer, / Volerí shens nomentar-la
Vous parler d'elle / Parlatz-ve d’era
Comme d'une bien-aimée, / Coma d’ua plan aimada
D'une infidèle, / D’ua infidèla
Une fille bien vivant / Ua hilha plan viventa
Qui se réveille / E qui’s desvelha
A des lendemains qui chantent / A l’endomans qui cantan
Sous le soleil. / Devath deu só


{Refrain}

C'est elle que l'on matraque,/ Qu’ei era qui matracan
Que l'on poursuit que l'on traque./ Qui persegueishen, e qui tracan
C'est elle qui se soulève,/ Qu’ei era qui’s susmauta
Qui souffre et se met en grève./ Qui sofra e qui desatela
C'est elle qu'on emprisonne,/ Qu’ei era qu’empresoan
Qu'on trahit qu'on abandonne,/ Qui traden puish qu’abandonan
Qui nous donne envie de vivre, / Qui’ns da enveja de víver
Qui donne envie de la suivre / Qui da enveja de seguir-la
Jusqu'au bout, jusqu'au bout. / Dinc au cap, dinc au cap.

Je voudrais, sans la nommer, / Volerí shens nomentar-la
Lui rendre hommage,/ E’u rénder aumenatge
Jolie fleur du mois de mai / Beròja flor deu mes de mai
Ou fruit sauvage, / O frut sauvatge
Une plante bien plantée / Ua planta plan pitada
Sur ses deux jambes / Sus duas camas
Et qui trame en liberté / E qui trama en libertat
Ou bon lui semble./ A on bon e’u sembla

{Refrain}

Je voudrais, sans la nommer, / Volerí shens nomentar-la
Vous parler d'elle. /  Parlatz-ve d’era
Bien-aimée ou mal aimée,/ Plan aimada o mau aimada
Elle est fidèle / Qu’ei plan fidèla
Et si vous voulez/ E se voletz
Que je vous la présente,/ Que’vs la presenti
On l'appelle / Que l’apèran
Révolution Permanente ! / Revolucion permanenta....

 

 

 

Bouléri chéns noumeta-la

 

Bouléri chéns noumeta-la
Parla-pé d'éro
Coumo d'uo pla aymado
D'uo infidèlo
Uo hillo pla bibénto
E qui's désbéyo
A léndomas qui cantòn
Débat dou sou

 

Quéy éro qui matracòn
Qui pérséguéchén e qui tracòn
Quéy éro qui's susmawto
Qui soufr'é e qui désatélo
Quéy éro qu'émprésouòn
Qui tradén puch qu'abandounòn
Quins da énbéyo dé
Qui da énbéyo de ségui-la
Dïn caw cap, dïn caw cap
 

Bouléri chéns nouménta-la
Ew rénd'awménatyé
Beròyo flou dou més de may
Ou frut saubadyé
Uo planto pla pitada
Sus düos camos
É qui tramo én libértat
Oun bou éw sémblo

 

Bouléri chéns nouménta-la
Parlapé d'éro
Pla aymado ou maw aymado
Quéy pla fidèlo
E se boulét
Quép la présénti
Qué l'apèròn
Rébouluciou pérmanénto....

 

 


 

LA CANTATE / La CANTATA (Barbara) 

Une petite cantate, / Ua petita cantata
Du bout des doigts,/ Deu cap deus dits
Obsédante et maladroite, /Aborriva e desestruca
Monte vers toi, / Puja tà tu
Une petite cantate, / Ua petita cantata,
Que nous jouions autrefois, / Qui  jogavam autes còps
Seule, je la joue, maladroite, / Sola la jògui desestruca
Si, mi, la, ré, sol, do, fa,

Cette petite cantate, / Questa petita cantata…
Fa, sol, do, fa,
N'était pas si maladroite, / N’èra pas tan desestruca
Quand c'était toi, / Quan èra tu
Les notes couraient, faciles, / Las nòtas corrèn aisidas
Heureuses au bout de tes doigts, / Urosas au cap de tons dits
Moi, j'étais là, malhabile, / Jo qu’èri aquiu desestruca
Si, mi, la, ré, sol, do, fa,

Mais tu es partie, fragile,/ Mes qu’ès partida, fragila
Vers l'au-delà,/ Entau delà
Et je reste, malhabile,/ E que demori desestruca
Fa, sol, do, fa,
Je te revois, souriante,/ Que’t torni véder sorridenta
Assise à ce piano-là,/ Seduta ad aqueste piano
Disant "bon, je joue, toi tu chantes,/ En díser, bon jo que jògui, tu que cantas
Chante, chante-la pour moi ",/ Canta, canta la tà jo.

Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,
Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,


Oh mon amie, Oh ma douce, / Oh amiga, o doceta
Oh ma si petite à moi, / O ma petitòta a jo
Mon Dieu, qu'elle est difficile, / Mon diu com ei malaisida
Cette cantate, sans toi, / Questa cantata shens tu

Une petite prière, / Ua petita pregària
La, la, la, la,
Avec mon cœur pour la faire,/ Dab lo men còr entà har-la
Et mes dix doigts,/ E los detz dits
Une petite prière, / Ua petita pregària
Mais sans un signe de croix, / Mes shens nat senhe de crotz
Quelle offense, Dieu le Père, / Quina offensa, diu lo pair
Il me le pardonnera, / Qui m’at perdonarà

Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,
Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa


Les anges, avec leur trompette,/ Los ànjols dab loas trompetas
La joueront, joueront pour toi,/ Que la jogaràn tà tu
Cette petite cantate,/ Questa petita cantata
Qui monte vers toi, / Qui puja tà tu
Cette petite cantate,/ Questa petita cantata
Qui monte vers toi,/ Que puja tà tu

Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa....

  

 

 

La cantato

Uo pétito cantato
Dou cap dous dits
Abouribo et déséstruco
Puyo tà tu
Uo pétito cantato
Qui yougabòm awtés còps
Soulo la yògui déséstruco
Si, mi, la, ré, sol, do, fa,


Qwesto pétito cantato
Fa, sol, do fa
N'èro pas ta déséstruco
Qwan èro tu
Las nòtos courrèn aysidos
Urousos aw cap dé tous dits
You qu'èri aquiw déséstruco
Si, mi, la, ré, sol, do, fa,

Més quès partido fragilo
Éntaw délà
É qué démouri déséstruco
Fa, sol, do fa
Quét tourni bédé sourridénto
Séduto ad aquésto piano
Én disé, bou qué yògui, tu qué cantos
Canto, canto la tà you

Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,
Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,

O amigo ô doucéto
O ma pétitòt'a you
Moun diw coum éi malaysido
Qwesto cantato chéns tu

Uo pétito prégari
La, la, la, la
Dap lou mé cò énta ha-la
É lous dèts dits
Uo pétito prégari
s chéns nat ségné dé crouts
Quin'awfénso, diw lo pay
Qui m'at pérdounarà

Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa,
Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa

Lous anyous dap las troumpétos
Qué la yougaròn tà tu
Qwesto pétito cantato
Qui puyo tà tu
Qwesto pétito cantato
Qui puyo tà tu
Si, mi, la, ré,
Si, mi, la, ré,
Si, sol, do, fa....

 

 

 

LA DAME BRUNE / LA DAUNA BRUNA (Barbara) 

Pour une longue dame brune, / Per ua longa dauna bruna
J'ai inventé, / Qu’èi inventat
Une chanson au clair de la lune,/ Ua cançon au clar de la lua
Quelques couplets, / Quauques couplets
Si jamais, elle l'entend, un jour, /  Se jamei que l’enten un dia
Elle saura, / Que saberà
Que c'est une chanson d'amour, / Qu’èi ua cançon d’amor
Pour elle et moi, / Tad era e jo.

Je suis la longue dame brune, / Que soi la longa dauna bruna
Que tu attends, / Qu’atenes
Je suis la longue dame brune,/ Que soi la longa dauna bruna
Et je t'entends, / E que t’enteni
Chante encore au clair de la lune, / Canta engüèra au clar de la lua
Je viens vers toi, / Qu’arribi à tu
Ta guitare, ancre de fortune,/ Ta guitarra, ancra de fortuna
Guide mes pas,/ Mia los pas

Pierrot m'avait prêté sa plume, / Peio m’avè prestat la pluma
Ce matin-là, / Queste matin
A ma guitare de fortune,/ A la guitarra de fortuna
Je pris le La, / Prengoi lo la
Je me suis pris pour un poète, / E que’m soi pres per un poèta
En écrivant, / En escrivar
Les mots qui passaient par ma tête, / Los mots qui’m passavan peu cap
Comme le vent, / Com lo bon vent

Pierrot t'avait prêté sa plume,/ Peio m’avè prestat la pluma
Cette nuit-là, / Questa nueitòta
A ta guitare de fortune, / A la guitarra de fortuna
Tu pris le La,/ Prengós lo la
Et tu t'es pris pour un poète,/ E que t’ès pres per un poèta
En écrivant, / En escrivant
Les mots qui passaient par ta tête, /Los mots qui’t passavan peu cap
Comme le vent, / Com lo bon vent

J'ai habillé la dame brune,/ Qu’èi vestit la dauna bruna
Dans mes pensées, / Enas mias pensadas
D'un morceau de voile de brume, / D’un tròç de varam de bruma
Et de rosée, / E drin d’arrós
J'ai fait son lit contre ma peau, / Qu’èi hèit lo lheit contra ma pèth
Pour qu'elle soit bien, / Per que sia de plan
Bien à l'abri et bien au chaud, / Plan a l’acès e plan au caut
Entre mes mains, / Entre las mans

Habillée d'un voile de brume, / Vestida d’un varam de bruma
Et de rosée,/ E drin d’arrós
Je suis la longue dame brune, / Que soi la longa dauna bruna
De ta pensée, / De ta pensada
Chante encore au clair de la lune,/ Canta engüèra au clar de la lua
Je viens vers toi,/ Vieni tà tu
A travers les monts et les dunes,/ A capvath los monts e las tucas
J'entends ta voix,/ Qu’enteni ta votz

Pour une longue dame brune, / Per ua longa dauna bruna
J'ai inventé, / Qu’èi inventat
Une chanson au clair de la lune,/ Ua cançon au clar de la lua
Quelques couplets, / Quauques couplets
Je sais qu'elle l'entendra un jour,/ Qu’at sèi que l’audirà un dia
Qui sait, demain, / Qui’t sap doman
Pour que cette chanson d'amour, / Tà que questa cançon d’amor
Finisse bien,/ S’acabe plan

Bonjour, je suis la dame brune,/ Adiu que soi la dauna bruna,
J'ai tant marché, / Qu’èi tant marchat
Bonjour, je suis la dame brune, / Adiu que soi la dauna bruna,
Je t'ai trouvé, / Que t’èi trobat
Fais-moi place au creux de ton lit, / Hè’m ua plaça au clòt deu lheit
Je serai bien, / Que serèi plan
Bien au chaud et bien à l'abri, / Plan au caut e a l’acès
Contre tes reins.../ Contra l’esquia.

 

  

 

 

La dawno bruno

Pér uo longa dawno bruno
Quéy ïnbéntat
Uo cançou aw cla dé la lüo
Quawqués coupléts
Sé jaméy qué l'éntén u dïo
Qué sabérà
Quéy uo cançou d'amou
Tad éro é you

Qué souy la longa dawno bruno
Qu'aténés
Qué souy la longa dawno bruno
É qué t'énténi
Cant'éngwèro aw cla dé la lüo
Qu'arribi a tu
Ta guitarro, ancro dé fourtuno
Mïa los pas

Péyo m'abè préstat la plumo
Qwesté mati
A la guitarro dé fourtuno
Préngouy lou la
É quém souy prés pér u pouèto
Én éscriba
Lous mouts kim passabòn péw cap
Coum lou bou bén.

Péyo m'abè préstat la plumo
Qwesto nouéytòto
A la guitarra dé fourtuno
Préngous lou la
É qué tès prés per u pouèto
Én éscriba
Lous mouts kit passabòn péw cap
Coum lou bou bén

Kèy béstit la dawno bruno
Énas mïos pénsados
Du tròç de baram dé brumo
É drïn d'arrous
Kèy hèyt lou lyéyt countro ma pèt
Pér qué sïa dé pla
Pla a l'acès é pla aw cawt
Éntré las mas

Béstido du baram dé brumo
É drïn d'arrous
Qué souy la longa dawno bruno
Dé ta pénsado
Cant'éngwèro aw cla dé la luo
Biéni tà tu
A capyat lous mouns é las tucos
Qu'énténi ta bouts

Pér uo longa dawno bruno
Quéy ïnbéntat
Uo cançou aw cla dé la luo
Quawqués coupléts
Kat sèy qué l'awdirà u dïo
Kit sap douma
Ta qué qwesto cancou d'amou
S'acabo pla.

Adiw ké souy la dawno bruno,
Kèy ta martchat
Adiw ké souy la dawno bruno,
Qué tèy troubat
hèm uo plaço aw clòt dou lyéyt
Qué sérèy pla
Pla aw caut é a l'acès
Contro l'ésquïo.

 

 

 


L’AIGLE NOIR /  L‘ AGLA NEGRE
(Barbara)

 

Un beau jour, ou peut-être une nuit, / Un bèth dia ou dilhèu ua nueit
Près d'un lac, je m'étais endormie, / Près deu lac que m’èri adromida
Quand soudain, semblant crever le ciel, / Quan d’escòp, semblant crebar lo cèu
Et venant de nulle part / E arribant d’enlòc
Surgit un aigle noir, / Gessí un agla negre

Lentement, les ailes déployées, / Lentament, las alas estenudas
Lentement, je le vis tournoyer, / Lentament, lo vedoi tornejar
Prés de moi, dans un bruissement d'ailes,/ Près de jo, hens ua brosida d’alas
Comme tombé du ciel, / E com cadut deu cèu
L'oiseau vint se poser,/ L’ausèth vengó’s pausar

Il avait, les yeux couleur rubis, / Qu’at avè, los uelhs color rubis
Et des plumes couleur de la nuit, / E las plumas color de la nueitòta
A son front, brillant de mille feux, / E au front, lusent de mila huecs
L'oiseau roi couronné,/ L’ausèth rei coronat
Portait un diamant bleu, / Qu’avè un diamant blu

De son bec, il a touché ma joue, / Dab lo bec que m’a tocat la gauta
Dans ma main, il a glissé son cou,/ Ena man, qu’a eslissat lo còth
C'est alors que je l'ai reconnu,/ Lavetz aquiu l’èi conegut
Surgissant du passé, / E gessint deu passat
Il m'était revenu, / Que m’èra reviengut

Dis l'oiseau, ô dis, emmène-moi, / Ditz l’ausèth, o ditz, hè-me seguir
Retournons au pays d'autrefois, / Arrevirem au pais d’autes còps
Comme avant, dans mes rêves d'enfant, / Com abans en mens sauneis de chin
Pour cueillir, en tremblant, / Ta cuélher, en tremolar
Des étoiles, des étoiles, / Hèishs d’estelas, hèishs d’estelas

Comme avant, dans mes rêves d'enfant, / Com abans en mens sauneis de chin
Comme avant, sur un nuage blanc, / Com abans sus ua nubla blanca
Comme avant, allumer le soleil, / Com abans, alucar lo sorelh
Etre faiseur de pluie, / E estar plojader
Et faire des merveilles,/ Har meravilhas, meravilhas

L'aigle noir, dans un bruissement d'ailes, / L’agla negre, hens ua brosida d’alas
Prit son vol, pour regagner le ciel, / S‘envolè ta tornar-se tau cèu

Un beau jour, ou peut-être une nuit, / Un bèth dia ou dilhèu ua nueit
Près d'un lac, je m'étais endormie, / Près deu lac que m’èri adromida
Quand soudain, semblant crever le ciel,/ Quan d’escòp, semblant crebar lo cèu
Et venant de nulle part / E arribant d’enlòc
Surgit un aigle noir, / Gessí un agla negre

Un beau jour, ou peut-être une nuit, / Un bèth dia ou dilhèu ua nueit
Près d'un lac, je m'étais endormie, / Près deu lac que m’èri adromida
Quand soudain,/ Quan d’escòp
Il venait de nulle part, / Que se’n vienè d’enlòc
Il surgit, l'aigle noir. / Que gessí l’agla negre

 

 

 

L'aglo négré

 

U bèt dïo ou diyèw uo nouéyt
Près dou lac qué mèri adroumido
Kwan d'éscòp, sémblén créba lou cèw
É arriban d'énlòc
Yéssi u aglo négré

Léntamén, las alos ésténudos
Léntamén, lou bédouy tournéya
Près dé you, éns uo brousido d'alos
É coum cadut dou cèw
L'awsèt béngous pawsa

Kat abè lous ouéys coulou rubis
É las plumos, coulou dé la nouéytòto
É aw froun, lusén dé milo wécs
L'awsèt réy courounat
Qu'abè u diaman blu

Dap lou béc qué ma toucat la gawto
Éna ma qu'a éslissat lou còt
Labéts aquiw l'èy counégut
É gessïn dou passat
Qué m'èro réviéngut

Dits l'awsèt, ô dits, hè-mé ségui
Arrébirém aw païs d'awtés còps
Coum abans én méns sawnéys de chïn
Tà couéyé'n trémoula
Hèch d'éslos , hèch d'éslos

Coum abans éns sawnèys dé chin
Coum abans sus uo nublo blanco
Coum abans, aluca lou souréy
É ésta plouyadé
A mérabillos, mérabillos

L'aglo négré, héns uo brousido d'alos
S'énboulè ta tourna-sé taw cèw

U bèt dïo ou diyèw uo nouéyt
Près dou lac qué mèri adroumido
Kwan d'éscòp, sémblan créba lou cèw
É arriban d'énlòc
Yéssi u aglo négré

U bèt dïo ou diyèw uo nouéyt
Près dou lac qué mèri adroumido
Kwan d'éscòp,
Qué sén biénè d'énlòc
Yéssi u aglo négré

 

 


 

NE ME QUITTE PAS / NE’M DEISHES PAS (Jacques Brel) 

 

 Ne me quitte pas / Ne’m dèishes pas
Il faut oublier / Que cau desbrombar
Tout peut s'oublier / Tot e’s pòt desbrombar
Qui s'enfuit déjà / Qui s’escapa ja
Oublier le temps / Desbrombar lo temps
Des malentendus / Deus mesentenuts
Et le temps perdu / E lo temps pergut
A savoir comment / A saber quin har
Oublier ces heures / Desbrombar las òras
Qui tuaient parfois / Qui matavan a còps
A coups de pourquoi / A còps de perqué
Le cœur du bonheur / Lo còr deu bonhur


Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas./ Ne’m dèishes pas

Moi je t'offrirai / Jo que t’aufrirèi
Des perles de pluie / Perlas de ploja
Venues de pays / Vengudas de país
Où il ne pleut pas / On ne plau pas
Je creuserai la terre / Cavarèi la tèrra
Jusqu'après ma mort / Dinc après la mort
Pour couvrir ton corps / Tà cobrir ton còs
D'or et de lumière / D’aur e puish de lutz
Je ferai un domaine / Que harèi un domèni
Où l'amour sera roi / On l’amor serà rei
Où l'amour sera loi / On l’amor serà lei
Où tu seras reine / On seràs la regina


Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas./ Ne’m dèishes pas

Ne me quitte pas / Ne’m dèishes pas
Je t'inventerai / Que t’inventarèi
Des mots insensés / Mots dessenats
Que tu comprendras / Que compreneràs
Je te parlerai / E que’t parlarèi
De ces amants-là / D’aqueths bèths galants
Qui ont vu deux fois / Qui an vist dus còps
Leurs cœurs s'embraser / Los còrs alambrà’s
Je te raconterai / E que’t contarèi
L'histoire de ce roi / L’istuèra d’aqueth rei
Mort de n'avoir pas / Mort  per n’aver pas
Pu te rencontrer / Podut encontrà’t


Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas./ Ne’m dèishes pas

On a vu souvent rejaillir le feu / Qu’avem vist sovent reshisclar lo huec
De l'ancien volcan / De l’ancian volcan
Qu'on croyait trop vieux / Qu’at credèm tròp vielh
Il est parait-il / Que i a e’s pareish
Des terres brûlées / Tèrras uscladas
Donnant plus de blé / Balhant mei de blat
Qu'un meilleur avril / Qu’un miélher abriu
Et quand vient le soir / E quan vien lo ser
Pour qu'un ciel flamboie / Tà qu’un cèu ardeja
Le rouge et le noir / L’arroi e lo negre
Ne s'épousent-ils pas/ Ne’s maridan pas

Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas./ Ne’m dèishes pas

Ne me quitte pas / Ne’m dèishes pas
Je ne vais plus pleurer / Ne vau pas mei plorar
Je ne vais plus parler / Ne vau pas mei parlar
Je me cacherai là / Que m’esconerèi
A te regarder / Sonqu’a t’espiar
Danser et sourire / Dançar e sorríder
Chanter et puis rire / Cantar, puish arríder
Laisse-moi devenir / Dèisha me vàder
L'ombre de ton ombre / L’ombra de ton ombra
L'ombre de ta main / L’ombra de ta man
L'ombre de ton chien / L’ombra de ton can


Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas/ Ne’m dèishes pas
Ne me quitte pas./ Ne’m dèishes pas

 

 

 

Né'm dèchéss pas

 

Né’m dèchéss pass
Qué caw désbroumba
Toutt é’s pòtt désbroumba
Qui s’éscapo ya
Désbromba lou témpss
Dous mésénnténuttss
E lou témps pérgutt
A sabé quïn ha
Désbroumba las òros
Qui matabon a còpss
A còpss de pérqué
Lo cò dou bounhur


Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass

 You que t’awfrirèy
Pérloss dé plouyo
Béengudoss dé païs
A oun né plaw pass
Cabarèy la tèrro
Dïnc'aprèss la mourt
Tà coubri tou còss
D’or e puch dé lutz
Qué harèy u doumèni
Oun l’amou serà réy
Oun l’amou serà léy
Oun séràs la regino


Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass

Né’m dèchésé pass
Qué t’inbénntarèy
Mouttss déssenattss
Qué coumprénéràs
È qué’t parlarèi
D’aquétts bètts galannss
Qui an bistt dus còpss
Los còs alambrà’ss
E qué’t countarèy
L’istouèra d’aqueth réy
Mourt  per n’abé pas
Poudut énncountrà’tt


Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass

Qu’abém bist soubén réchiscla lou hwéc
De l’anncia boulca
Qu’at crédèm tròp biéy
Qué i a e’s paréch
Tèrrps usclados
Bayann méy dé blatt
Qu’u miéyé abriw
E qwan bién lo sé
Tà qu’u cèw ardeyo
L’arrouy é lou négré
Né’s maridon pass

Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass

Né’m dèishéss pass
Né baw pass méy ploura
Né baw pass méy parla
Qué m’éscounérèy
Sounqu’a t’éspia
Dança é sorrídé
Canta, puch arrídé
Dèicho me bàdé
L’oumbro dé toun oumbro
L’oumbra dé ta ma
L’oumbra dé tou ca


Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass
Né’m dèchéss pass

 

 

 

JOSEPH / JUSEP (Georges Moustaki)

Voilà c'que c'est, mon vieux Joseph / Aquiu qu’ei l’alh praube Jusèp
Que d'avoir pris / Que d’aver pres
La plus jolie / La mei beròja
Parmi les filles de Galilée / Au miei de las hilhas galileanas
Celle qu'on appelait Marie / La qu’aperavam la Maria

Tu aurais pu, mon vieux Joseph/ Qu’aurés podut praube Jusèp
Prendre Sarah / Préner Sarah o Deborah
Et rien ne serait arrivé/ Arren ne seré arribat
Mais tu as préféré Marie / Mes tu qu’as preferit Maria

Tu aurais pu, mon vieux Joseph/ Qu’aurés podut praube Jusèp
Rester chez toi / Està’s ta casa
Tailler ton bois / Copar la lenha
Plutôt que d'aller t'exiler/ Meilèu que de t’anar exiliar
Et te cacher avec Marie/ E t’escóner dab la Maria

Tu aurais pu, mon vieux Joseph / Qu’aurés podut praube Jusèp
Faire des petits / Har mainadòts
Avec Marie / Dab la Maria
Et leur apprendre ton métier/ E’us apréner lo ton mestièr
Comme ton père te l'avait appris/ Com ta pair e’t l’aver aprés

Pourquoi a-t-il fallu, Joseph/ Perqué caló praube Jusèp
Que ton enfant / Que ton chinet
Cet innocent/ Quet innocent
Ait eu ces étranges idées/ Aja avut estranhas ideas
Qui ont tant fait pleurer Marie / Qui tant an hèit plorar Maria

Parfois je pense à toi, Joseph / A còps que pensi a tu Jusèp
Mon pauvre ami / Praube amiguet
Lorsque l'on rit  / Quan arridem
De toi qui n'avais demandé / De tu qui n’avè pas demandat
Qu'à vivre heureux avec Marie/ Qu’a víver urós dab la maria

 

 

Yusèp

Aquiw qu’éy l’ay prawbé Yusèp
Que d’abé préss
La méy beròyo
Au miéy de las hiyos galileanos
La qu’aperabom Marïo

Qu’awrés poudut prawbé Yusèp
Préné Sarah ou Deborah
Arré ne seré arribatt
Méss tu qu’as preferit Marïo

Qu’auréss poudut prawbé Yusèp
Èstà’s a caso
Copar la lenha
Mey lèw que d'anà't éxilia
È t’éscóner dap la Marïo

Qu’auréss poudut prawbé Yusèp
Ha maynadòtss
Dab la Marïo
E’ws aprénér lo tou méstiè
Coum ta pay e’t l’avé apréss

Perqué calou prawbé Yusèp
Que tou tchinét
Quét innoucénn
Ayoa abut estragnoss idéoss
 Qui tan an hèyt ploura Marïo

A còpss qué pénnsi a tu Yusèp
Prawb'amiguet
Quan arridémm
De tu qui n’abè pass démandatt
Qu’a bíbé urouss dab la Marïo

 

 


LA MONTAGNE / LA MONTANHA
(Jean Ferrat)




Ils quittent un à un le pays / Que deishan un per un lo país
Pour s'en aller gagner leur vie/ Entà’s ganhar la loa vita
Loin de la terre où ils sont nés/ Luenh de la tèrra on son vaduts
Depuis longtemps ils en rêvaient/ Despuish longtemps que’n saunejavan
De la ville et de ses secrets / De la vila e deus sons secrets
Du formica et du ciné/ Deu formica e deu ciné
Les vieux, ça n'était pas original / Los vielhs, n’èra pas briga originau
Quand ils s'essuyaient machinal / Quan s’eishugavan maquinau
D'un revers de manche les lèvres/ A manrevèrsa los pòts
Mais ils savaient tous à propos/ Mes qu’at sabèn tots a perpaus
Tuer la caille ou le perdreau/ Matar perdigalh o calha
Et manger la tome de chèvre/ E minjar la tòme de craba

Pourtant que la montagne est belle / Totun com la montanha ei bèra
Comment peut-on s'imaginer/ Quin e’s pot imaginar
En voyant un vol d'hirondelles/ En véder un ahoalh d’irongletas
Que l'automne vient d'arriver? / Que l’agòr ei arribat
Avec leurs mains dessus leurs têtes / Dab las mas dessús los caps
Ils avaient monté des murettes/ Que s’avèn apitats murretas
Jusqu'au sommet de la colline / Dinc au som de la serrada
Qu'importent les jours, les années/ Quau que sian los dias, las annadas
Ils avaient tous l'âme bien née/ Qu’avèn tots l’amna plan vaduda
Noueuse comme un pied de vigne/ Broncósa com un pè de vinha
Les vignes, elles courent dans la forêt/ Las vinhas que corren per la seuva
Le vin ne sera plus tiré/ Le vin ne serà pas mei tirat
C'était une horrible piquette/ Qu’èra ua hastiala pocheta
Mais il faisait des centenaires/ Mes que hasè centenaris
A ne plus savoir qu'en faire/ A non pas saber que’n har
S'il ne vous tournait pas la tête/ Se ne’v virava pas lo cap

Pourtant que la montagne est belle / Totun com la montanha ei bèra
Comment peut-on s'imaginer/ Quin e’s pot imaginar
En voyant un vol d'hirondelles/ En véder un ahoalh d’irongletas
Que l'automne vient d'arriver? / Que l’agòr ei arribat

Deux chèvres et puis quelques moutons/ Quauquas crabas e puish uas aulhetas
Une année bonne et l'autre non / Ua annada bona, l’auta non
Et sans vacances et sans sorties / E shens vacanças e shens sortidas
Les filles veulent aller au bal / Las hilhas vòlen anar tau bal
Il n'y a rien de plus normal / N’i a pas arren de mei normau
Que de vouloir vivre sa vie / Que de voler víver sa vita
Leur vie, ils seront flics ou fonctionnaires / La vita, seràn cornuts o foncionaris
De quoi attendre sans s'en faire/ De que aténer shens har-se’n
Que l'heure de la retraite sonne/ Que l’òra de la retirada e tinda
Il faut savoir ce que l'on aime/ Que cau saber ço qu’aimam
Et rentrer dans son H.L.M./ E entrar hens lo HLM
Manger du poulet aux hormones/ Minjar poret aus ormònas

Pourtant que la montagne est belle / Totun com la montanha ei bèra
Comment peut-on s'imaginer/ Quin e’s pot imaginar
En voyant un vol d'hirondelles/ En véder un ahoalh d’irongletas
Que l'automne vient d'arriver? / Que l’agòr ei arribat
 

  

 

LA MONTAGNE / LA MONTANHA (Jean Ferrat)




Que déchonn u pér u lo païs
Entà’s gagna la louo bito
Luegn de la tèrra oun soun badutss
Déspuch loungtémps qué’n sawnéyabon
De la bilo e dous sous sécréttss
Dou fourmica e dou ciné
Los biéys, n’èro pas brig'originaw
Qwan s’échugabon maquinaw
A marébèrso lous pòtss
Méss qu’at sabènn touttss a pérpawss
Mata pérdigayss o cayass
E mindya la tòmé de craba

Toutu coum la mountagno éy bèro
Quïnn é’s pot imagina
Én bédé u away d’irounglétos
Qué l’agòr'éy arribatt
Dab las mass dessús lous capss
Qué s’abènn apitattss murrétos
Dinc'aw soum de la sérrada
Quaw que sïonn lous dïoss, las annados
Qu’abènn touts l’amno pla badudo
Brouncouso coum u pè de bigno
Las bignos qué courrénn  per la séubo
Lo bi ne serà pass méy tiratt
Qu’èro üo hastialo poutcheto
Méss qué hasè centénariss
A noon pas sabé qué’n ha
Se ne’p birabo pass lou cap

Toutu coum la mountagno éy bèro
Quïnn é’s pot imagina
Én bédé u away d’irounglétos
Qué l’agòr'éy arribatt

Quawqüoss crabos e puch üos auyétoss
Uo annado bouna, l’awto nou
E chénnss bacançoss é chennss sourtidos
Las hïyosss bòlén ana taw bal
N’i a pas arré de méy nourmaw
Qué dé boulé bibé sa bito
La bito.., séràn cournutss o founcciounariss
Dé qué aténé chénss ha-sénn
Qué l’òro de la retirado é tïndo
Qué caw sabé ço qu’aymam
E énntra hénnss lou HLM
Mindya lou pourétt aws ourmònos

Toutu coum la mountagno éy bèro
Quïnn é’s pot imagina
Én bédé u away d’irounglétos
Qué l’agòr'éy arribatt

 

 

IL EST TROP TARD / QU’EI TROP TARD (Georges Moustaki)

Pendant que je dormais, pendant que je rêvais/
Pendent que jo dromiva, pendent que saunejavi
Les aiguilles ont tourné, il est trop tard /
Las agulhas qu’an virat e qu’ei tròp tard
Mon enfance est si loin, il est déjà demain/
L’enfança qu’ei tant luenh, e qu’èi déjà doman
Passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps/
Passa passa lo temps, ne n’i a pas mei tà tròp  longtemps

Pendant que je t'aimais, pendant que je t'avais/
Pendent que jo t’aimavi, pendent que jo t’aví
L'amour s'en est allé, il est trop tard/
L’amor se n’ei anat, e qu’ei tròp tard
Tu étais si jolie, je suis seul dans mon lit/
Qu’èras tan beròja, soi tot sol hens lo lheit
Passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps /
Passa passa lo temps, ne n’i a pas mei per tròp  longtemps


Pendant que je chantais ma chère liberté/
Pendent que jo cantavi ma cara libertat
D'autres l'ont enchaînée, il est trop tard/
Autes l’an encadenada e qu’ei tròp tard
Certains se sont battus, moi je n'ai jamais su/
Mantuns que’s son pelejats, n’èi pas jamei sabut
Passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps /
Passa passa lo temps, ne n’i a pas mei per tròp  longtemps


Pourtant je vis toujours, pourtant je fais l'amour/
Totun que viu tostemps, totun que hèi l’amor
M'arrive même de chanter sur ma guitare/
M’arriba medish de cantar sus la guitarra
Pour l'enfant que j'étais, pour l'enfant que j'ai fait/
Peu mainat qu’èri, e peu mainat qu’èi hèit
Passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps /
Passa passa lo temps, ne n’i a pas mei per tròp  longtemps
 

Pendant que je chantais, pendant que je t'aimais /
Pendent que jo cantavi, pendent que jo t’aimavi
Pendant que je rêvais il était encore temps/
Pendent que saunejavi qu’èra engüèra temps.

 

  

 

QU’EI TROP TARD (Georges Moustaki)


Péndénn qué you droumibo, pénndénn que sawnéyabi
Lass aguyoss qu’ann biratt e qu’éy tròpp tar
L’enfanço qu’éy ta louégn, e qu’éy déyà douma
Passo passo lou témss, né n’i a pass méy tà tròpp lounntémss




Péndénn qué you  t’aymabi, pénndénn que you t’abí
L’amou sé n’éy anatt, e qu’éy tròpp tar
Qu’èros ta beròyo, souy tout soul hénss lou lyéyt
Passo passo lou témpss, né n’i a pass méy tà tròpp lounntémss




Péndénn qué you  cantabi ma caro libértatt
Awtéss l’ann énncadénado e qu’éy tròpp tar
Mantuss qué’ss sounn péléyattss, n’èy pas jaméy sabutt
Passo passo lou témss, né n’i a pass méy tà tròpp lounntémss




Toutu que bïw toustémss, toutu que hèy l’amou
M’arribo médich dé canta sus la guitarro
Péw maynatt qu’èri, e péw maynatt qu'èy hèyt
Passo passo lou témss, né n’i a pass méy tà tròpp lounntémss


 

Péndénn qué you  cantabi, pénndénn que you t’aymabi
Péndénn qué you saunéyabi... qu’èra engüèra temmss.

 


LE MÉTÈQUE / LO METÈC
(Georges Moustaki)

 

Avec ma gueule de métèque/ Dab lo men morre de metèc,
De Juif errant, de pâtre grec/ De judiu nomada, de pastor grec
Et mes cheveux aux quatre vents/ E los mens peus aus quate vents
Avec mes yeux tout délavés/ Dab los mens uelhs tot eslavats
Qui me donnent l'air de rêver/ Qui'm balhan l’aire de saunejar
Moi qui ne rêve plus souvent/ Jo qui’n sauneji pas sovent
Avec mes mains de maraudeur/ Dab las mans mias de grapilhaire
De musicien et de rôdeur/ De musicaire e d’arrodaire
Qui ont pillé tant de jardins/ Qui an pilhat tant de casaus
Avec ma bouche qui a bu / Dab la boca qui a tan bevut
Qui a embrassé et mordu/ Qui a potejat e qu’a nhacat
Sans jamais assouvir sa faim/ Shens jamei apatzar la hami

Avec ma gueule de métèque/ Dab lo men morre de metèc,
De Juif errant, de pâtre grec/ De judiu nomada, de pastor grec
De voleur et de vagabond/ De panaire e de barruèr
Avec ma peau qui s'est frottée/ Dab ma pèth qui s’ei hrochada
Au soleil de tous les étés/ Au sorelh de tots los estius
Et tout ce qui portait jupon/ E tot ço qui portava cotilhon
Avec mon cœur qui a su faire/ Dab lo men còr qui a sabut har
Souffrir autant qu'il a souffert/ Sofrir autant qu’at a sofert
Sans pour cela faire d'histoires/ Shens per aquò har-ne istuèras
Avec mon âme qui n'a plus/ Dab mia amna qui n’a pas mei
La moindre chance de salut/ La mendra escadença de salut
Pour éviter le purgatoire/ Tad evitar lo purgatòri

Avec ma gueule de métèque/ Dab lo men morre de metèc,
De Juif errant, de pâtre grec/ De judiu nomada, de pastor grec
Et mes cheveux aux quatre vents/ E los mens peus aus quate vents
Je viendrai, ma douce captive / Vienerèi ma doça captiva
Mon âme sœur, ma source vive/ Mia amna sòr, ma sorda viva
Je viendrai boire tes vingt ans/ Vienerèi béver tos vint ans
Et je serai prince de sang/ E que serèi prince de sang
Rêveur ou bien adolescent/ Saunejaire, adolescent
Comme il te plaira de choisir/ Com e’t plaserà de causir
Et nous ferons de chaque jour/ E que haram de cada dia
Toute une éternité d'amour/ Tota ua eternitat d’amor
Que nous vivrons à en mourir/ Que viveram tà ne morir

Et nous ferons de chaque jour / E que haram de cada dia
Toute une éternité d'amour / Tota ua eternitat d’amor
Que nous vivrons à en mourir / Que viveram tad ne morir

 

LO METÈC (Georges Moustaki)

 

Dap lou mé mourré de métèc,
Dé yudiw noumadé, de pastou gréc
E louss méss péwss awss qwaté bénss
Dap louss méss wéyss toutt éslabattss
Qui’m bayònn l’ayré dé sawnéya
You qui’n sawnéyi pass soubénn
Dap las mass mïoss dé grapillayré
De musicayré e d’arrodayré
Qui ann pillatt ta de casawss
Dap la bouco qui a ta bebutt
Qui a poutéyatt é qu’a gnacatt
Chénss jaméy apatza la hami

Dap lou mé mourré de métèc,
Dé yudiw noumadé, de pastou gréc
Dé panayré é dé barrüè
Dap ma pètt qui s’éy hrouchado
Aw souréy de touttss louss éstiwss
E toutt ço qui pourtabo coutillou
Dap loumé cò qui a sabutt har
 Soufri awta qu’at a soufèr
hénnss pérr aquò a-né istouèross
Dap mïa amno qui n’a pass méy
La mendr'éscadénnço dé salutt
Tad ébita lou purgatòri

Dap lou mé mourré de métèc,
Dé yudiw noumadé, de pastou gréc
É louss méss péwss awss quwaté bénnss
Biénérèy ma douço captibo
Mïa amno sò, ma sourda bibo
Biénérèy bébé touss bintt annss
É qué sérèy prïncé de sank
Sawnéyayré, adouléssén
Coum e’t plaserà de cawsi
E que haram de cado dïo
Tout'üo étérnitatt d’amou
Qué bibéram ta né mouri

E que haram de cado dïo
Tout'üo étérnitatt d’amou
Qué bibéram ta né mouri

 


LA TERRE / LA TÈRRA
(Georges Moustaki)

C'est une chanson pour les enfants /
Qu’ei ua cançon entaus mainats
Qui naissent et qui vivent entre l'acier/
Qui vaden e viven entre l’acèr
Et le bitume entre le béton et l'asphalte /
E lo bitume, entre lo beton e l’asfalte
Et qui ne sauront peut-être jamais / E qui n’at saberàn dilhèu jamei
Que la terre était un jardin / Que la tèrra èra un casau

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre/
Que i avè un casau qu’aperavan la tèrra
Il brillait au soleil comme un fruit défendu /
Que lusiva au sorelh com un frut defenut
Non ce n'était pas le paradis ni l'enfer /
Non n’èra pas lo paradis ni l’in-hèr
Ni rien de déjà vu ou déjà entendu /
Ni arren de ja vist o deja entenut

Il y avait un jardin une maison des arbres /
Que i avè un casau ua maison deus arbes
Avec un lit de mousse pour y faire l'amour /
Dab un lheit de mossalha entad i har l’amor
Et un petit ruisseau roulant sans une vague/
Un petit arriulet rotlant sus ua andada
Venait le rafraîchir et poursuivait son cours /
Que’u vienè refresquir e perseguiva lo cors

Il y avait un jardin grand comme une vallée /
Que i avè un casau gran com ua valada
On pouvait s'y nourrir à toutes les saisons /
Que podèn avita’s a totas las sasons
Sur la terre brûlante ou sur l'herbe gelée /
Sus la tèrra escosenta o sus l’èrba gelada
Et découvrir des fleurs qui n'avaient pas de nom./
E descobrir flors qui n’avèn pas nat nom.

Il y avait un jardin qu'on appelait la terre /
Que i avè un casau qu’aperavan la tèrra
Il était assez grand pour des milliers d'enfants /
Qu’èra pro gran entà milèrs de mainats
Il était habité jadis par nos grands-pères /
Qu’èra abitat dias a per los nostes pairbons
Qui le tenaient eux-mêmes de leurs grands-parents./
Qui’us tienèn eths-medishs deus lors pairbons

Où est-il ce jardin où nous aurions pu naître/
A on ei aqueth casau on aurém podut vàder
Où nous aurions pu vivre insouciants et nus,/
A on aurém podut víver descuentats e nuds
Où est cette maison toutes portes ouvertes/
A on ei aqueth ostau totas pòrtas ubèrtas
Que je cherche encore et que je ne trouve plus. /
Que cerqui engüèra e non tròbi pas mei.

 

LA TERRE / LA TÈRRA (Georges Moustaki)


Qu’éy üo cannçou énntawss maynattss
 
Qui badénn é bibénn éntré l’acè

É lou bitumé, entre lou bétou é l’asfalté

É qui n’at saberàn dillèw yaméy

Qué la tèrro èro u casaw


Qué y'abè u casaw qu’apérabònn la tèrro
 
Qué lusibo aw souréy coum u frutt défénutt

Nou n’èro pass lou paradiss ni l’ïnn-hè

Ni arré de ya vistt ou déya énnténutt


Qué y'abè u casaw  üo maysou douss arbéss

Dap un lyéyt dé moussalho énntad i a l’amou

U pétit arriwlétt routlann suss üo andado

Quéw biénè réfrésqui e pérséguibo lou couss


Qué y'abè u casaw gran com ua valada

Qué poudèn abita’ss a toutos las sasouss

Suss la tèrro éscousénto ou suss l’èrbo yélado

É déscoubri flouss qui n’abènn pass natt noum.


Qué y'abè u casaw qu’aperavan la tèrra

Qu’èro prou gra entà milèss dé maynattss

Qu’èro abitatt dïoss a pérr louss noustess paybouss

Quiwss tiénèn éttss-médich douss louss paybouss


A oun éy aquétt casaw oun aurém poudut bàdé

A oun aurém poudut bíbé déscouentattss e nudss

A on éy aquétt oustaw toutos pòrtoss ubèrtoss

Qué cérqui engwèro e nou tròbi pass méy.

 


 

C'EST BEAU LA VIE / B'EI BEROI LA VITA (Jean Ferrat)



Le vent dans tes cheveux blonds / Lo vent hens lo tons peus blonds
Le soleil à l'horizon / E lo só au pè deu cèu
Quelques mots d'une chanson / Quauquns mots d'ua cançon
Que c'est beau, c'est beau la vie / B'ei beròi, beròi la vita

Un oiseau qui fait la roue / Un ausèth qui hè l'arròda
Sur un arbre déjà roux / Sus un arbe deja ros
Et son cri par dessus tout / E son crit per dessús tot
Que c'est beau, c'est beau la vie. / B'ei beròi, b'ei beròi la vita

Tout ce qui tremble et palpite / Tot çò qui tremola e perpita
Tout ce qui lutte et se bat / Tot çò qui truca e que's peleja
Tout ce que j'ai cru trop vite / Tot çò qu'èi credut tròp viste
A jamais perdu pour moi / A jamei pergut tà jo.

Pouvoir encore regarder / Poder enguèra espiar
Pouvoir encore écouter / Poder enguèra escotar
Et surtout pouvoir chanter / E sustot poder cantar
Que c'est beau, c'est beau la vie. / B'ei beròi, b'ei beròi la vita

Le jazz ouvert dans la nuit / Lo jazz ubèrt ena nueit
Sa trompette qui nous suit / La trompeta qui'ns segueish
Dans une rue de Paris / Hens ua arrua de Paris
Que c'est beau, c'est beau la vie. / B'ei beròi, b'ei beròi la vita

La rouge fleur éclatée / La roja flor esclacada
D'un néon qui fait trembler / D'un neon qui hè tremolar
Nos deux ombres étonnées / Nostas duas ombras estomagadas
Que c'est beau, c'est beau la vie. /  B'ei beròi, b'ei beròi la vita

Tout ce que j'ai failli perdre / Tot çò que m'èi mancat de pèrder
Tout ce qui m'est redonné / E tot çò qui m'ei tornat
Aujourd'hui me monte aux lèvres / Uei que'm puja aus pòts
En cette fin de journée / Hens aquera fin de dia.

Pouvoir encore partager / Poder enguèra partatjar
Ma jeunesse, mes idées / Ma joenessa, mas ideas
Avec l'amour retrouvé / Dab l'amor arretrobat
Que c'est beau, c'est beau la vie. / B'ei beròi, b'ei beròi la vita

Pouvoir encore te parler / Poder enguèra parlà't
Pouvoir encore t'embrasser / Poder enguèra potoà't
Te le dire et le chanter /Te'u díser e te'u cantar
Oui c'est beau, c'est beau la vie. / Oc! b'ei beròi, b'ei beròi la vita.

 

 


C'EST BEAU LA VIE / B'EI BEROI LA VITA
(Jean Ferrat)



Lou bénn hénnss louss touss péwss blounnss
É lou sou aw pè dou cèw
Quawquss mouttss d'üo cannçou
B'éy béròy, béròy la bito

U awsètt qui hè l'arròdo
Sus un arbe déya rouss
É sou critt pér dessús toutt
B'éy béròy, béròy la bito

Toutt çò qui trémoulo e pérpito
Toutt çò qui truca e quéss péléyo
Toutt çò qu'èy crédutt tròp bisté
A yaméy pérgut tà you.

Poudé engwèr'éspia
Poudé engwèr'éscouta
É susstoutt poudé canta
B'éy béròy, béròy la bito

Lou jazz ubèrt ena nouéytt
La troumpéto quïnnss séguéch
Hénnss üo arrüo de Pariss
B'éy béròy, béròy la bito

La rouyo flou esclacado
Du néou qui hè trémoula
Noustos düoss oumbross éstoumagados
B'éy béròy, béròy la bito

Toutt çò qu'èy mancatt de pèrdé
E toutt çò qui m'éy tournatt
Wéy quém puyo awss pòtss
Hennss aquéro fi de dïo.

Poudé éngwèro partatya
Ma jwenesso, mas idéoss
Dap l'amou arretroubatt
B'éy béròy, béròy la bito

Poudé éngwèro parlatt
Poudé éngwèro poutouatt
Téw dísé e téw canta
Oc! B'éy béròy, béròy la bito

 


 

L'AMOUR EST CERISE / L'AMOR QU'EI CERISA (Jean Ferrat)

Rebelle et soumise /  Rebèlla o sosmesa
Paupières baissées / Perpèras baishadas
Quitte ta chemise / Tirà't la camisa
Belle fiancée / Bèra prometuda
L'amour est cerise / L'amor qu'ei ceresa
Et le temps pressé / E lo temps pressat
C'est partie remise / Qu'ei partida remesa
Pour aller danser / Tad anar dançar

Autant qu'il nous semble / Autan que'ns semble
Raisonnable et fou / Rasonable e hòu
Nous irons ensemble / Que'ns iram amassa
Au-delà de tout / Au delà de tot
Prête-moi ta bouche / Presta-me la boca
Pour t'aimer un peu / Tad aimar un drin
Ouvre-moi ta couche / Obreish-me la cova
Pour l'amour de Dieu / Per l'amor de diu

Laisse-moi sans crainte / Deisha-me shens paur
Venir à genoux / Viéner de jolh
Goûter ton absinthe / Gostar toa absinti
Boire ton vin doux / Béver ton vin doç
O rires et plaintes  / O arríders e planhors
O mots insensés / O mots dessenats
La folle complainte / La hòla complanha
S'est vite élancée / S'ei viste aborrida

Défions le monde / Desfidem lo monde
Et ses interdits / E sons interdictes
Ton plaisir inonde / Ton plaser adaiga
Ma bouche ravie / Ma boca encantada
Vertu ou licence / Vertut o licéncia
Par Dieu je m'en fous / Per diu que me'n foti
Je perds ma semence / Que'm perdi lo sem
Dans ton sexe roux / Hens ton sèxe ros

O Pierrot de lune / O Peio de lua,
O monts et merveilles / O soms e miravilhas
Voilà que ma plume /  Adara la pluma
Tombe de sommeil / Que cad de clucada
Et comme une louve / E com ua loba
Aux enfants frileux / Aus mainats hredelucs
La nuit nous recouvre / La nueit que'ns cobre
De son manteau bleu / Deu son mantèth blu.

[Répétition]

 

L'AMOR QU'EI CERISA (Jean Ferrat)

Rébèllo ou sousmeso
Pérpèross  bachadoss
Tirott la camisa
Bèro proumetudp
L'amou qu'éy céréso
É lou témpss pressatt
Qu'éy partidp réméso
Tad ana dança

Awta quénnss sémblé
Rasounablé é hòw
Quénnss iram amasso
Aw delà de tot
Présto-mé la bouco
Tad ayma un drïnn
Oubréch-mé la coubo
Pér l'amou dé dïw

Dècho-mé chénss pòw
Biéné dé jouy
Gousta touo absïnti
Bébé tou bi blanc
O arrídéss e plagnouss
O mouttss dessenattss
 La hòlo coumplagno
S'éy bisté'abourrido

Désfidém lou moundé
É souss intérdictéss
Tou plasé adaygo
Ma bouc'énncantado
Bértutt ou licénnci
Pér dïw que ménn fouti
Qué pèrdi lou mé sém
Hénss tou sèxé rouss

O Péïo de lüo,
Soums e miravilloss
Adaro la plumo
Que cad de clucado
É coum üo loubo
Awss maynattss rédélucss
 La nouétt quénnss coubre
Dou sou mantètt blu.
 
 


 

AIMER A PERDRE LA RAISON / AIMAR TA'N PERDER LA RASON (Jean Ferrat)

Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason
Aimer à  n'en savoir que dire / Aimar a non saber que díser
A n'avoir que toi d'horizon / A n'aver que tu d'estremau
Et ne connaître de saisons / No pas conéisher de sasons
Que par la douleur du partir / Que per la dolor deu partir
Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason.

Ah c'est toujours toi que l'on blesse / Ah qu'ei tostemps tu qu'heridan
C'est toujours ton miroir brisé / Qu'ei tostemps ton miralh copat
Mon pauvre bonheur, ma faiblesse / Mon praube bonhur, mon feblèr
Toi qu'on insulte et qu'on délaisse / Tu qu'escarnen e que desdeishan
Dans toute chair martyrisée / Hens tota carn martirizada.

Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason
Aimer à  n'en savoir que dire / Aimar a non saber que díser
A n'avoir que toi d'horizon / A n'aver que tu d'estremau
Et ne connaître de saisons / No pas conéisher de sasons
Que par la douleur du partir / Que per la dolor deu partir
Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason.

La faim, la fatigue et le froid / La hami, lo flaquèr e lo hred
Toutes les misères du monde / Totas las misèrias deu monde
C'est par mon amour que j'y crois / Qu'ei per mon amor qu'at i credi
En elles je porte ma croix / Per eras que pòrti ma crotz
Et de leurs nuits ma nuit se fonde / E de las loas nueits ma nueit que's hon

Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason
Aimer à  n'en savoir que dire / Aimar a non saber que díser
A n'avoir que toi d'horizon / A n'aver que tu d'estremau
Et ne connaître de saisons / No pas conéisher de sasons
Que par la douleur du partir / Que per la dolor deu partir
Aimer à  perdre la raison / Aimar tà'n pèrder la rason.

 

 

AIMAR TA'N PERDER LA RASON (Jean Ferrat)

 Ayam tà'nn pèrdé la rasou
Ayma a nou sabé qué disé
A n'abé qué tu d'éstrémaw
Nou pass counéché de sasouss
Qué per la doulou dou parti
 Ayma tà'nn pèrdé la rasou.


Ah qu'éy touetémps tu qu'heridòn
Qu'éy toustémps tou mirail coupatt
Moun prawbé bounur, moun féblè
Tu qu'éscarnénn é qué désdéchòn
Henss touto car martirizado.

Ayam tà'nn pèrdé la rasou
Ayma a nou sabé qué disé
A n'abé qué tu d'éstrémaw
Nou pass counéché de sasouss
Qué per la doulou dou parti
 Ayma tà'nn pèrdé la rasou.


La hami, lo flaquè é lou rétt
Toutos las misèrios dou moundé
Qu'éy per moun amou qu'at i crédi
Per éross qué pòrti ma croutz
E de las louoss nouéyts ma nouéyt quéss houn

Ayam tà'nn pèrdé la rasou
Ayma a nou sabé qué disé
A n'abé qué tu d'éstrémaw
Nou pass counéché de sasouss
Qué per la doulou dou parti
 Ayma tà'nn pèrdé la rasou.

 


QUE SERAIS-JE SANS TOI / QUE SERI SHENS TU
(Jean Ferrat)

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre /
Que serí shens tu qui'm vengó de cap
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant /
Que serí shens tu qu'un còr au bòsc dromiu
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre /
Qu'aquesta òra estancada au quadrant de la mòstra
Que serais-je sans toi que ce balbutiement /
Que serí shens tu qu'aqueth  barbolhadís

J'ai tout appris de toi sur les choses humaines /
Qu'èi tot aprés de tu sus las causas umanas
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon /
Qu'èi vist d'ara enlà lo monde a ta faiçon
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines /
Qu'èi tot aprés de tu com se beu a las hons
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines /
Com se lei hens lo cèu las estelas luenhècas
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson /
Com ad anant qui canta que cantam sa cançon
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson /
Qu'èi tot aprés de tu dinc au sens de l'estrèita

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre /
Que serí shens tu qui'm vengó de cap
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant /
Que serí shens tu qu'un còr au bòsc dromiu
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre /
Qu'aquesta òra estancada au quadrant de la mòstra
Que serais-je sans toi que ce balbutiement /
Que serí shens tu qu'aqueth  barbolhadís

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne /
Qu'èi tot aprés de tu tà tot çò qui'm pertoca
Qu'il fait jour à midi qu'un ciel peut être bleu /
Que hè dia a mieidia qu'un cèu pòt estar blu
Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne /
Que lo bonhur n'èi pas un quinquet de tavèrna
Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne /
Que m'as pres per la man hens aqueth in-hèr modèrne
Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux /
On l'òmi n'at sap pas mei çò qu'ei d'estar dus
Tu m'as pris par la main comme un amant heureux /
Que m'a pres per la man com un galant urós

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre /
Que serí shens tu qui'm vengó de cap
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant /
Que serí shens tu qu'un còr au bòsc dromiu
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre /
Qu'aquesta òra estancada au quadrant de la mòstra
Que serais-je sans toi que ce balbutiement /
Que serí shens tu qu'aqueth  barbolhadís

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes /
Qui parla de bonhur qu'a tostemps los uelhs tristes
N'est-ce pas un sanglot de la déconvenue /
N'ei pas un sambotit de l'eishuperada
Une corde brisée aux doigts du guitariste /
Ua còrda rompuda aus dits d'un guitarrista
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe /
E totun que'vs disi que lo bonhur que viu
Ailleurs que dans le rêve ailleurs que dans les nues /
Aulhors que ene saunei aulhors que enas las nublas
Terre terre voici ses rades inconnues /
Tèrra tèrra aquiu que son las radas inconegudas

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre /
Que serí shens tu qui'm vengó de cap
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant /
Que serí shens tu qu'un còr au bòsc dromiu
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre /
Qu'aquesta òra estancada au quadrant de la mòstra
Que serais-je sans toi que ce balbutiement /
Que serí shens tu qu'aqueth  barbolhadís.

 

 

QUE SERI SHENS TU (Jean Ferrat)


Que serí chénnss tu qui'm bengou dé cap

Que serí chénnss tu qu'u cò au bòsc droumiw

Qu'aquésta òro éstancado aw quadran de la mòstro

Que serí chénss tu qu'aquétt  barbouilladíss



Qu'èy toutt tot apréss dé tu suss las cawsoss umanoss

Qu'èy bist d'ara enlà lou mounde a ta fayçou

Qu'èy tout apréss de tu coum se béw a las hounss
 
Coum se léy hénnss lou cèw las éstéloss louégnècoss

Coum ad anan qui canto, qué cantam sa cançou

Qu'èy toutt apréssyde tu dïnc aw sénnss dé l'éstrèyto

 
Que serí chénnss tu qui'm bengou dé cap

Que serí chénnss tu qu'u cò au bòsc droumiw

Qu'aquésta òro éstancado aw quadran de la mòstro

Que serí chénss tu qu'aquétt  barbouilladíss



Qu'èy toutt apréss de tu tà toutt çò qui'm pértoco

Que hè dïo a miéydïo qu'u cèw pòtt ésta blu

Qué lou bounurr n'èy pass un quïnquétt dé tabèrno

Que m'as préss per la ma hénss aquétt i-hè moudèrné

Oun l'òmi n'at sap pas méy çò qu'éy d'esta duss

Qué m'a préss per la ma coum un galan urouss


Que serí chénnss tu qui'm bengou dé cap

Que serí chénnss tu qu'u cò au bòsc droumiw

Qu'aquésta òro éstancado aw quadran de la mòstro

Que serí chénss tu qu'aquétt  barbouilladíss



Qui parlo dé bounurr qu'a toustémps lous ouéyss tristéss

N'éy pass un samboutitt de l'échupérado

Uo còrdo roumpudo awss dittss du guitarristo

E toutu quép disi qué lou bounurr qué bïw

Awyouss quén lo sawnéy;  awyouss qué'enas nubloss

Tèrro tèrro aquiw qué soun las rados incounégudoss


Que serí chénnss tu qui'm bengou dé cap

Que serí chénnss tu qu'u cò au bòsc droumiw

Qu'aquésta òro éstancado aw quadran de la mòstro

Que serí chénss tu qu'aquétt  barbouilladíss

  

Et pour finir... une petit série Brassens ... Georges

UNE JOLIE FLEUR / UA BERÒJA FLOR

 

Jamais sur terre il n'y eut d'amoureux / Jamei sus tèrra n'i avó amorós
Plus aveugle que moi dans tous les âges / Mei òrb que jo per tots los atges
Mais faut dir' qu'je m'étais crevé les yeux /
Mes cau díser q'.. m'èri crebat los uelhs
En regardant de trop près son corsage / En espiar de tròp pres lo son hautatge.

Refrain/Repic

Un' jolie fleur dans une peau d' vache / Ua bèra flor hens ua pèth de vaca
Un' jolie vache déguisée en fleur / Ua bèra vaca mascada en flor
Qui fait la belle et qui vous attache / Qui hè la bèra e puish qui v'estaca
Puis qui vous mène par le bout du cœur / Puish qui'vs mia per lo cap deu còr

Le ciel l'avait pourvue des mille appas /
Lo cèu l'avè provedida de milla agradanças
Qui vous font prendre feu dès qu'on y touche /
Qui'vs hèn préner huec tanlèu i toca
L'en avait tant que je ne savais pas / Que n'avè tan que jo non sabí pas
Ne savais plus où donner de la bouche / N'at sabí pas on balhar de la boca

Refrain/Repic
 

Elle n'avait pas de tête, elle n'avait pas / Que n'avè pas cap, que n'avè pas
L'esprit beaucoup plus grand qu'un dé à coudre /
L'esperit hòrt mei gran qu'un dat de cóser
Mais pour l'amour on ne demande pas / Mes tà l'amor ne demandan pas
Aux filles d'avoir inventé la poudre / Aus hilhas d'aver inventat la podra.

Refrain/Repic
 

Puis un jour elle a pris la clé des champs /
Puish un dia qu'a pres la clau deus camps
En me laissant à l'âme un mal funeste / En deishà'm a l'amna un mau funèste
Et toutes les herbes de la Saint Jean / E totas las èrbas de la Sen Jan
N'ont pas pu me guérir de cette peste / N'an pas podut guarí'm d'aquera pèsta.

Refrain/Repic
 

Je lui en ai bien voulu mais à présent / Que'u n'èi plan volut mes adara
J'ai plus d'rancune et mon cœur lui pardonne /
N'èi pas rencura e mon còr e'u perdona
D'avoir mis mon cœur à feu et à sang / D'aver hicat lo men còr a huec e sang
Pour qu'il ne puisse plus servir à personne /
Tà que non posca mei servir tà persona.

 

 


UA BERÒJA FLOR

 

 Jaméy suss tèrro n'i abou amourouss
 Méy òrb que you per touttss louss atyéss
Méss caw dísé q'.. m'èri crébatt louss ouéyss
En éspia de de tròp préss lou sou hawtatyé.

Refrain/Repic

Uo bèro flou hénnss üo pètt dé baco
Uo bèro baco mascado énn flou
Qui hè la bèro e puch qui p'éstaco
Puch quip mïo per lou cap dou cò


Lou cèw l'abè proubédido de mill'agradansoss
Qui'p hènn préné houéc talèw i touco

Qué n'abè tann qué you nou sabí pass
N'at sabí pass oun bailla dé la bouco

Refrain/Repic
 

Qué n'abè pass cap, que n'abè pass
L'éspéritt hòr méy gra qu'u datt de cósé
Méss tà l'amou né démandònn pass
Awss hilloss d'abé ïnnbéntatt la poudro.

Refrain/Repic
 


Puch u dïa qu'a préss la claw dous camss
Énn décham a l'amno u maw funèsté
É toutoss lass èrboss dé la Sénn Yann
 N'ann pass poudutt gouarí'm d'aquéro pèsto.

Refrain/Repic
 

Quéw n'èy pla boulutt méss adaro
N'èy pass rénncuro e moun cò éw pérdouno
D'abé hicatt lou mé cò a houéc é a sanc
Tà qué nou pousco méy sérbi tà pérsouno.

 

 

 

PAUVRE MARTIN / PRAUBE MARTIN

Avec une bêche à l'épaule / Dab un palon a l'espatla
Avec, à la lèvre un doux chant / Dab aus pòts un cant deus doç
Avec, à l'âme un grand courage / Dab a l'amna un gran coratge
Il s'en allait trimer aux champs ! / Que se n'anava socar aus camps

Refrain / Repic
Pauvre Martin, pauvre misère / Praube martin, prauba misèria
Creuse la terre, creuse le temps ! / Cava la tèrra, cava lo temps !

Pour gagner le pain de sa vie / Tà's ganhar lo pan de la vita,
De l'aurore jusqu'au couchant / De l'aubor dinc au sococ
Il s'en allait bêcher la terre /Que se n'anava hóder la tèrra
En tous les lieux par tous les temps ! / En tots lòcs e per tot temps ! 

Refrain / Repic

Sans laisser voir sur son visage / Shens deishar véder suu visatge
Ni l'air jaloux ni l'air méchant / Ne l'aire gelós, ne lo maishant
Il retournait le champ des autres / Que laurava lo camp deus autes
Toujours bêchant, toujours bêchant / Tostemps hotjant, tostemps hotjant

Refrain / Repic

Et quand la mort lui a fait signe / E quan la mort e'u a hèit signe
De labourer son dernier champ / De laurar lo darrèr camp
Il creusa lui-même sa tombe / Que cavè eth-medish la hòssa
En faisant vite, en se cachant / En hasent viste en s'esconar.

Refrain / Repic

 

 

 

PRAWBÉ MARTI

Dap u palou a l'éspa-lo
Dap awsss pòttss u can douss douç
Dap a l'amno u gra couratyé
Qué sé nanabo souca awss camss

Refrain / Repic
Prawbé Marti, prawbo misèri
Cabo la tèrro, cabo lou témss !

Tà'ss gagna lou pa dé la bito,
Dé l'aubou dïnc 'aw soucouc
Qué sé n'anabo houdé la tèrro
Énn touttss lòcs é pér toutt témss ! 

Refrain / Repic

Chénnss décha bédé sou bistayé
Né l'ayré yélouss, né lou machann
Qué lawrabo lou cam douss awtéss
Toustém houtyan, toustéem houtyann

Refrain / Repic

É qwan la mour e'w a hèytt signé
Dé lawra lou darrè cam
Qué cabè étt-médich la hòsso
Énn hasénn bisté, énn s'écouna.

Refrain / Repic

 

 

 


LE PARAPLUIE / LO PARAPLOJA

Il pleuvait fort sur la grand-route, / Que plavè hòrt suu caminau,
Elle cheminait sans parapluie / Que caminava shens paraploja
J'en avais un, volé sans doute / Que n'aví un panat bahida
Le matin même à un ami / Per la matiada a un amic
Courant alors à sa rescousse / Corrent lavetz tau son secors
Je lui propose un peu d'abri / Jo que'u perpausi un drin d'endòst
En séchant l'eau de sa frimousse, / En secar l'aiga deu son musòt
D'un air très doux elle m'a dit oui / Dab aire doç que m'a dit quiò.

Refrain / Repic
Un p'tit coin d'parapluie, / Un petit còrn d'paraploja
Contre un coin d'paradis, / Contra un còrn d'paradís
Elle avait quelque chose d'un ange, / Qu'avè un quauquarren d'un ànjol
Un p'tit coin d'parapluie, / Un petit còrn d'paraploja
Contre un coin d'paradis, / Contra un còrn d'paradís
Je'n perdais pas au change,/ N'at perdí pas au tròc
Pardi ! / Perdiu !

Chemin faisant que ce fut tendre / Camin hasent qu'estó hòrt pros
D'ouïr à deux le chant joli / D'audir a dus lo cant beròi
Que l'eau du ciel faisait entendre / Que l'aiga deu cèu hasè enténer
Sur le toit de mon parapluie / Suu teit deu men paraploja,
J'aurais voulu comme au déluge / Qu'aurí volut com au diluvi
Voir sans arrêt tomber la pluie / Véder shens cès càder la ploja,
Pour la garder sous mon refuge / Tà la guardar devath l'endòst
Quarante jours, quarante nuits / Quaranta dias, quaranta nueits

Refrain / Repic

Mais bêtement, même en orage, / Mes bèstiament, medish en auratge,
Les routes vont vers des pays / Caminaus se'n van entà país
Bientôt le sien fit un barrage / Bèth lèu lo son hasó empach
A l'horizon de ma folie / Au pè deu cèu de ma holia.
Il a fallu qu'elle me quitte / Que'u a calut que'm quita
Après m'avoir dit grand merci / Après m'aver dit gran mercés
Et je l'ai vue toute petite / E que l'èi vista tota petita
Partir gaiement vers mon oubli / Partir gaiament cap au desbromb.


Refrain / Repic
 

 

 

LO PARAPLOJA

Qué plabè hòr sou caminaw,
Qué caminabo chénnss paraplouyo
Qué n'abí u panatt bahido
Pér la matiado a u amic
Courrénn lavéttss taw sou secouss
You quéw pérpawsi u drïnn d'éndòsstt
Énn séca l'aygo dou sou musòt
Dap ayré douç qué m'a ditt kyò.

Refrain / Repic
U pétitt còrr d'paraplouyo
Countr'u còr d'paradíss
Qu'abè u quawquarré d'u ànyoul
U pétoitt còr d'paraplouyo
Contr'u còr d'paradíss
N'at pérdí pass aw tròc
Pérdiw !

Cami hasénn qu'éstó hòr prouss
D'awdi a duss lo cann béròy
Qué l'aygo dou cèw hasè énténé
Sou téytt dou mé paraplouyo,
Qu'awrí boulutt coum aw dilubi
Bédé chénnss cèss càdé la plouyo,
Tà la gouarda débatt l'énndòstt
Quaranto dïos, quaranta nouéyttss

Refrain / Repic

Méss bèstiamén, medich'énn awratyé,
Caminawss sénn bann entà païs
Bètt lèw lou sou hasou émpach
Au pè dou cèw de ma houlïo.
Quéw a calutt quémm quito
Aprèss m'abé ditt gran mércéss
É qué l'èy bisto touto pétito
Parti gayaménn cap aw déssbroumb.


Refrain / Repic
 

 

 


LE TESTAMENT /  LO TESTAMENT
(entre parenthèses les articles pyrénéens)

Je serai triste comme un saule / Que serí triste com un  sahuc
Quand le dieu qui partout me suit / Quan (eth) lo diu qui pertot e'm segueish
Me dira, la main sur l'épaule / Que'm diserà ('ra) la man sus l'espatla
" Va-t'en voir là-haut si j'y suis "/Vè-t'en véder lahòra s'i soi
Alors du ciel et de la terre / Lavetz (deth) deu cèu e (dera) de la tèrra
Il me faudra faire mon deuil / Que'm calerà har (eth) lo men dòu
Est-il encore debout le chêne / Ei enguèra de pè (eth) lo casso
Ou le sapin de mon cercueil ? / O (er')l'avet (deth) deu men tahuc ?

S'il faut aller au cimetière / Se'm cau anar (ath) tau cementèri
J'prendrai le chemin le plus long / Prenerèi (eth) lo camin(eth) lo mei long
J'ferai la tombe buissonnière / Que harèi ('ra)la hòssa panada
J'quitterai la vie à reculons / Que quitarèi ('ra)la vita d'arreculas
Tant pis si les croque-morts me grondent /
Puish rai (s'eths) se los panamorts e'm cridan
Tant pis s'ils me croient fou à lier / E rai se'm creden hòu estacader
Je veux partir pour l'autre monde / Que vòu partir (tath) tà l'aute monde
Par le chemin des écoliers / (Peth)Per lo camin (deths) deus escolans.

Avant d'aller conter fleurette / Abans d'anar har ('ra) l'arrodeta
Aux belles âmes des damnées / (Aras) Aus bèras amnas (deras) de las damnadas
J'rêve encore d'une amourette / Sauneji engüèra d'ua amoreta
J'rêve d'encore m'enjuponner /Sauneji engüèra cotilhoà'm
Encore un'fois dire je t'aime /Engüèra un còp díser que t'aimi
Encore un'fois perdre le nord / Engüèra un còp pèrder (eth)lo nòrd
En effeuillant le chrysanthème / En des-huelhar (eth) lo marteron
Qui est la marguerite des morts /Qui ei ('ra) la margalida (deths) deus morts.

Dieu veuille que ma veuve s'alarme / Diu volha que ma veuda s'alarma
En enterrant son compagnon / En enterrar (eth)lo son companh
E qu' pour lui fair' verser des larmes / Qu'entà'u har barrejar larmas
Il n'y ait pas besoin d'oignons / N'i aja pas hrèita de cebas.
Qu'elle prenne en secondes noces / Que prenia en secondas nòças
Un époux de mon acabit / Un espós (deth) deu men medish tremp
Il pourra profiter d' mes bottes / Poderà profieitar (deras) de las bòtas
Et d' mes pantoufles e d' mes habits /
(Deras)De las espartenhas e (deras)de las pelhas.

Qu'il boive mon vin qu'il aime ma femme /
Que bevia (eth)lo vin qu'aime ('ra)la hemna
Qu'il fume ma pipe et mon tabac / Que fume ('ra)la pipa e (eth)lo tobac
Mais que jamais, mort de mon âme / Mes que jamei mort de mon amna
Jamais il ne fouette mes chats / Jamei que non flingue (eths)los gats.
Quoi que je n'aie pas un atome / Ja que n'aji pas un atòme
Une ombre de méchanceté / Ua sola ombra de maishantèr,
S'il fouette mes chats y a un fantome / Se flinga (eths)los gats que i a un espante
Qui viendra le persécuter / Qui vienerà persecutà'u.

Ici-git une feuille morte / Ací jatz ua huelha morta
Ici finit mon testament / Ací jatz (eth)lo men testament
On a marqué dessus ma porte /Qu'an mercat dessús ('ra)la pòrta
"Fermé pour caus' d'enterrement" / Barrat per encausa d'enterrament
J'ai quitté la vie sans rancune / Qu'èi quitat ('ra)la vita shens rencura
J'aurai plus jamais mal aux dents / N'aurèi pas jamei mau de caishaus
Me v'la dans la fosse commune / Aquiu que soi (ena) hens la hòssa comuna
la fosse commune du temps / La hòssa comuna (deth) deu temps.

 


 

LO TESTAMENT
(en utilisant les articles pyrénéens)

Qué serèy tristé coum un  sa-huc
Qwan étt dïw qui pértoutt é'm séguéch
Qué'm diserà 'ra ma suss l'éspa-lo
Bèténn bédé lahòro s'i souy
Labéts détt cèw e déra tèrro
Quém calerà har étt mé dòw
♫y enguèra de pè étt casso
O er'avet deth men tahuc ?

Sém caw ana ath céméntèri
Prénérèy eth cami eth méy lounn
Qué harèy 'ra hòsso panado
Quitarèy éra bito d'arreculas
Puish rai s'eths panamorts e'm cridan
E rai se'm creden hòu estacader
Que vòu partir tath l'aute monde
Peth camin deths escolans.

Abans d'anar har era arrodeta
Aras bèras amnas deras damnadas
Sauneji engüèra d'ua amoreta
Sauneji engüèra cotilhoà'm
Engüèra un còp díser que t'aimi
Engüèra un còp pèrder eth nòrd
En des-huelhar eth marteron
Qui ei era margalida deths morts.

Diu volha que ma veuda s'alarma
En enterrar eth son companh
Qu'entà'u har barrejar larmas
N'i aja pas hrèita de cebas.
Que prenia en secondas nòças
Un espós deth men medish tremp
Poderà profieitar deras bòtas
Deras espartenhas e deras pelhas.


Que bevia eth vin, qu'aime era hemna
Que fume era pipa e eth tobac
Mes que jamei mort de mon amna
Jamei que non flingue eths gats.
Ja que n'aji pas un atòme
Ua sola ombra de maishantèr,
Se flinga eths gats que i a un espante
Qui vienerà persecutà'u.

Ací jatz ua huelha morta
Ací jatz eth men testament
Qu'an mercat dessús era pòrta
Barrat per encausa d'enterrament
Qu'èi quitat era vita shens rencura
N'aurèi pas jamei mau de caishaus
Aquiu que soi ena hòssa comuna
lLa hòssa comuna deth temps.

 

 

 


LES SABOTS D'HELENE / LOS ESCLOPS DE LENA




Les sabots d'Hélène / Los esclòps de Lena
Etaient tout crottés / Qu'èran tot hangós
Les trois capitaines l'auraient appelé vilaine /
Los tres capitanis l'aurén aperat ledassa
Et la pauvre Hélène / E la prauba Lena
Etait comme une âme en peine / Qu'èra com ua amna en pena
Ne cherche plus longtemps la fontaine / Ne cerca pas longtemps la hondeta
Toi qui a besoin d'eau / Tu qui a besonh d'aiga
Ne cherche plus aux larmes d'Hélène / Ne cerca pas aus plors de la Lena
Va-t'en remplir ton seau / Vè-t'en plear la selha.

Moi j'ai pris la peine / Jo qu'èi pres la pena
De les déchausser / De'us descauçar
Les sabots d'Hélène moi qui ne suis pas capitaine /
Los esclòps de Lena jo qui no soi pas capitani
Et j'ai vu ma peine / E qu'èi vist ma pena
Bien récompensée / Plan recompensada
Dans les sabots de la pauvre Hélène / Hens los esclòps de la prauba Lena
Dans ses sabots crottés / Hens los esclòps hangós
Moi j'ai trouvé les pieds d'une reine / Jo qu'èi trobat los pès d'ua reina
Et je les ai gardés / E que'us èi guardats.

Son jupon de laine /Lo cotilhon de lana
Etait tout mité / Qu'èra tot arnat
Les trois capitaines l'auraient appelé vilaine /
Los tres capitanis l'aurén aperat ledassa
Et la pauvre Hélène / E la prauba Lena
Etait comme une âme en peine / Qu'èra com ua amna en pena
Ne cherche plus longtemps la fontaine / Ne cerca pas longtemps la hondeta
Toi qui a besoin d'eau / Tu qui a besonh d'aiga
Ne cherche plus aux larmes d'Hélène / Ne cerca pas aus plors de la Lena
Va-t'en remplir ton seau / Vè-t'en plear la selha.

Moi j'ai pris la peine / Jo qu'èi pres la pena
De le retrousser / De l'arregussar
Le jupon d'Hélène moi qui ne suis pas capitaine /
Lo cotihon de Lena jo qui no soi pas capitani
Et j'ai vu ma peine / E qu'èi vist ma pena
Bien récompensée / Plan recompensada
Sous le jupon de la pauvre Hélène / Devath' cotilhon de la prauba Lena
Sous son jupon mité / Devath' cotilhon arnat
Moi j'ai trouvé les jambes d'une reine / Jo qu'èi trobat las camas d'ua reina
Et je les ai gardées / E que las èi guardadas.

Et le cœur d'Hélène / E lo còr de Lena
Savait pas chanter / Sabè pas cantar
Les trois capitaines l'auraient appelé vilaine /
Los tres capitanis l'aurén aperat ledassa
Et la pauvre Hélène / E la prauba Lena
Etait comme une âme en peine / Qu'èra com ua amna en pena
Ne cherche plus longtemps la fontaine / Ne cerca pas longtemps la hondeta
Toi qui a besoin d'eau / Tu qui a besonh d'aiga
Ne cherche plus aux larmes d'Hélène / Cerca pas mei aus plors de Lena
Va-t'en remplir ton seau / Vè-t'en plear la selha.

Moi j'ai pris la peine / Jo qu'èi pres la pena
De le retrousser / De m'i estancar
Dans le cœur d'Hélène moi qui ne suis pas capitaine /
Hens lo còr de Lena jo qui no soi pas capitani
Et j'ai vu ma peine / E qu'èi vist ma pena
Bien récompensée / Plan recompensada
Et dans le cœur de la pauvre Hélène / E hens lo còr de la prauba Lena
Qu'avait jamais chanté / Qu'avè pas jamei cantat
Moi j'ai trouvé l'amour d'une reine / Jo qu'èi trobat l'amor d'ua reina
Et moi je l'ai gardé / E jo que l'èi guardat.

 

... en attendant la suite ...

 

LOS ÉSCLOPS DE LENA




Lous ésclòps de Léno
Qu'èrònn toutt hangouss
Lous tréss capitaniss l'awrénn apératt lédasso
E la prawbo Léno
Qu'èro coum üo amno én, péno
Né cérquéss pass loungtemmss la houndéto
Tu qui a bésougn d'aygo
Ne cérquéss pass awws plouss dé la Léno
Vèténn pléa la séyo.

You qu'èy préss la péno
Déwss désscawça
Lous ésclòps de Léno, you qui nou souy pass capitani
E qu'èy bistt ma péno
Pla récoumpensado
Hénss lous ésclòps de la prawbo Leno
Hénnss lous ésclòps hangouss
You qu'èy troubatt lous pèds d'üo réyno
E quéws èy gouardattss.

Lou coutillou dé lano
Qu'èro toutt arnatt
Lous tréss capitanis l'awrén aperatt lédasso
E la prawbo Léno
Qu'èro coum üa amno én péno
Né cérco pass loungtemss la houndéto
Tu qui a bésougn d'aygo
Né cérco pass awss plouss dé la Léno
Vèténn pléa la séyo.

You qu'èy préss la péno
De l'arregussar
Lo cotihon de Lena jo qui no soi pas capitani
 E qu'èi vist ma pena
Plan recompensada
Devath' cotilhon de la prauba Leno
Devath' cotilhon arnat
You qu'èi trobat las camas d'ua reina
E que las èi guardadas.

E lo còr de Lena
Sabè pas cantar
Los tres capitanis l'aurén aperat ledassa
E la prauba Lena
Qu'èra com ua amna en pena
Ne cerca pas longtemps la hondeta
Tu qui a besonh d'aiga
Ne cèrques pas aus plors de la Leno
Vè-t'en plear la selha.

You qu'èy préss la péno
De m'i estancar
Hens lo còr de Lena jo qui no soi pas capitani
E qu'èi vist ma pena
Plan recompensada
E hens lo còr de la prauba Leno
Qu'avè pas jamei cantat
Jo qu'èi trobat l'amor d'ua reina
E jo que l'èi guardat.

 

... en attendant la suite ...

 
   
   
   


compteur de visite